Aller au contenu

Opposition


Charlie

Messages recommandés

Je vais commencer par Gigi Buffon, gardien sérieux et sans éclats particuliers, il est juste pour moi le gardien le plus sur du monde pendant bien des années, c’est un gardien rassurant pour sa défense et qui maîtrise parfaitement sa surface avec une intelligence hors du commun, un sens du placement vraiment parfait la plupart du temps, il a une analyse de la défense très pointue, un leader et un homme préparé pour gagner. Son visage ne paye pas de mine, il montre rarement ses émotions et on ne le voit pas beaucoup sur le terrain tout simplement parce que son style est posé, il sait parfaitement comment fonctionne son dispositif et je suis certain que tout est déjà établi au début du match et tout le monde l’écoute sans broncher, pas d’erreurs flagrantes dans sa carrière et il continue à être ce gardien performant et qui fait partie des meubles qu’il est impossible de déplacer, ses sorties sont sures, le gardien complet tranquille et qui a la classe à l’italienne.

 

Manuel Neuer me fascine bien + car c’est un caractériel sur le terrain et un fou depuis que j’ai vu Barthez j’en attendais un capable de sortir balle aux pieds pour sauver sa défense ou pour contrôler et repartir de l’arrière de manière assez stupéfiante ! De ce coté là il a un certain avantage sur le gardien italien, il a aussi une vision très élargie du jeu, il voit beaucoup de choses avant les attaquants et son style se prononce clairement dans ce sens-là, il est aussi un gardien complet et pour moi hautement plus spectaculaire que Buffon, il lui reste encore 2-3 trucs à parfaire pour être dans la plénitude complète du gardien, ce qu’à Gigi par rapport à lui mais il est plus jeune et déjà une Star qui pourrait devenir le deuxième gardien après Buffon tiens tiens ! A caresser de très près le statut de Ballon d’Or et comme Gigi pour la CDM 2006 il aurait du l’avoir pour cette CDM 2014, deux destins croisés qui montrent bien que Neuer prend le chemin de Numéro 1 naturellement et bousculer Buffon dans cette hiérarchie où il est considéré comme le Maître.

 

L’évolution des deux est complètement semblable, Neuer part dans une constance que seul Buffon a réussi à instaurer ces dernières années là où d’autres comme Casillas plongent, eux ne connaissent pas ce phénomène, ils ont confiance en eux et ne se laissent pas perturber par un match en dedans pour se remettre à être les meilleurs le match d’après.

 

Ma préférence va clairement envers Neuer que j’ai adopté très rapidement ce qui n’enlève rien aux qualités reconnues de tous concernant Buffon. Neuer à ce grain de folie en + que j’adore et pour les départager en terme de qualité de gardien je vous avoue que c’est assez compliqué mais ce coté je vais au feu et je gueule clairement de manière presque hystérique sur une défense ça respire le mec avec une envie débordante, il n’a pas froid aux yeux et va même tirer des penaltys dans des matchs couperets, non Neuer t’es trop fort avec mes respects parallèles à Monsieur Buffon.

  • J'aime 6

zonepppp.png.f7ed0fe13b0fa7b4f04087349f20ccdd.png

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 semaines après...

Nous avons affaire à un duel de deux fous furieux du ballon. Des provocateurs dans l’âme qui vont sans cesse vers l’avant pour tuer l’adversaire direct.

 

Ajen Robben est quelqu’un de convaincu de son talent, qu’il est le plus fort sur son aile il est vraiment puissant dans son couloir et capable de nous sortir des frappes puissantes de loin pour nettoyer la lucarne, il aime d’ailleurs faire ça quand il joue sur le coté droit c’est son pêché mignon qu’il réussi parfaitement d’ailleurs. C’est un excellent joueur pour déborder ses adversaires avec sa puissance qu’il a dans le moteur. Ce joueur par contre à un coté très personnel et il garde beaucoup le ballon, il aime marquer des buts improbables et se laisse parfois trop aspirer vers l’avant avec le ballon même si il a une très bonne conservation de balle pleine course et qu’il peut aussi être un bon passeur dans le domaine du centre, il a vraiment des qualités importantes dans tous les compartiments du jeu et fait partie des meilleurs joueurs du monde ce qui ne l’empêche pas d’attirer une certaine antipathie de beaucoup. Son comportement désinvolte parfois peut-être.

 

Angel Di Maria je le qualifierait par rapport à Robben de petit galopin qui aime se faufiler et fouiner les bonnes affaires pour réaliser une passe ou marquer, c’est un joueur + au service d’un collectif. Il aime centrer en première intention quand c’est ouvert devant lui et vu qu’il a une belle qualité de passe c’est souvent dangereux pour les défenseurs. Cela ne l’empêche pas d’être aussi un provocateur mais il a moins de puissance que Robben, il va être légèrement plus fort dans les dribbles sur les petits espaces ce qui ne l’empêche pas non plus de tenter des frappes mais lui c’est plutôt des frappes angle fermé dans la surface quand il est lancé. Sur son style de frappe il a un meilleur ‘touché’ que Robben selon moi ce qui lui permet des variantes sur ses frappes par rapport au néerlandais. Bon tireur de coups de pieds arrêtés comme Robben, provocateur comme Robben, fou comme Robben, bref on a quand même deux joueurs qui se ressemblent mais on arrive malgré tout à les distinguer.

 

Mon vote ira à Di Maria parce qu’il offre selon moi + de solutions dans un collectif avec un esprit + d’équipe que Robben, mais ce dernier ne finira jamais de nous surprendre avec ses inspirations. N’oublions pas que ce duel offre une mini génération d’écart avec une école qui se cogne à l’autre entre le cultural et le latin mais on voit des jeux similaires ce qui n’empêche pas de voir des caractéristiques propres aux deux Robben + physique que Di Maria et un Di Maria avec un touché + abouti.

  • J'aime 6

zonepppp.png.f7ed0fe13b0fa7b4f04087349f20ccdd.png

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce sont deux joueurs au profil vivaces, polyvalents, remuants, et qui adorent jouer proche de la ligne de touche, pour au mieux étirer les défenses. Ce sont des joueurs très importants dans un collectif, bien qu'ils s'illustrent d'une manière un peu différente.

 

Robben était pendant la première partie de sa carrière, un second Ryan Giggs en plus personnel. Aujourd'hui il a gagné en maturité, et sait allier son côté provocateur a une meilleure finesse, et un jeu de passe plus peaufiné. Auparavant, on le voyait débouler sur les ailes, rentrer, piquer, et tenter des gestes impossibles, maintenant on le voit plus en phase avec ses coéquipiers, rentrer dans les trente derniers mètres, faire des passes dans la course, faire des passes en retrait, attirer les défenseurs à lui, pour créer des décalages. Le Robben du Bayern Munich est un joueur bien plus intelligent, efficace, qui a finalement réussi à rentrer dans le top 5/10 des meilleurs joueur de la planète. On peut rajouter aussi, que c'est un joueur de grandes occasions, réussissant toujours dans les grandes compétitions internationales. Ce joueur s'est bonifié avec l'âge, et vu son style de jeu, c'est tout à son honneur.

Pour moi c'est le meilleur dribbleur du monde. Comme le disait Riolo, "il pourrait dribbler trois joueurs dans une cabine téléphonique..."

 

Di Maria est pour moi une agréable surprise, comme j'en ai quelques fois, depuis que je suis ce sport. Pas la plus grande surprise évidement, mais il a eu une évolution différente, de celle que j'aurai pu envisager.

Pour un joueur aussi habile avec le ballon, je le trouve drôlement combatif, endurant et engagé. On ne le voit jamais traîner, toujours en mouvement, toujours dans la volonté d’accélérer le jeu, avec malheureusement les inconvénients de ce jeu à risque, par rapport à Robben il se préserve moins et est plus généreux dans l'effort.

Mais par rapport à Robben, il s'ancre plus facilement dans un collectif, et peut effectuer un marquage de zone. C'est le mec, sur qui tu peux compter, pour rester dans les pâtes du meneur adverse.

 

Sa conduite de balle, ses changements de rythmes, sa vitesse, son pied gauche, et malgré tout cela, sa finesse, le rendent aussi bien imprédictible qu'efficace. C'est l'un des hommes forts, dans la remontée du Real Madrid, dans le sommet du football européen, avec comme récompense ultime, la dernière LDC. Et c'est exactement la même chose avec l'Argentine. Pas besoin d'en dire plus donc.

 

A vrai dire, pour le vote, j'ai une préférence pour le dévouement de l'argentin, son profil, son style, mais Robben malgré son côté individualiste, a ce quelque chose qui le rend unique en son genre, et son impact dans les grandes compétitions internationales, ne m'indiffère pas.

 

Je vote donc pour Robben.

  • J'aime 7

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Premier essai de ma part.

 

Robben est un joueur tellement prévisible et imprévisible à la fois que ça devient vite illisible pour ses adversaires. On sait pertinemment ce qu'il va faire mais ce n'est pas pour autant qu'on peut l'arrêter, c'est très contradictoire mais c'est la triste réalité dans laquelle il enferme ses victimes. C'est un soliste hors pair qui possèdes des qualités techniques incroyables avec une première touche excellente, une conduite de balle exceptionnelle malgré la vitesse qui l'accompagne et une maîtrise parfaite du crochet court qui déstabilise ses adversaires les plus chevronnés. Le un contre un est fortement déconseillé sous peine d'avoir une envie pressante de mettre un terme à sa carrière.

Il est très nettement attiré par les buts à la manière d'un renard, sa finition est d'ailleurs bien supérieure à celle d'un ailier lambda, seul Reus rivalise et Ronaldo fait mieux. Son individualisme ne l'empêche pas d'avoir une bonne vision, il peut aussi distribuer des bons ballons. N'empêche qu'il reste quand même un crevard, la passe intervient seulement quand la solution individuelle est compromise. Un vrai casse-tête pour un collectif.

Gros bémol aussi pour son pied droit inexistant, même pas un coup du foulard pour amuser la galerie.

Quant à Di Maria, il s’inscrit plus dans une logique de collectif. Il est avant tout là pour faire briller ses partenaires comme peut en attester sa réussite statistique à la dernière passe. L'argentin possède pourtant des qualités individuelles hors-normes, semblables à celles de Robben, qui pourraient l'inciter à recentrer son jeu sur lui-même mais le collectif reste privilégié. Sa vision du jeu accouplée à une excellente qualité de passe lui permet aussi de distiller caviar sur caviar, CR7 peut en témoigner mieux que moi. Le mancunien possède aussi une capacité d'élimination assez déroutante, vous remarquerez souvent qu'au sortir d'un dribble chaloupé, sa victime finit rarement debout (volonté d'humilier?).

 

.tumblr_mpsgzlZF0v1rws3pdo1_400.gif

 

Néanmoins, son jeu basé sur une constante recherche de la verticalité apporte son nombre important de déchets. Tempérer son instinct offensif afin d'avoir une meilleure maîtrise du tempo est un aspect qu'il pourrait travailler afin de devenir encore plus fort. Il peut aussi s'améliorer à la finition, je trouve.

 

L’égoïsme face à l'altruisme en gros. Je vote néanmoins Robben, parce que son toupet sur un terrain de foot me fait taper des barres.

Modifié par Don_
  • J'aime 5
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Deux des meilleurs joueurs du moment, deux ailiers, deux profils qui se rapprochent mais qui s'éloignent pas mal, et deux joueurs qui n'ont pas été gâté durant leur carrière.

 

Pourquoi Robben n'a pas été gâté ? Ses blessures évidemment. C'est un joueur qui aura fait les plus grands clubs du monde, real madrid, chelsea, Bayern munich avec à chaque fois des matchs énormes et des grosses blessures. Avec la Hollande il était tout aussi impressionnant, son match abouti contre la France avec notamment un but où il dribble toute l'équipe pour marquer m'aura marqué. Mais ce joueur outre ses blessures aura été très frustrant : irrégulier, très individuel, enchainant des matchs où il pouvait être complètement à l'ouest, toujours présent pour faire des appels, toujours là à demander le ballon pour le transformer en rien du tout, gachant des occasions qu'il aurait pu se procurer en jouant collectif, peu agressif en défense, nonchalent etc. Malgré tout sur des courtes périodes il était souvent le meilleur joueur du monde. Actuellement et depuis un moment il est surement le meilleur ailier du monde avec Cristiano et justement Di Maria. Il a toujours été juste techniquement, je trouvais que ses problèmes se trouvaient avec ballon dans son intelligence de jeu. Aujourd'hui je me rends compte que le problème n'était pas son cerveau mais sa volonté propre de se rendre "star" de l'équipe. Finalement quand il le veut il est très intelligent avec le ballon. Il a moins de déchets que Di Maria, a une pointe de vitesse bien plus élevée qui fait de lui le meilleur sprinteur du monde avec Gareth Bale (le sous Robben/Cristiano), son pied gauche est aussi plus fort que celui de Angel, il marque plus de buts.

 

Quant à Di Maria, il a pour lui une activité incessante, pour moi l'un de ses plus gros points forts (que j'aimerais qu'il garde à United). Il presse, presse, harcèle le défenseur. Il est aussi plus vif avec le ballon et ainsi bien meilleur dribbleur que Robben dans les petits espaces, il est plus imprévisible et plus impressionnant techniquement au dribble. Il n'a pas été gâté lui non plus dans sa carrière, El Fideo a toujours été trop irrégulier, laissant parfois son alter égo Di No Brain lui dicter comment jouer au foot : ne jamais lacher sa balle sauf pour envoyer un centre au 3 eme poteau. Il était beaucoup plus collectif que Robben, moins porté sur le but, moins "star", plus homme de l'ombre comme José les aimait, comme Carlo les aime. Il touchait aussi plus de ballons que Robben, son apport pouvait donc être plus génant que celui de Robben : lors de ses nombreux mauvais matchs, chaque ballon touchait était synonyme de ballon gaché, soit par un dribble trop osé, soit par un déchet trop conséquent, soit par un centre pour personne. Il était plus imprévisible que Robben aussi dans le mauvais comme dans le bon sens du terme, sa nonchalence pouvait l'entrainer à faire complètement n'importe quoi, il a souvent été l'auteur d'une action contre son équipe entrainant un but.
C'est tout le paradoxe du joueur qui depuis un an est tout simplement l'un des meilleurs joueurs du monde, l'homme des grands matchs (toujours HDM lors de tous les grands matchs du real), bien plus discipliné, plus sérieux, plus juste (malgré un déchet conséquent).

Robben n'a jamais eu le niveau d'un grand Di Maria, comme Robben n'a jamais été aussi qu'un mauvais Di Maria, voilà le paradoxe Angel.

 

 

Mon vote ira quand même pour Angel qui revient de bien plus loin avec certainement un plus grand talent, talent que je qualifierai de quasi unique dans le foot d'aujourd'hui. Son imprévisibilité est quelque chose que n'a pas Robben. A contrario la prévisibilité de Robben ne l'a que rarement géné pour mettre ses fameux buts du gauche. Je pense que Angel ira plus loin que Robben, j'apprécie plus l'argentin, et je trouve que l'argentin a été sur une courte période bien plus fort que le grand Robben.

  • J'aime 7
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il existe de nombreux types de joueurs. Beaucoup de jeunes gens tentent d'imiter ces héros qu'ils voient à la télévision.

Ces jeunes gens peuvent s'inspirer de grands footballeurs, de toute sorte et de toute nature. Mais certains de ces joueurs, apparaissent plus facilement devant leurs yeux et se figent plus longtemps dans la mémoire.

Parfois, des noms ne sont même pas utiles. Un style, une façon, suffit à ancrer profondément un fait dans une âme. Mais parmi tous ces types des joueurs, un style se démarque des autres.

 

Peut-être n'est-ce pas forcément le plus utile des styles.

Peut-être n'est-ce pas forcément le plus intelligent.

Peut-être n'est-ce pas forcément le plus difficile.

Peut-être n'est-ce pas forcément le plus original.

 

Nous ici, préférions peut-être l'assurance d'Edwin van der Sar, la hargne de Vidic, la sérénité de Ferdinand, la loyauté de Gary Neville, l'intelligence de Paul Scholes, le leadership de Roy Keane ou le génie intermittent de Dimitar Berbatov.

 

Mais peut-on leur en vouloir ?

 

Tout le monde dans sa jeunesse a sûrement déjà essayé, de prendre ce style : celui du dribbleur.

De toute sorte. Des fantaisies de Ronaldinho, à la grâce de Zidane, le panel de joueurs qualifiés de dribbleurs demeure large. Et c'est sur deux d'entre eux que porte l'Opposition aujourd'hui.

Deux joueurs oscillant à la fois entre l'ombre et la lumière dans leur carrière. Arjen Robben et Angel di Maria.

 

Commençons par le joueur du Bayern Munich.

 

Et louons sa progression, tout d'abord. La progression de son esprit, au service du collectif. Car, qui ne se souvient pas de cet agaçant joueur du Real Madrid qui attrapait le ballon dans ses pieds et qui ne le rendait jamais à ses partenaires, en se perdant dans des débordements improbables ou des tentatives de dribbles face à 4 adversaires dans un espace restreint ? Qui ne se souvient pas de ses frappes à 25 mètres, à répétition, alors qu'un décalage favorable s'offrait sur le côté ? Oh, bien entendu, lorsque cela rentrait, la vidéo circulait longuement sur Youtube et récoltait un grand nombre de Like, mais au fond, cette répétition de phase de jeu ne nuisait-elle pas à l'équipe ? Ajouté ça au fait que le néerlandais ne défendait qu'avec parcimonie, achevait de dresser le portrait le visage d'un joueur antipathique pour les équipes adversaires, si l'on n'oublie pas de compter sa tendance à tomber facilement et à se relever difficilement. Et en plus, ce joueur se blessait facilement, très facilement.

Et ce joueur avait toutes les qualités pour être brillant pourtant. Il dribblait bien, malgré des actions prévisibles mais qui fonctionnaient grâce à une vitesse d'exécution et à une technique irréprochable. Il avait une bonne qualité de frappe, se déplaçait rapidement, n'était pas maladroit face au gardien adverse. Et lorsqu'il daignait passer le ballon, sa qualité de passe se révélait étonnamment bonne, que ce soit au niveau des courts décalages à effectuer, ou des longues passes. Pendant une longue période de sa carrière, Arjen Robben énervait tout le monde. Parce que tout le monde pouvait sentir son potentiel ballon aux pieds, mais jamais il ne franchissait le pas décisif, retenu par cet égocentrisme inhérent à son jeu. Personne ne semblait pouvoir le sortir de cet état d'esprit, pas même Louis van Gaal alors entraîneur d'un Bayern Munich irrégulier dans ses performances.

 

Et puis vint Jupp Heynckes et la saison 2011/2012. Cette longue période durant laquelle jamais Robben ne partait titulaire, jusqu'à une blessure de Toni Kroos en Ligue des Champions. Et Robben se voit alors l'opportunité de revenir sur le devant de la scène. Chose qu'il fait de façon mitigée : son sens collectif semble se développer doucement, il se déplace et offre davantage de solutions à ses partenaires, combine davantage, mais ne parvient pas toujours à sortir de ses travers, qui le force à jouer notamment trop le soliste face à la finale perdue contre Chelsea, à l'Allianz Arena, alors que le tour précédent, il fut très bon face au Real Madrid.

 

Le déclic avec la saison 2012/2013 semble durable.

Robben est aujourd’hui un joueur qui possède à peu près toutes les caractéristiques pour briller. Il a enfin décidé de mettre son talent au service du collectif. Bien sûr, ça ne l’empêche pas de partir dans des raides solitaires. Mais dorénavant, ses carences psychologiques à ce niveau-là où son égo semble avoir disparu en partie, ne le désavantage plus.

 

Aujourd’hui, lorsque le batave s’envole ballon aux pieds en partant depuis son aile droite pour repartir vers l’axe, l’Allianz-Arena se lève d’un seul homme. Et cela ne s’achève plus souvent par une forme de mécontentement. Non, aujourd’hui, Robben a conquis le cœur de tous les observateurs du football, comme si le temps n’avait été qu’une bonification pour lui. Paradoxalement, aujourd’hui, il n’a jamais été aussi en forme, affûté, et bon dans tous les domaines qu’aujourd’hui. C’est clair aujourd’hui : Arjen Robben a tout le panel d’un grand joueur : vivacité ballon aux pieds, technique impeccable dans ses prises de balle, dans ses dribbles. Son jeu court est très bon, et depuis qu’il sait jouer en peu de touche de balle, ces passes sont efficaces. Son jeu long est tout à fait honorable. Ses déplacements se font plus intelligents. Sa qualité de frappe fait frissonner les portiers même les plus aguerris.

Définitivement, Robben a atteint son apogée, qui le classe parmi les tous meilleurs joueurs du monde.

 

Oui mais voilà, face à celui, un autre joueur prétend à faire partie de ce gratin mondial. Et ce joueur, c’est Angel di Maria. L’ancien du joueur du Real Madrid, a aussi connu une progression sinueuse, ponctuée par blessures, irrégularités, performances en demi-teinte, saignement d’yeux des fans et envies de meurtres de ces mêmes fans. Sans oublier que lui aussi est un grand acteur, capable de simuler des coups de hachoir sur les côtes.

Tout ça à cause d’une chose : communément appelé cerveau, ou plus rarement encéphale, il faut noter que l’Argentin n’en disposait pas toujours. Ce qui explique notamment le fait que son déchet fut si conséquent. S’il jouait pour United contre Fulham lors de la « Nuit des 81 » soyez sûrs que ce nombre aurait doublé.

Lors de son arrivée à Madrid, le joueur venait avec l’étiquette du moche aux oreilles étranges, mais également comme un talent certain qui avait fait les beaux jours de Benfica. Talent à polir néanmoins. Et sa première saison fut prometteuse : sa hargne et son gros abattage, ponctué par de nombreuses actions très intéressantes à l’avant, via sa qualité de dribble, son agilité et sa percussion. Il termine la saison avec de nombreuses promesses, et commence même la saison 2011/2012 comme une véritable furie inarrêtable humainement. Car les blessures se chargeront de le faucher en plein vol. Résultat : une deuxième partie de saison horrible, mais moins que celle qui a ensuite suivie.

L’arrivée de Carlo Ancelotti à la place de José Mourinho changera son destin. Cet oiseau qui n’avait jamais réussi à voler durablement changea avec un replacement décisif au milieu de terrain, où toutes ses qualités sont exploitées au maximum, aussi bien défensivement qu’offensivement. (On peut limite remercier l’achat de Gareth Bale pour ça au final).

Et c’est de son niveau exceptionnel dont on parle, lorsque l’on évoque l’un des meilleurs joueurs du monde.

Il conserve ses qualités intrinsèques de percussion, de passe. Car comme Robben, l’Argentin avait une bonne qualité de passe naturelle, freinée par son cerveau. Comme Robben, même si ce dernier avait un autre problème mental. Son énorme activité ne chute pas non plus, bien au contraire. Il a maintenant une relative liberté pour faire parler un volume de jeu extrêmement conséquent. Ce nouveau rôle lui permet de briser de nombreuses lignes avec une aisance naturelle, créant de nombreux espaces pour ses partenaires qu’il sert désormais. Si Santiago Bernabeù a acclamé son ancien prodige d’une façon si chaleureuse lors de son entrée en jeu face à l’Atletico Madrid en Supercoupe d’Espagne, ce n’est pas anodin. Lui aussi, a réussi à conquérir le cœur des fans et de tous les autres.

 

Comme Arjen Robben, Angel di Maria a franchi un palier mental plus que toute autre chose. Ces deux joueurs ont réussi à faire diminuer au maximum leur nombre de mauvais choix. Le côté soliste écervelé pour Robben, et le côté écervelé tout court pour di Maria. À tel point qu’aujourd’hui, difficile de les départager.

Comment faire donc ?

Au niveau technique ? Pas possible. Quoi que Robben a probablement moins de déchet que l’Argentin, mais ce dernier possède une agilité avec laquelle le néerlandais ne peut pas rivaliser.

Au niveau physique ? Robben est sûrement plus puissant et sûrement plus rapide que son adversaire. Mais tous deux peuvent réaliser des efforts longtemps (cette vitesse de pointe de Robben contre le Chili sous une chaleur étouffante lors de la Coupe du Monde, pour offrir une assist à Depay ou cette course de l’Argentin en finale de la Ligue des Champions pour permettre à Gareth Bale d’inscrire le deuxième but Merengue. ) Impossible de réellement départager ici pour moi.

Au niveau de l’intelligence de jeu ? Robben victorieux ici. Car Angel di Maria, s’il a réussi à franchir ce palier décisif, est encore capable de retomber dans ses travers à tout moment. Et il a toujours moins de déchet que l’Argentin dans ses prises de décision.

Néanmoins, le profil de ce dernier est peut-être plus intéressant. Il fournit des efforts défensifs que Robben n’a jamais été capable d’approcher. Et son rôle en lui-même, que le néerlandais ne pourra assurément pas assurer, est un plus monumental pour son équipe. Robben est aussi de cet acabit-là. Mais des ailiers de grands talents, nous en avons beaucoup sur la planète. Di Maria est devenu quelque chose d’autre qu’un ailier, et tant mieux. C’est en devenant ce milieu de terrain se projetant vers l’avant et créant d’immenses brèches, quitte à perdre le ballon, quitte à avoir plus de déchets, que l’ancien joueur du Benfica a su obtenir la reconnaissance du monde du football … ainsi que mon vote.

 

Et ce ne fut pas facile.

  • J'aime 7

Mata is Free

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Une belle confrontation, entre deux gauchers de haut vol.

Deux joueurs que toute équipe rêverait de pouvoir avoir dans ses rangs.

 

Je vais pas m'étaler sur ces deux joueurs, certains ont déjà ici parfaitement résumé la carrière du hollandais et le talent de l'argentin.

 

Le seul point qui fait pencher mon vote vers Di Maria, c'est parce qu'il joue à Manchester United.

 

Voilà a+.

 

Non, plus sérieusement

.

On a d'un côté, un joueur qui a effectué l'ensemble de sa carrière en tant qu'ailier, et toujours à un niveau impressionnant, malgré les passages à vide et les blessures fréquentes. Et de l'autre côté, on a un ailier reconverti en tant que milieu central, qui brille depuis deux saisons grâce à ce repositionnement.

C'est là que le problème se pose. En tant qu'ailier pur et dur, je pense que le hollandais est au-dessus de l'argentin.

 

Etre décisif en tant qu'ailier, c'est quelque chose d'assez difficile dans le football professionnel. Quand on voit Cristiano ou Robben, on se dit que non. Ce qu'il a réussi à réaliser à ce poste durant sa carrière est juste incroyable. On a souvent critiqué le fait qu'il faisait souvent la même chose, mais justement, réussir à exécuter un crochet intérieur alors que l'adversaire sait pertinemment qu'il va faire ça, c'est très fort. Il a toujours eu un temps d'avance sur ses défenseurs, grâce à une vitesse d'exécution assez phénoménale.

 

Et c'est là où je l'admire, c'est sur sa force à avoir réussi à être décisif en ailier (cette volée qu'il nous colle à Old Trafford...).

Même si durant sa carrière, il a souvent énervé par son côté personnel, il a toujours réussi à progresser, et ce malgré ses pépins physiques, jusqu'à atteindre un niveau d'excellence.

 

Pour en revenir à Di Maria, lui est maintenant un ailier reconverti, qui brille depuis qu'il ne joue plus à ce poste. Il a toujours eu un talent incroyable, mais était limite plus agaçant que Robben sur certains match en tant qu'ailier. Franchement, avant sa saison dernière, jamais j'aurais voulu de ce joueur, que je trouvais bon, mais sans être non plus exceptionnel. Jusqu'à cette saison dernière incroyable. Depuis, franchement, les joueurs proche de son niveau, on les compte sur les doigts de la main d'un mec n'ayant plus que trois doigts. :ph34r:

 

Son apport en tant que MC est juste incroyable. Réussir à perforer des équipes en passant plein axe, je pense que peu peuvent se le permettre. Je repense à ce qu'il fait contre Leicester (oui ce n'était que Leister, mais quand même) où en accélérant à deux reprises, il arrive à te glisser une passe parfaite à Robin et à marquer un but exceptionnel. Il a atteint un niveau exceptionnel à tout juste 26 ans, alors qu'il n'est même pas rentré dans ce qu'on appelle les belles années d'un footballeur. Sa progression n'est pas terminée, au fil du temps, il va perdre en déchet et faire davantage de meilleurs choix sur le terrain.

 

 

Si j'avais à départager ses deux joueurs au poste d'ailier, mon vote irait bien évidemment à Robben. Qui est une référence à ce poste, ni plus ni moins.

 

Néanmoins, à l'heure actuelle, mon vote penche plus vers Di Maria. Il a réussi à s'adapter à un poste qui n'était pas le sien. Ce qui prouve qu'il a d'énormes qualités. Je pense pas que Robben aurait pu jouer en tant que milieu comme le fait l'argentin. Son apport dans un collectif est vraiment devenu important, et n'importe quelle équipe le possédant ne pourrait s'en passer. Puis il joue chez nous, donc je vote Di Maria m****!

Modifié par Fletcher77
  • J'aime 7
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 semaines après...

Un duel super compliqué ! Le plus compliqué que j’ai eu à voir pour ma part… Entre deux superbes attaquants, l’un est quand même un sacré abruti et l’autre bien sympa et propre sur lui mais on va parler de choses pour le départager.

 

Luis Suarez est un super attaquant, le meilleur 9 qui existe avec Falcao mais il ne se ressemblent pas vraiment dans le style pur. Suarez est un joueur explosif alors que Radaem est + dans un mélange technique de félin on ne l’appelle pas El Tigre pour rien par ailleurs… Suarez a un sens du but très aiguisé et c’est un joueur qui a très très faim devant les buts, c’est un acharné de ballons, il aime surprendre ses adversaires avec des accélérations rapides, il se place très bien et aime partir dans le dos des défenseurs, en un contre un il est tout bonnement ultra efficace et rate rarement ses duels, c’est un vrai joueur complet et un pur joueur d’efficacité, il a aussi le don d’énerver ses adversaires de par son comportement sournois, ses sourires narquois et ses provocations utiles pour son équipe. Les grands joueurs ont un grain de folie mais lui est tout simplement un psychopathe, il mord les gens et c’est un récidiviste à souhaits, un vrai carnassier qui fait peur à certains et c’est compréhensible… Ce joueur complet également de la tête est un formidable joueur qu’il faut avec soi plutôt que contre, par contre le joueur peut facilement se sentir désabusé par la situation et s’énerver. Il n’en reste pas moins l’un des plus grands attaquants de l’époque actuelle, on l’aime ou pas mais je ne vois aucune ambiguité sur son niveau football par rapport aux connaisseurs et même ceux qui lui crachent à la gueule ça force le respect ce qu’il fait dans le domaine purement footballistique sur le terrain. Chose aussi importante qui peut le distinguer de Falcao il tire aussi les coups francs.

 

Radamel Falcao l’intelligent, le complet aussi évidemment d’une manière moins directe et plus esthétique, il aime faire jouer ses équipiers et sait aussi se faire oublier des défenseurs, il a cette belle faculté d’anticipation sur les balles perdues et également à se mettre entre les lignes n’hésitant pas à reculer pour prendre la meilleure position. Falcao a un style que les amateurs du beau jeu aiment, sur le terrain c’est quelqu’un qui travaille beaucoup et a un comportement irréprochable, ce joueur est un gentil qui aime son sport et qui ne se fritte avec personne, il préfère se taire et montrer seulement sur le terrain ce qu’il sait faire en le faisant remarquablement bien. Ce qui est bien avec lui c’est qu’il a aussi des qualités de milieu avec son jeu de passe assez complet et de bonnes orientations de jeu, il sent bien les coups de manière globale et en partant de derrière, il peut faire + de passes que Suarez, ce dernier préférant souvent partir en flèche quand une brèche se forme… Il est aussi malin bien évidemment et pour revenir à son placement entre les joueurs il arrive souvent à le faire dans les 16 mètres adverses voire dans les 6 mètres du gardien opposé cela montre son superbe instinct de tigre qui sort ses griffes quand bon lui semble et ça marche presque à tous les coups. Dans son genre c’est un vrai modèle, il se mélange à Tévez et Suarez en même temps car c’est aussi un gros bosseur sur le front offensif.

 

Nous avons vraiment affaire ici à deux références de l’attaquant moderne, l’Ange qui joue chez des diables contre le Démon qui joue chez les catalans désormais. J’ai toujours préféré Falcao à Suarez mais dans le jeu Suarez a tellement évolué qu’en terme pur joueur je ne peux pas les départager, je vais quand même voter Falcao par rapport aussi à son comportement sur le terrain qui est vraiment parfait la plupart du temps par rapport à un Suarez parfois pas humain dans le mauvais sens du terme.

 

Citation comme ça : « Falcao mange ses adversaires mais Suarez est un mangeur d’hommes »

  • J'aime 7

zonepppp.png.f7ed0fe13b0fa7b4f04087349f20ccdd.png

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est aussi l'un des duels les plus compliqués pour moi...

 

Deux joueurs d'instincts, des tueurs de surfaces, qui ne font aucun cadeau à leur adversaire.

Suarez est pour moi, un Carlos Tevez en version amélioré mais avec un moins bon comportement sur le terrain bien entendu. C'est vraiment le joueur chiant par excellence. Car important pour son pressing sur le porteur du ballon, très remuant, qui s'en sort dans les mouchoirs de poche, et en plus de ça, très à l'aise avec le cuir. Ponctué à tout ceci, une finition remarquable devant les buts.

Il s'est naturellement imposé comme l'un des meilleurs 9 de la planète, et a laissé son empreinte dans la PL, en devenant le meilleur attaquant de Liverpool depuis Torres, voire même depuis Michael Owen...

Je ne l'apprécie pas, pour en autre l'affaire avec Evra (qui en est une parmi tant d'autres), mais si on se limite au terrain, ce gars est là est énorme, il est le rêve de beaucoup d'entraineurs, car allier abbatage + travail collectif et efficacité dans les derniers mètres adversaires, ce n'est certainement pas donné à tous les avants centres. J'attends maintenant de voir ce qu'il va donner au Barca... Pour moi son intelligence et ses qualités vont lui permettre de s'illustrer, mais l'inconvénient le concernant, pourrait être l'omniprésence offensive de Messi, et la montée en puissance de Neymar. À voir...

Le championnat espagnol lui convient encore mieux que la PL, mais l'arbitrage beaucoup moins laxiste, et la présence de joueurs aussi roublards que lui, pourraient lui jouer des tours. Gare au retour du bâton.

 

De l'autre côté Falcao.

Joueur que j'apprécie beaucoup plus évidement, mais que je connais moins paradoxalement. Je l'ai bien plus suivi à Porto, mais c'est vraiment en Espagne qu'il est s'est vraiment fait un nom, avec sa fabuleuse saison 2012-2013.

Il est doté d'un véritable flair de buteur, on le sent plus renard des surfaces que Suarez, mais légèrement moins habile avec le ballon. Ceci ne l'empêche pas de savoir tirer son épingle du jeu, de remiser, faire des superbes appels, sentir les bons coups, et se placer avec brio dans les 16 derniers mètres. Pour un tel profil, il décroche quand même beaucoup, et comme dit dans le précédent post, se démène pour ses coéquipiers. C'est un joueur qui joue avec le coeur, et peut-être plus dans le bon sens du terme que son rival du jour.

Il a vraiment toutes les qualités pour briller à United, ainsi que le caractère et l'envie. Je le vois comme le successeur de Van Nistelrooy, le dernier buteur qui faisait un malheur sur d'autres terrains. Van Persie n'est pas pour moi, le successeur de RVN, ne serait-ce que pour sa présence à Arsenal, et son profil plus spécifique. Et l'avantage de Radamal par rapport à Ruud, c'est son aisance en dehors de la surface de réparation, bien que Ruud n'était pas non plus mauvais, en dehors de son jardin...

 

Pas évident de choisir au final.

 

Falcao a brillé en Liga en l'espace d'une courte période. Suarez a explosé en Angleterre. Et maintenant les deux vont tenter de faire la même chose mais en inversant les championnats. Je suis plus confiant pour Falcao, mais Suarez arrive dans un collectif peut-être plus soudé...

Mais pour moi Suarez est légèrement plus fort, et c'est pour cette raison que je vais voter (à contre-coeur) pour le néo-barcelonais. Même si je préfère fois de loin, l'état d'esprit du colombien.

  • J'aime 5

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je vote pour...

 

On verra ça à la fin :P

 

Les deux posts qui me précédent disent pas mal de choses déjà.

Je dirai que Falcao est la parfaite représentation de l'attaquant moderne... Suarez ressemble pour moi à un neuf-et-demi, et pourrait parfaitement jouer derrière une pointe, ce qui déjà les démarquent pour ma part.

Falcao est LE buteur, Suarez fait plus électron libre, et adore se faufiler dans les petits espaces, sur le côté, dans les intervalles... Tactiquement il est redoutable.

 

Tu demandes à un coach qui prendre entre les deux, je suis sûr que 8 sur 10 prendrait le barcelonais, le seul hic serait sa capacité à pourrir un vestiaire. Malgré tout je préfère Falcao, qui comme le dit OGS a un côté ange, je rajouterai sauveur aussi. Il suffit de voir toute la ferveur qu'il y'a eu quand on l'acheté!

Il a une aura... Il est la flamme de l'espoir :P

C'est l'un des buteurs les plus réguliers depuis 2010, et un porte bonheur sur le plan européen... J'ai bien hâte de voir ce qu'il va donné en C1, mais je ne doute pas, qu'être un spécialiste de l'Europa League, est le signe d'une future réussite à l'échelle supérieure.

Je dirai qu'il a la même capacité que Suarez a inquiété une défense, ses appels dans le dos d'une arrière garde font fureur... Sa première touche, sa complétude en tant qu'attaquant (physique, technique, sens du but, frappe de balle, jeu de tête), font de lui, un des tous meilleurs.

Dommage pour la coupe du monde, mais aujourd'hui c'est nous les supporters mancuniens qui profitons de sa présence, et espérons qu'il sera à la hauteur des attentes, et de son talent!

 

Suarez toujours en tant que fan d'United, on le connait, et on sait le danger permanent qu'il pouvait être. Je ne suis pas donc pas malheureux qu'il quitte Liverpool ^^... et je suis certain qu'il confirmera.

 

Mais personnellement, et avec certitude, je vote pour notre Falcao national!

  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un duel qui pourrait être intéressant pour beaucoup de membres je pense, c'est Isco-Koke.

On peut dire que vous avez une vision socialiste du football ?

 

Arrigo Sacchi : J'ai une vision correcte d'un sport d'équipe dont l'âme est le jeu. Voilà d'ou je pars.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Isco et Koke sont deux des meilleurs potentiels en Europe à leurs postes et ont déjà les deux un niveau trés bon, ils ont déjà exploité une partie de leurs potentiels à deux niveaux différents (Koke l'a déjà plus exploité selon moi) grâce évidemment aux deux coachs excellents que sont Simeone et Ancelotti. Ils jouent plus ou moins au même poste mais n'ont pas réellement le même profil de joueur, l'un (Isco) à un jeu un plus direct et offensif alors que l'autre (Koke) est un peu plus complet et meneur.

La principale qualité d'Isco quand on le voit jouer régulièrement, c'est évidemment sa technique léchée. Il fait parti de ces joueurs à l'instar actuellement de Januzaj et autre Pogba à avoir un don technique pour le football. Outre sa technique, il a toute la panoplie de l'excellent milieu offensif. Vivacité physique et d'esprit, vision de jeu large, joue dans le sens du jeu, à une bonne activité.
Quand on combine ces qualités la de milieu offensif à une technique plus ou moins exceptionnel, ça donne Isco, successeur espagnol d'Andres. Pas besoin de chercher loin pour se faire un avis sur Isco visuellement, contre Liverpool récemment, il nous a tous ébloui offensivement. Par ses déplacements, il passe et se déplace intelligemment pour proposer une solution crédible à ses partenaires (coucou Fellaini), ses combinaisons, ses choix de passe, son placement entre les lignes.
Et la ou il progresse beaucoup cette saison -et c'est entièrement du à maître Ancelotti qui arrive à faire contrairement à Mourinho (pour moi) un réel 11 au Real Madrid-, c'est dans son repli défensif. Ancelotti a inculqué à lui et James un repli defensif excellent et on a vu Isco faire les efforts défensifs des dizaines de fois sur différents matchs sous Carlo, il contribue énormément à l'équilibre defensif du Real Madrid.
Isco est une perle clairement, un des meilleurs MO en Europe depuis le début de la saison et il peut potentiellement encore faire plus vu son jeune âge, ça dépendra de lui et surtout des coachs qu'il va avoir mais si Ancelotti reste, nul doute qu'il deviendra ce qu'il doit être, comme Iniesta à une époque, le meilleur MO en Europe sur plusieurs saisons.

Koke, c'est différent. Il a pour moi un talent technique intrinsèque inférieur à celui d'Isco mais à une intelligence de jeu et surtout et j'insiste sur ce point, une maturité dans le jeu supérieur. Je le considére comme l'un des milieux les plus complets en Europe à l'heure actuel. C'est la touch Simeone ça. Il est la pierre angulaire de l'Atletico et Del Bosque devrait clairement faire de même avec Koke pour reconstruire la Roja, faire de Koke un titulaire indiscutable.
La qualité principale de Koke pour moi, c'est d'être complet justement, il a pour moi une bonne technique, il défend bien, il lit bien le jeu et joue constamment dans le bon sens, il a une bonne finition, sait faire la différence dans les duels et il a un trés gros volume de jeu. Il a tout, comme Xavi, toutes proportions gardés évidemment.
Une des différences avec Xavi, c'est la hargne que Koke a dans son jeu je trouve. C'est encore une fois la touch Simeone et je ne sais pas si vous serez d'accord avec moi mais son jeu respire la personnalité de Vegeta, la hargne, la grinta, bref tous les ingrédients que les anciens aiment apprécier de nos jours chez les joueurs. Koke en veut sur le terrain. Mais à la différence des Matuidi et autres machine à presser bête, Koke sait mener et méne. La différence avec Isco, c'est que Koke est titulaire indiscutable avec l'Atletico et qu'il a été champion de Liga comme cela, c'est trés fort vu son âge et son importance dans le jeu. Pareil avec la Roja, Koke commence à s'imposer alors qu'Isco n'a pas du tout beaucoup de temps de jeu il me semble.

Isco et Koke sont donc pour moi deux des meilleurs à leurs postes depuis le début de la saison, Koke est plus complet qu'Isco alors qu'Isco à l'avantage d'avoir une plus grosse marge de progression je trouve, via sa technique exceptionnel. Ils sont jeunes et l'Espagne a vraiment beaucoup, beaucoup de chance de les avoir. Je ne sais pas pour qui voter tant les deux régalent chaque week-end et font plaisir à voir pour les amoureux du football. Koke est meilleur je pense mais je préfére Isco, enfin bref, je vote blanc. ^^

  • J'aime 5

On peut dire que vous avez une vision socialiste du football ?

 

Arrigo Sacchi : J'ai une vision correcte d'un sport d'équipe dont l'âme est le jeu. Voilà d'ou je pars.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 mois après...
  • 6 mois après...

Augustin, qui n'a de que des bonnes idées - cela va de soi ! - propose un duel entre consultants; cela changerait des joueurs, et des entraîneurs...

 

À conditions que ça ne soit pas des consultants français... Parce que devoir choisir entre la peste et le choléra...

 

De toutes façons moi je m'en fout. Quels que soient les consultants proposés, mon vote ira à Captain Garyyyy Neviiiiillleeeeee !

Modifié par malon01
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 13 invités (Afficher la liste complète)

    • Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne
  • Récemment sur cette page   0 membre est en ligne

    • Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.
×
×
  • Créer...