Aller au contenu

Décès de joueurs, entraîneurs, personnalités du foot


Scholesy

Messages recommandés

:rip::sad:

"A Old Trafford on commence à ce lever, à quitter un petit peu les tribunes, et c'est pas finit, et peut être on t-il tord avec le contre mené par Ryan Giggs il a devant lui Rooney qui est servit et qui marque la frappe de Rooney, c'est pas finit, elle est génial cette frappe de Wayne Whoney et Manchester qui s'en va gagner ce match 3 buts à 2, c'est exeptionnel"

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est vrai que ça fait un choc quand même surtout par rapport au fait qu'il se soit suicidé! :wacko:

"The future belongs to those who believe in the beauty of their dreams."
-
Eleanor Roosevelt

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mince...

 

:rip:

[url="http://t3.gstatic.com/images?

 

« J’ai été très surpris lorsque le sélectionneur a frappé à ma sonnette » :D

 

(De Michael Owen, a propos de sa selection en equipe d'Angleterre pour les qualifications a l'Euro 2008)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Suicide de Robert Enke

Bundesliga Equipe d’Allemagne FC Barcelone Liga

11 novembre 2009

Il aurait pu se plomber le crâne. Se saigner les veines. Avaler des cachetons. Se défenestrer. Au lieu de ça, Robert Enke, 32 ans et gardien d’Hanovre encore avant-hier, a décidé de se jeter sous un train. Tout s’est passé mardi 10 novembre, un peu avant 18 heures, à Neustadt am Rübenberge, bled situé à une poignée de kilomètres de son domicile. Un débile, un lâche, une m**** ? Pas vraiment.

 

Pourquoi maintenant, pourquoi tout court ? La réponse, Robert Enke l’emportera sous terre avec lui dans les heures qui viennent. Avant que l’un de ses potes confirme la thèse du suicide, la police locale avait fait son job, hier soir, avec une déclaration qui fait froid aux tripes : « Il a été happé par un train et est mort de ses blessures. Il s’agirait d’un suicide ».

 

Si la chair immobile de cet homme hérite maintenant d’une tribune plus large que celle qu’on accorde habituellement aux défunts pour que les bonnes âmes puissent se recueillir, c’est avant tout parce que Robert Enke n’était pas un citoyen comme les autres. Il était footballeur professionnel. Mieux, les choses devaient se passer de telle façon que durant l’été prochain, il avait de fortes chances d’être le portier numéro un de la Mannschaft lors du Mondial Sud-Af’ 2010, et cela malgré le fait qu’il était éloigné des derniers rendez-vous de la sélection, la faute à une vilaine infection bactérienne aux intestins.

 

Les Allemands vivent main dans la main avec un vilain cliché : celui qui dit que ce peuple se sent bien uniquement sur ses terres. Les exilés se comptent sur les doigts de la main. Parmi eux, Robert Enke. Le jeune homme, après sa formation à Iéna et une première expérience pro à Mönchengladbach, se casse à l’étranger, à 22 ans. La Bundesliga est trop molle pour ses gants en béton, alors il fugue au Portugal et signe au Benfica Lisbonne. De 1999 à 2002, respirer l’air de ce bas-monde fait plus que jamais partie de ses plans. Le club vit des heures sombres, mais lui incarne la jolie partie de l’iceberg, celle qui rayonne et qui attire les regards du Barça. Les joueurs qui ont marqué le club catalan de leur génie n’évoluent pas dans les buts. Enke ne dérogera pas à la règle. L’Allemand est triste. En deux ans, l’ancien pilier benfiquiste se transforme en homme invisible, et est donc logiquement prêté. Les dirigeants blaugrana ferment les yeux, pointent leur doigt au hasard sur le globe, et envoient leur gardien en Turquie, au Fenerbahçe. Enke, qui pensait avoir vécu le pire au Barça, va descendre encore d’un étage. Un match au pays de Tarkan lui suffit. Il est traumatisé par des supporters bouillants et une pression insurmontable. Robert va chercher trois ballons au fond de ses filets pour sa première (et dernière) sortie, panique, et quitte le pays le soir même, dans la nuit. S’en suit une période de chômage, de D2 espagnole et d’oubli. Ou comment niquer sa carrière en quelques mois.

 

Le souci sportif, Enke l’a réglé ces dernières années. Depuis 2004, il jouait –et plutôt très bien- à Hanovre. L’an passé, il a été nommé meilleur gardien de BundesLiga. Le Bayern voulait le faire signer cet été, mais la transaction a finalement capoté, mais la tendance était là, Enke touchait du doigt ce qui l’avait fui toute une vie. Aujourd’hui, les langues les plus tordues disent qu’Enke a décidé d’en finir à cause de cette carrière sportive foireuse, qui ne lui a jamais permis de se hisser au niveau qui aurait dû être le sien.

 

Fin de la blague. Derrière les gants en latex, polyester et polyuréthane, se cachait un type qui avait vécu un drame. Un drame comme tant d’autres, mais un drame quand même. Entre 2004 et 2006, on a du mal à s’imaginer comment le mec a fait pour continuer à jouer au foot. Sa fille, Lara, née avec une insuffisance cardiaque, se bagarre en couche et en tétine, mais finit par rendre les armes, à l’âge de deux ans. Quand Robert Enke se balance sous un train trois ans plus tard, la bienséance incite à se taire, et à penser à sa compagne, qui devra éduquer une fillette de huit mois que le couple avait adoptée en mai dernier.

 

Matthieu Pécot (So Foot)

 

:rip:

ENVIE DE PARTICIPER À L'ASSOCIATION OU AU PODCAST DE MANCHESTER DEVILS ?

L'association sur notre SITE et son SUJET DÉDIÉ sur le forum !!!

Le Podcat est sur YOUTUBE et son SUJET DÉDIÉ sur le forum !!!

Manchester Devils, le forum

REJOIGNEZ-NOUS !!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En gros il est devenu dépressif, parce que sa carrière sportive n'allait pas du tout bien (lors de son passage au Barça où il a seulement fait un match après il est partit en Turquie à Fenerbahçe où il a aussi joué qu'un seul match)

 

Il a même fait appel à un psychologue en 2001, donc ça en dit beaucoup sur son état à l'époque !

La mort de sa fille il y a 2 ans y est aussi pour qch

 

Je sais pas si t'as remarqué, mais jiminiy a posté un article juste au-dessus

140520062405453930.png

 

Si vous avez un doute sur une ou plusieurs sources liées à un transfert de ManUtd : Allez sur

ce lien !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Antonio de Nigris n'est plus

 

Le milieu international mexicain Antonio de Nigris, 31 ans, est décédé lundi matin de ce qui semble être une crise cardiaque, a annoncé son club. Le joueur, 16 sélections, évoluait depuis le mois d'août en Grèce, à Larissa. Une autopsie sera pratiquée dans les prochaines heures pour déterminer la cause exacte de sa mort.

 

source : l'équipe.fr

 

 

31 ans...

robertenke-askmeany.jpg

 

1977-2009

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Antonio de Nigris n'est plus

 

Le milieu international mexicain Antonio de Nigris, 31 ans, est décédé lundi matin de ce qui semble être une crise cardiaque, a annoncé son club. Le joueur, 16 sélections, évoluait depuis le mois d'août en Grèce, à Larissa. Une autopsie sera pratiquée dans les prochaines heures pour déterminer la cause exacte de sa mort.

 

source : l'équipe.fr

 

 

31 ans...

Oh non! Pff RIP

 

Suicide de Robert Enke

Bundesliga Equipe d’Allemagne FC Barcelone Liga

11 novembre 2009

Il aurait pu se plomber le crâne. Se saigner les veines. Avaler des cachetons. Se défenestrer. Au lieu de ça, Robert Enke, 32 ans et gardien d’Hanovre encore avant-hier, a décidé de se jeter sous un train. Tout s’est passé mardi 10 novembre, un peu avant 18 heures, à Neustadt am Rübenberge, bled situé à une poignée de kilomètres de son domicile. Un débile, un lâche, une m**** ? Pas vraiment.

 

Pourquoi maintenant, pourquoi tout court ? La réponse, Robert Enke l’emportera sous terre avec lui dans les heures qui viennent. Avant que l’un de ses potes confirme la thèse du suicide, la police locale avait fait son job, hier soir, avec une déclaration qui fait froid aux tripes : « Il a été happé par un train et est mort de ses blessures. Il s’agirait d’un suicide ».

 

Si la chair immobile de cet homme hérite maintenant d’une tribune plus large que celle qu’on accorde habituellement aux défunts pour que les bonnes âmes puissent se recueillir, c’est avant tout parce que Robert Enke n’était pas un citoyen comme les autres. Il était footballeur professionnel. Mieux, les choses devaient se passer de telle façon que durant l’été prochain, il avait de fortes chances d’être le portier numéro un de la Mannschaft lors du Mondial Sud-Af’ 2010, et cela malgré le fait qu’il était éloigné des derniers rendez-vous de la sélection, la faute à une vilaine infection bactérienne aux intestins.

 

Les Allemands vivent main dans la main avec un vilain cliché : celui qui dit que ce peuple se sent bien uniquement sur ses terres. Les exilés se comptent sur les doigts de la main. Parmi eux, Robert Enke. Le jeune homme, après sa formation à Iéna et une première expérience pro à Mönchengladbach, se casse à l’étranger, à 22 ans. La Bundesliga est trop molle pour ses gants en béton, alors il fugue au Portugal et signe au Benfica Lisbonne. De 1999 à 2002, respirer l’air de ce bas-monde fait plus que jamais partie de ses plans. Le club vit des heures sombres, mais lui incarne la jolie partie de l’iceberg, celle qui rayonne et qui attire les regards du Barça. Les joueurs qui ont marqué le club catalan de leur génie n’évoluent pas dans les buts. Enke ne dérogera pas à la règle. L’Allemand est triste. En deux ans, l’ancien pilier benfiquiste se transforme en homme invisible, et est donc logiquement prêté. Les dirigeants blaugrana ferment les yeux, pointent leur doigt au hasard sur le globe, et envoient leur gardien en Turquie, au Fenerbahçe. Enke, qui pensait avoir vécu le pire au Barça, va descendre encore d’un étage. Un match au pays de Tarkan lui suffit. Il est traumatisé par des supporters bouillants et une pression insurmontable. Robert va chercher trois ballons au fond de ses filets pour sa première (et dernière) sortie, panique, et quitte le pays le soir même, dans la nuit. S’en suit une période de chômage, de D2 espagnole et d’oubli. Ou comment niquer sa carrière en quelques mois.

 

Le souci sportif, Enke l’a réglé ces dernières années. Depuis 2004, il jouait –et plutôt très bien- à Hanovre. L’an passé, il a été nommé meilleur gardien de BundesLiga. Le Bayern voulait le faire signer cet été, mais la transaction a finalement capoté, mais la tendance était là, Enke touchait du doigt ce qui l’avait fui toute une vie. Aujourd’hui, les langues les plus tordues disent qu’Enke a décidé d’en finir à cause de cette carrière sportive foireuse, qui ne lui a jamais permis de se hisser au niveau qui aurait dû être le sien.

 

Fin de la blague. Derrière les gants en latex, polyester et polyuréthane, se cachait un type qui avait vécu un drame. Un drame comme tant d’autres, mais un drame quand même. Entre 2004 et 2006, on a du mal à s’imaginer comment le mec a fait pour continuer à jouer au foot. Sa fille, Lara, née avec une insuffisance cardiaque, se bagarre en couche et en tétine, mais finit par rendre les armes, à l’âge de deux ans. Quand Robert Enke se balance sous un train trois ans plus tard, la bienséance incite à se taire, et à penser à sa compagne, qui devra éduquer une fillette de huit mois que le couple avait adoptée en mai dernier.

 

Matthieu Pécot (So Foot)

 

:rip:

c'est une précision à la news déja postée de axelou et BigManUtd (précision)

Modifié par ole.gunnar.solskjaer

zonepppp.png.f7ed0fe13b0fa7b4f04087349f20ccdd.png

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Source : lequipe.fr

-----------------------

 

La Mannschaft écrit à Robert Enke

 

Les joueurs de l'équipe d'Allemagne ont adressé une lettre posthume au gardien de but Robert Enke, qui s'est suicidé le 10 novembre, dans laquelle ils se demandent pourquoi ils ne sont pas parvenus à aider leur coéquipier qui souffrait de dépression. «Nous nous sommes tus, nous avons pleuré ensemble, et cherché des réponses mais n'avons trouvé que de nouvelles questions. Des questions torturantes autour du pourquoi. Pourquoi n'avons-nous pas pu t'aider ? Pourquoi ne pouvais-tu et ne voulais-tu pas nous raconter tes problèmes ? Pourquoi n'est-il pas possible dans un sport de performances, dans une société de performances d'évoquer son angoisse et sa maladie ? Ta mort nous a rendus muets et démunis. Nous étions comme paralysés lorsque nous avons appris l'insupportable nouvelle. Nous n'étions pas en mesure de mettre notre deuil en paroles», a écrit la Mannschaft dans cette émouvante missive, rendue publique mercredi.

zonepppp.png.f7ed0fe13b0fa7b4f04087349f20ccdd.png

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 mois après...

L un de nos Babes n est plus :rip:

 

Albert Scanlon, un survivant de l'équipe de Manchester United surnommée les "Busby Babes" et décimée par un dramatique accident d'avion en 1958, est mort mardi 22 décembre à l'âge de 74 ans.

 

Scanlon avait rejoint Manchester United (MU) en 1954, à l'âge de 19 ans, alors que Matt Busby était l'entraîneur, ce qui avait valu à ses joueurs le surnom de "Busby Babes". L'ancien ailier de MU n'avait eu qu'une jambe brisée et une fracture du crâne dans l'accident d'avion qui transportait l'équipe anglaise, en février 1958, après une escale technique à l'aéroport de Munich, à l'issue d'un match de Coupe d'Europe disputé à Belgrade. Huit de ses coéquipiers et trois responsables mancuniens avaient été tués dans le crash, qui avait fait 23 morts. Scanlon avait notamment obtenu le titre de champion d'Angleterre en 1956 et 1957. Après l'accident, il avait repris son activité la saison suivante, marquant 16 buts permettant à MU d'être vice-champion d'Angleterre en 1959. Il avait quitté Old Trafford en 1960, après avoir disputé 127 matches sous le maillot de Manchester United et marqué 35 buts. Il avait ensuite joué à Newcastle, Mansfield et Lincoln. (-AFP.)

 

:( Courage a ses proches, il rejoint ses chers amis, Roger Burne, Duncan Edwards Tommy Taylor... au paradis pour continuer a jouer au foot.Remercions le pour tout ce qu il a pu donner au club.

 

Source: Le Monde

 

Edit: Désolé je n'avais pas vu l'article en page d'accueil du site

Modifié par nani_ronaldo

"A Old Trafford on commence à ce lever, à quitter un petit peu les tribunes, et c'est pas finit, et peut être on t-il tord avec le contre mené par Ryan Giggs il a devant lui Rooney qui est servit et qui marque la frappe de Rooney, c'est pas finit, elle est génial cette frappe de Wayne Whoney et Manchester qui s'en va gagner ce match 3 buts à 2, c'est exeptionnel"

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

L un de nos Babes n est plus :rip:

 

Albert Scanlon, un survivant de l'équipe de Manchester United surnommée les "Busby Babes" et décimée par un dramatique accident d'avion en 1958, est mort mardi 22 décembre à l'âge de 74 ans.

 

Scanlon avait rejoint Manchester United (MU) en 1954, à l'âge de 19 ans, alors que Matt Busby était l'entraîneur, ce qui avait valu à ses joueurs le surnom de "Busby Babes". L'ancien ailier de MU n'avait eu qu'une jambe brisée et une fracture du crâne dans l'accident d'avion qui transportait l'équipe anglaise, en février 1958, après une escale technique à l'aéroport de Munich, à l'issue d'un match de Coupe d'Europe disputé à Belgrade. Huit de ses coéquipiers et trois responsables mancuniens avaient été tués dans le crash, qui avait fait 23 morts. Scanlon avait notamment obtenu le titre de champion d'Angleterre en 1956 et 1957. Après l'accident, il avait repris son activité la saison suivante, marquant 16 buts permettant à MU d'être vice-champion d'Angleterre en 1959. Il avait quitté Old Trafford en 1960, après avoir disputé 127 matches sous le maillot de Manchester United et marqué 35 buts. Il avait ensuite joué à Newcastle, Mansfield et Lincoln. (-AFP.)

 

:( Courage a ses proches, il rejoint ses chers amis, Roger Burne, Duncan Edwards Tommy Taylor... au paradis pour continuer a jouer au foot.Remercions le pour tout ce qu il a pu donner au club.

 

Source: Le Monde

 

Edit: Désolé je n'avais pas vu l'article en page d'accueil du site

 

 

Déjà publié sur le site !

Modifié par uchiwailiass
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 4 semaines après...

Une news sur FIFA 10 indique qu'un joueur de Chicago serait mort d'un arrêt cardiaque.

Y'a pas plus de précisions. Alors si quelqu'un pouvais être mieux informé... :unsure:

Modifié par Maggot

Va où tu veux, meurs où tu dois. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 mois après...

La simulation tragique

 

Le week-end dernier, le Mladost FC de Vodjinci rencontre le Hrvatski Sokol en division régionale croate.

 

Comme chez les pros, les arbitres de bas étage ont l’œil alerte sur les tentatives de simulation.

 

Goran Tunjic, 32 ans, du Mladost, tombe sur la pelouse à la 35ème minute. On ne la fait pas à l’arbitre de la rencontre qui s’approche fièrement de Tunjic pour lui donner son carton jaune de simulateur.

 

L’arbitre aurait dû patienter quelques secondes supplémentaires puisque Goran Tunjic s’est en fait écroulé en raison d’une crise cardiaque foudroyante.

 

L’homme au sifflet remarque son erreur et appelle illico les soigneurs.

 

« Les médecins ont essayé d’aider Goran mais ils n’auraient de toute façon rien pu faire. Il est mort sur le coup » a précisé un porte-parole du Mladost dans la presse croate.

 

Source: Sofoot.com

 

R.I.P Goran. :(

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Scholesy a modifié le titre en Décès de joueurs, entraîneurs, personnalités du foot

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...