Aller au contenu

Doraibu

Fergie Babes
  • Compteur de contenus

    1 848
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    31

Doraibu a gagné pour la dernière fois le 21 janvier

Doraibu a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

574 La vérité est en marche

À propos de Doraibu

  • Rang
    FFX DEVILS

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

Profile Information

  • Sexe
    Homme
  • Ville actuelle
    Le NON OLHIGARQUE (THE NO OLHIGARQUE MAN)

Autres Informations

  • Joueurs préférés
    Le VOLHeur

Visiteurs récents du profil

19 495 visualisations du profil
  1. Tu veux plutôt parler de toi et tes acolytes dans tes futurs transactions boursières digne d'un Warren Buffet 😛
  2. Bah tu as le droit de penser ce que tu veux 😛 Et je suis d'accord que sur certains points De Gea a plus de mérite si on dit le contraire c'est qu'on est ingrat ou aveugle, il mérite limite une statut le type au vu de ses nombreux matches où il nous a sauvé. Mais à ce que je saches Kakim le football n'est pas toujours très juste, et je pense que tu l'a bien saisi. On l'a pu le voir aussi avec Bryan Robson par exemple, qui malgré sa bravoure, son talent et son abnégation a vu du temps avant de voir sa carrière être récompensée. Les titres qui font rentrer le club dans l'histoire sont importants on ne peut pas le nier malgré toute la sympathie qu'on peut avoir pour certains joueurs ou entraineurs… et en effet un effectif de qualité va aider un collectif à se rapprocher de ses meilleurs objectifs. D'ailleurs aujourd'hui De Gea… fait parti de mes joueurs préférés donc ça ne serait pas de la mauvaise foie de bas étage de ne pas le faire gagner le duel, mais un recul et une réflexion sur l'apport général des deux portiers. Et si aujourd'hui De Gea pète le feu, il ne faut pas oublier qu'Edwin a vraiment représenté quelque chose… comme un mur insubmersible, et comme le souligne One Sheasy, il a eu un record d'invincibilité personnel qui parle quand même bien en sa faveur. Si tu vises uniquement le talent intrinsèque, là c'est clair que De Gea a largement de quoi faire et pourrait même gagner le duel à ce niveau là… mais il n'y a pas que le talent, et surtout pas pour un poste de gardien: Barthez était un gardien très talentueux à la base aussi, mais cela n'a pas suffit ^^ Et je pense ce qui fait le charme c'est qu'on ne soit pas d'accord sur tout, sinon on se ferait bien ch***. De Gea c'est le génie, Van Der Sar c'est l'assurance.
  3. Oui bah doucement… sinon tu vas nous faire des duels entre persos de Dexter 😛
  4. Déjà c'est deux gardiens sont séparable sur un point, l'un est un leader l'autre non, il est facile de désigner Edwin comme étant de la première caste et David de la seconde. Il y'a quelque chose de plus mesuré et travailleur chez Edwin, il y'a quelque chose de plus naturel, plus psychique, plus intuitif chez De Gea. Le parcours est vraiment différent car l'un est arrivée pour finir sa carrière, l'autre est venue pour la programmer, donc les trajectoires ne sont pas sensées être les mêmes, pourtant ces deux gardiens sont incontestablement dans le top 3 des meilleurs de Manchester United. Sir Alex Ferguson trouvant que le signe du Scorpion serait le plus à même à assurer le dernier rempart à United: Peter, Edwin et David sont tous les trois du signe scorpio, il a du être charmé par quelque chose 😛 Edwin étant d'une école sophistiquée, la formation ajaxoise, a mêlé son talent, son expérience et son leadership serein pour redorer un poste longtemps en carence, après la dernière belle saison de Barthez dans le début des années 2000. De Gea est arrivée dans une situation délicate car devant remplacer une légende du poste, et étant clairement affiché. On sentait bien qu'on comptait sur lui pour remplacer la vielle garde et ses débuts hésitants ont interpellé plus d'un. Certains se demandant même s'il n'allait pas craquer devant la pression. On savait intuitivement qu'il s'y ferait mais d'un autre côté c'était assez délicat… ça n'a vraiment pas été facile pour l'espagnol. Au final à force de travail, d'adaptation et grâce à une prise de masse et un travail sur le mental, De Gea s'est forgé au poste au point qu'il est plus facile de s'identifier à un David qu'à Edwin, car il est plus facile de s'identifier face à celui qui s'est forgé, que face à celui qui laissa entrouvrir la bible de son expérience incontestable et incontestée. Donc c'est la raison pour laquelle beaucoup seraient tentés de dire que c'est De Gea désormais et c'est parfaitement explicable… c'est plus récent… ses sauvetages sont plus récents, et son panel d'arrêts toujours plus fous commencent à avoir un poids certain dans l'histoire de Manchester United. Ses arrêts alors que tu penses que la balle peut finir au fond des filets, et que tu le vois déjà prêt à relancer le ballon commencent vraiment à faire cogiter les supporters dans le choix du numéro un absolu. Edwin cela dit, est arrivée et à l'instar d'autres dans une préparation plus intelligente et élaborée pour permettre à United de se remettre dans le droit chemin, après une dernière belle saison 2002-2003 où la joie de la victoire et du prestige faisaient encore échos et l'échos auprès des fans. Depuis… ça commençait à faire long, et si aujourd'hui nous penons à retrouver le haut de la scène... on a tendance à oublier cette période pré-2007 où les déceptions n'étaient pas plus supportables. Edwin à l'image de l'équipe s'est bien repris, et consolidé un poste de gardien/premier relanceur. Il n'était pas qu'un portier et avait un rôle dans le jeu, en témoigne les nombreuses passes en sa direction pour qu'il relance correctement. Edwin s'est parfaitement intégré dans un Manchester United pragmatique et intelligent, et son élégance naturelle apportait une sorte de sûreté et crédibilité assurant la colonne véritable d'un club programmé pour gagner. De Gea est le gardien qui nous sauva bien des galères, et certainement qu'au vu de son parcours il aurait mérité une pléthore de trophées compensée par des distinctions individuelles de fin de saison… mais à l'image d'un Ruud Van Nistelrooy, je percevrai plus De Gea comme le joueur qui était peut-être trop en avance dans une équipe pas totalement prête aux victoires finales. Il manque à notre sauveur, des sacres anglais voir européen pour gravir la marche du meilleur portier de l'histoire du club, peut-être que le temps et la remontée du club lui donnera enfin la récompense de ses perpétuels efforts. Pour le moment Edwin le regarde d'un air serein et amical dans une marche au dessus en l'encourageant à toujours faire plus afin de prendre sa place dans la bataille finale contre un certain… Peter Schmeichel.
  5. On va effectivement prendre son temps pour ce duel… il y'a quelques temps de cela j'aurais dit Edwin haut la main… mais là...
  6. J'ai quelques équipes je commence par ça! Betis Seville 2005 Ajax 2004 Auxerre début année 2000 Pays-Bas 1998 Leeds début année 2000 J'en ai d'autres et je développerai après!
  7. Doraibu

    Buts du Week - End

    Le but de Rashford était pas mal mais il y'en aura à coup sûr de plus beaux à en mettre!
  8. Doraibu

    Le 11 Archétype

    Le 11 Calcio année 2000 :p GK: Buffon ARD Zanetti - DC Cannavaro - DC Nesta - ARG - Maldini MDF - Pirlo MC - Seedorf MO - Nedved MO - Ricardo Kaka Ailier droit-attaquant - Shevchenko Att - Trezeguet Entraîneur: Don Fabio Capello Banc: Toldo, Zambrotta, Cafu, Stam, Thuram, Emerson, Gattuso, Veron, Salas, Camoranesi, Rui Costa, Del Piero, Cassano, Totti, Vieiri, Di Natale, Iaquinta, Batigoal. Autant dire que certains ont largement leur place dans le 11 titulaire!
  9. De quoi te réconcilier avec FréKoDing!!!! sur le sujet :p
  10. Charlie... tu devrais faire preuve d'un peu plus de gratitude... grâce à certaines personnes nous n'utilisons plus des thermes tel que "vista" "qualité de passe" "come on" et autres "vision de jeu". D'ailleurs j'irai faire un tour à la mairie de Paris pour signaler cet état de fait. J'ai même appris qu'il fallait pleurer devant un contrôle de Nani. Marcelo et Roberto Carlos... le technicien fantaisiste à la coupe afro, face à l'éternel chauve aux courses désormais célèbres sur son couloir gauche. Marcelo et Roberto Carlos répondent parfaitement au débat du qui a le meilleur rôle entre celui qui INITIE et celui qui APPROFONDIE ? (Ouuuh...) À qui revient la palme ? Roberto Carlos n'est en soi pas un arrière gauche mais un latéral gauche de défense à 5 qui a été placé dans une défense à 4. Donc cela donne des montées permanentes, des déboulés sur le couloir gauche, et une volonté de foutre la zizanie devant les systèmes bien rodés. Roberto Carlos est un fouteur de souk... l'objectif étant au maximum d'étirer les lignes adverses (so 2009) pour créer l'espace, la talonnade qui le lancera, la passe en profondeur initiée par les appels du brésilien... (So 2014). Marcelo devant être un grand fan de son illustre compère s'est en même temps inspiré de son jeu, mais en a compris les lacunes: La manque de fluidité de R.C. Marcelo étant un joueur plus fin technicien, et évoluant dans un football plus perfectionné tactiquement a saisi que les montées incessantes ne sont pas sans risque. D'ailleurs il est bien couvert par les récupérateurs madrilènes, l'intelligence de Varane dans la défense, mais est également un joueur plus intéressant dans le repli défensif, bien qu'il ne soit lui non plus monstrueux, il reste brésilien. Marcelo est un technicien extraverti, un joueur qui allie son tempérament très blaggeur dixit Zizou, très expansif à une volonté à toute épreuve sur le terrain, et on sent une culture de la gagne, qui l'a permit de devenir sans doute le meilleur à son poste. Je trouve dans le football moderne le profil de Marcelo plus intéressant et plus versatile, il pourrait jouer un cran au-dessus sans sourciller et me rappelle plus Daniel Alves. Mais... que serait le poste d'arrière gauche sans ce brésilien charismatique bouillant comme une marmite ? Ses petits pas suivis d'une course ravageuse dans un C-F au abord des 30 mètres étant l'une des scènes les plus emblématiques des années 90-2000. Il a été l'initiateur de pas mal d’éléments, je dirai même qu'il avait un léger temps d'avance. Un avant-gardiste qui n'avait pas peur d'en faire qu'à sa tête et de défier la science. Frappe extérieur/coup de pied sur les coups-francs, sur les changements d'ailes, frapper les coups-franc en extérieur pour garantir l'effet de surprise aux murs et gardiens adverses. Un des spécialistes des longues touches qui ressemblaient à des centres, permettre au latéral d'avoir un poids certain dans les assauts adverses. Passes en profondeur de l'extérieur du pied. Il dira en 2002 que s'il avait gagné le ballon d'Or (qu'il aurait pu gagner) il l'aurait dédié à tous les défenseurs au monde, voilà révélateur de la mentalité du brésilien. Un précurseur pour honorer ses compères dans le futur. Pour que Scolari envisage de faire un système qui les privilégient (lui et Cafu) c'est que vraiment nous n'avions pas affaire à des latéraux ordinaires... surtout le latéral gaucher qui rien que par sa présence, laissait planer une forme de danger... un danger souriant mais un danger quand même... Il m'a plus marqué, bien que j'adore Marcelo qui après des débuts hésitants a fini par s'imposer comme un constant au sein du Real, un funambule doué ballon au pied... Cela dit Roberto Carlos venant d'une époque dorée et ayant fait une forte impression durant plusieurs ET ayant laissé un héritage mérite de remporter cette opposition. Marcelo sera perçu comme son digne successeur, un des soldats du Real reconquérant les LDC. Roberto Carlos win.
×
×
  • Créer...