Aller au contenu

Bilan de la saison 2014/2015


Duncan Edwards
 Partager

Messages recommandés

L'objectif étant désormais atteint, c'est le moment de faire le bilan de cette saison éprouvante et d'en tirer des conclusions pour celle à venir.

Il y a tant à dire, à commencer par la reprise de l'équipe au plus bas par v.Gaal, le précédent mercato estival, la confirmation/l'éclosion de certains de certains joueurs, la régression/déception d'autres, l'évolution considérable au niveau du jeu etc etc...

Modifié par babyf@ce
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Frustrante au niveau comptable oui car on aurait pu faire mieux avec du recul et sans les points perdus en début de saison. Maintenant, est ce qu'on peut dire qu'il y a eu du mieux par rapport à la précédente, oui, clairement je pense qu'on peut le dire.

En milieu de saison je disais à Santana que j'avais du mal à voir où v.Gaal voulait aller. Au fil deS matchs c'est devenu plus clair et plus plaisant, en dehors du fait qu'on a du mal à concrétiser par des occasions/buts ce jeu de possession que v.Gaal a instauré.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

dans mon souvenir : une saison en dent de scie : débuts médiocres, mois de novembre solide ac VP en pointe, mois de décembre/janvier assez médiocres (dû, en partie, au retour de Falcao et au fait qu'on se mette à jouer en 422 ac 2 neufs purs, ce qui est devenu impossible), superbe série au printemps ac l'effectif au complet et contre de belles équipes, et puis BOUM : trois défaites d'affilée contre des équipes hyper reculée & resserrée

 

au niveau comptable : la 4eme place et notre nbr de points, c'est "objectif rempli" mais un peu décevant quand même (même si en début de saison, dans le doute et la peur, j'aurais signé pour ça perso)

 

au niveau du jeu : y'a une idée qui s'est mise en place, une "façon", on est capable de mettre bcp de pression sur l'adversaire, de les acculer, mais aussi de se faire avoir à notre propre jeu, ce qui est inquiétant

 

genre en 2eme partie de saison, on était très à l'aise contre les équipes qui jouent (Arsenal, Tott') mais par ctr très fragiles contre les tortues à carapace

 

c'est vraiment ça, pour ma part, qui me rend un peu anxieux quant à la saison prochaine

 

enfin, les joueurs : Young & Valencia ont fait tout deux une brave saison à mon avis (Fellaini aussi, même s'il termine un peu moins bien) et De Gea c'est du haut niveau

 

Herrera c'est de super bonne augure

 

et puis tout ça et puis tout ça

  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Saison compliqué mais porteuse d'espoir.L'essentiel est fait maintenant ne reste plus qu'a confirmé la saison prochaine et essayer de glaner quelques trophés.

 

Le jeu : beaucoups (trop?) de schémas de jeu tenter ce qui a considérablement ralenti les automatismes entre les joueurs mais LVG semble avoir arreter un système précis.Les profils des futures recrues confirmerons cette idées ou au contraire laisserons entrevoir un nouveau système.

 

Le gros point noir : les blessures! trop,beaucoup trop, de joueurs hors service.J'espère une profonde réflexion du staff sur ce point précis.

 

Les joueurs :

 

- les "revenants" : inexistants la saison dernière ils ont retrouver un semblant de jeu : Young, Fellaini, Valencia , Smalling.

 

- les bonnes surprises : - Herrera : très mal partis il a petit a petit trouvé sa place.

- Mata : même si je ne suis pas fan de son positionement son entente avec herrera a fait du bien au milieu.

- De Gea : enfin son potentiel explose.L'arrivée en tant qu'entraineur des gardien de Frans Hoek n'y est sans doute pas pour rien.

 

-les déceptions :

- Falcao : clairement un coup de poker tenté par le staff mais au final un pétard mouillé.

- RVP : avec l'arrivée de LVG j'avais espoir qu'il retrouve de l'envie et son instinct de buteur.

- les semi-déceptions : - Rooney : Avec le brassard de capitaine j'ésperai qu'il retrouverai sa combativité d'antant et qu'il prendrai une autre dimension en tant que leader ce qui n'as pas était le cas ou vraiment rarement.

- Di Maria : oui semi déception car je m'y attendai. Outre l'adaptation, la pression du montant du transfert ajouté a celle psychologique du numéro 7 et des attentes des supporters et du staff, ne pouvaient pas donner autre chose que la pale copie rendue par ADM cette saison.Si je rajoute la "malédiction" des sud américains a United tout était contre lui.

 

Maintenant j'éspère un mercato intelligent qui pourra combler les manques de l'équipe pour la rendre compétitive la saison prochaine.

  • J'aime 1

684835grunge.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Assez bon résumé sur lequel je suis globalement d'accord sauf sur un point.

 

DeGea je le mettrais dans les déception car si on va en C1 c'est en grosse partie grâce a sa saison de folie dans les cages et étant donné qu'il ne sera très probablement plus des notres l'année prochaine ca reste une déception AMHA...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bon et bien voilà. Je tenais à poster ce message après notre dernier match, car après tout, une saison dure 38 journées. Même si on avait plus rien à disputer.

 

Passons,

Je vais pas faire dans l'originalité et définir notre saison avec un adjectif qui sera sûrement l'un des plus employés sur ce topic : frustrante.

 

Je pense pas qu'on puisse se réjouir de cette saison. On a réussi à atteindre notre objectif qui était de retrouver l'Europe, mais que ce fût laborieux. Il y'a bien eu des moments où franchement, on se demandait ce qu'il adviendrait de notre club en fin de saison. Vous vous rendez compte ? Se demander si on allait arriver dans le quatuor de tête alors que pendant quinze ans on avait pour soucis de se demander si on allait pouvoir aller en finale de la C1. Les problématiques de notre club de coeur ont évolué et c'est dur de l'accepter, mais il faut faire avec.

 

J'étais très confiant en début de saison. Je pensais qu'on allait enfin passer un cap, que ce soit dans le jeu, les résultats et surtout l'envie. J'allais même jusqu'à croire que Blackett serait un de nos futurs centraux tant il avait bluffé tout le monde durant la pré-saison.

Au final, c'est pas vraiment ce que j'aurais espéré. Alors oui, on a retrouvé une base beaucoup plus saine avec un entraîneur très fort tactiquement. Fini les matchs où l'on se faisait tringler contre tous les gros, on a pu enfin retrouver nos couleurs et notre fierté. Mais bon, tout n'a pas été parfait et nos attentes n'ont été comblées qu'à moitié. Un peu de jeu, des résultats en dents de scie et une envie irrégulière de nos joueurs sur le terrain.

 

Mais bon, nous sommes en reconstruction me direz-vous, et c'est bien vrai. En espérant que nos maçons finissent par rebâtir notre forteresse d'ici la fin de la saison prochaine.

 

Je veux pas faire l'optimiste pour la saison prochaine. Depuis le départ de SAF, on a eu le droit à tellement de choses, qu'on peut encore s'attendre à vivre une saison difficile, C1 ou non. Je veux pas dire qu'on va jouer le titre alors que beaucoup de choses sont encore bancales. Comment être confiant lorsque votre club joue avec une possession des plus stériles et des plus ennuyantes pendant plusieurs semaines, sans jamais que rien ne change.

 

Mais bon, même quand on gagnait tout sous l'ère SAF, on avait quand même des choses à redire. Tout ne peut pas être parfait.

 

En tout cas, j'attends. J'ai hâte, mais j'attends. Surtout de voir qui seront nos recrues cet été. Il va en falloir des bonnes, car on manque de joueurs de qualité sur chaque ligne.

Puis il manque surtout des joueurs capable de redorer le blason du diable. m****, il nous faut plus de Herrera. Des joueurs qui ont envie et qui savent dans quelle entité ils sont. Il nous faut surtout retrouver un collectif digne de ce nom.

Les joueurs doivent être unis comme un seul homme. Et c'est encore loin d'être le cas. Nos derniers matchs le prouvent.

 

Bref, je vais arrêter de faire le pessimiste. Et tout de même féliciter les joueurs qui ont accroché cette place en Europe si importante pour nous.

Mais le travail est encore long. Que ce soit pour le coach ou les joueurs. Tous vont devoir être conscient de ça. Et je vise particulièrement LVG, qui doit comprendre qu'en Angleterre, si tu veux t'imposer, il faut un minimum de jeu direct. Donc soit tu recrutes les meilleurs joueurs pour jouer avec ta philosophie, soit tu fais jouer tes joueurs différemment.

 

En espérant plus de joie et de résultats positifs pour nous la saison prochaine. Bisous les gars

GLORY UNITED.

  • J'aime 8
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

- Di Maria : oui semi déception car je m'y attendai. Outre l'adaptation, la pression du montant du transfert ajouté a celle psychologique du numéro 7 et des attentes des supporters et du staff, ne pouvaient pas donner autre chose que la pale copie rendue par ADM cette saison.Si je rajoute la "malédiction" des sud américains a United tout était contre lui.

Tevez, Hernandez ont su la conjurer.

l'argent ne fait pas le bonheur des pauvres et nique ton football

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ouf, next !

"Oh, Monsieur et maître, la misère est grande. Les fantômes que j'ai conjurés, je ne vais plus pouvoir m'en dépêtrer"

 

Goethe.

 

795fadadjw1ds2wic2tq2g.gif

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un sentiment mitigé. Je dirais 55% de positif et 45% de négatif.

 

Pour le positif il suffit de revenir un an en arrière:

Nous étions la risée du monde, on terminait à une catastrophique 7eme place, nous n'avions aucun projet de jeu, Moyes venait de se faire limoger quelques semaines plutôt pour la plus grande joie d'une majorité de supporters, on s'était pris branlées sur branlées face à nos rivaux de toujours, etc.. Bref c'était un chantier colossal qui s'annonçait pour le néerlandais, fort d'une 3ème place surprise en coupe du monde avec son pays.

 

[...]

 

A mon sens van Gaal a apporté une certaine sérénité au club que nous n'avions plus depuis le départ de Ferguson. Même si c'était pas toujours très clair, on à toujours su plus ou moins où il voulait emmener le club. Niveau communication et charisme, là encore, c'est le jour et la nuit avec Moyes. Il n'a jamais hésité à faire face aux journalistes, à leur rentrer dedans et surtout ça ne lui posait aucun problème de parler tactique en public, et ça quel bonheur !

 

Van Gaal est venu avec l'expérience du très haut niveau, ce que Moyes n'avait pas et ça c'est tout de suite vu.

Le néerlandais n'a pas hésité à imposer de suite ses méthodes (ex: caméra, nouveaux terrains...) ce que l'écossais n'a jamais osé faire.

 

Il faut aussi souligner qu'il a réussi à se remettre en question (fiasco de son 3-5-2) contrairement à son prédécesseur, et ça c'est à souligner.

 

 

Statistiquement parlant, la véritable satisfaction réside dans les oppositions face aux "gros", l'équipe à été, on peut le dire, globalement très bonne.

Aucune défaite ne peut vraiment être qualifiée de méritée.

 

Pour rappel nos matchs face aux membres du top 6:

 

MU - Chelsea: 1-1

City - MU: 1-0

Arsenal - MU: 1-2

MU - Liverpool: 3-0

Tottenham - MU: 0-0

MU - Tottenham: 3-0

Liverpool - MU: 1-2

MU - City: 4-2
Chelsea - MU: 1-0

MU - Arsenal: 1-1

 

En comparaison avec l'année dernière:

 

MU - Chelsea: 0-0

City - MU: 4-1

Arsenal - MU: 0-0

MU - Liverpool: 0-3

Tottenham - MU: 2-2

MU - Tottenham: 1-2

Liverpool - MU: 1-0

MU - City: 0-3
Chelsea - MU: 3-1

MU - Arsenal: 1-0

 

Même si c'était pas encore tout à fait ça, ce MU là m'a refait vibrer et sauter de mon canapé par moment lors de ces chocs, chose qui n'est je crois pas arrivé une seule fois l'année dernière. A chaque avant match c'était la même chose: "On va encore se prendre une branlée" ... et ça ratait pas.

 

Maintenant là où ça reste plus problématique c'est face aux plus petites équipes, et là on peut s'en mordre les doigts. Des rencontres que l'on a souvent dominé de la tête aux pieds mais où au final on rentre la queue entre les jambes. Ce manque d'efficacité devant le but quand on s'appelle Manchester United est vraiment frustrant et inadmissible. Surtout quand sur le papier vous avez une des meilleures attaques du monde.

 

Je pense aux 6 points perdues bêtement contre les Cygnes de Swansea, (1-2 / 2-1), la défaite scandaleuse 5-3 à Leicester (alors qu'on menait 3-1), les sauts de concentrations à domicile (0-1 contre Southampton, 0-1 contre WBA, etc..) Bref, pleins de points qui comptablement font mal.

 

En motif d'espoir, il faut quand même revenir sur notre très mauvais début de saison et je pense quand même que la saison prochaine on ne pourra pas faire pire.

C'est vraiment ça qui nous a plombé et qui a fait que dès le début on a dit au revoir au titre.

 

Bref on a accroché la 4ème place, non sans mal, et c'était bien là l'objectif.. même si on pouvait quand même espérer un peu mieux.

 

 

Concernant le recrutement c'est assez moyen, voir décevant vu les sommes astronomiques dépensées, m'enfin je n'aime pas juger les joueurs sur une seule saison.

 

Rojo: Dans l'ensemble correcte, supérieur aux threesomiques, mais ce n'est clairement pas le leader défensif que nous attendions.

 

Blind: Je l'ai tout de suite beaucoup aimé, j'ai été vite séduis par ses prestations mais malheureusement je trouve qu'il est un peu rentré dans le rang. En tant que remplaçant sur le long terme de Carrick, je crois qu'on peut oublier... A gauche ça reste une très bonne doublure de Shaw.

 

Di Maria: Ma vision de ses performances cette saison:

 

courbe.jpg

 

Bon début et puis.. décevant.. On savait tous que c'était loin d'être un modèle de régularité à Madrid mais bon.. J'espère néanmoins qu'il restera une saison de plus pour nous montrer tout son talent, car il en a c'est certain. Faut juste qu'il se bouge le c** et qu'il retrouve de la confiance.

 

Herrera: Alors lui c'est tout le contraire de Di Maria, un début poussif, on sentait que van Gaal avait pas totalement confiance en lui et puis.. l'explosion, une très bonne surprise après sa fausse arrivée y a 2 ans, clairement l'une des plus grosses satisfactions mancunienne cette saison. Incontournable. Son association avec Mata fait également vraiement du bien.

 

Falcao: Décu de ses performances et surtout déçu pour lui, je suis certains qu'il aurait adoré pouvoir montrer de quoi il était capable ici, mais bon.. Van Gaal n'en voulait pas à la base, il l'a pris car un joueur comme ça sur le marché ça ne se refuse pas et c'était un coup à jouer.

 

 

Cette saison van Gaal, sans CDM oblige, a eu plus de temps pour préparer son mercato, et il a pu bien voir où se situait les carences de l'équipe.

Je pense que les signatures vont intervenir bien plus tôt que l'an dernier pour préparer aux mieux les prochaines échéances qui arrivent (barrage de LDC notamment).

Bref je lui fait entièrement confiance pour réaliser un recrutement intelligent.

 

 

Maintenant sur sa gestion des joueurs.. Il y a eu des choix forts certes (RVP son grand ami, Di Maria, etc.. sur le banc), mais plus ou moins arbitraires (Rooney titulaire au milieu à la place d'un vrai milieu..).

 

Il a également réussi à redonner un second souffle à quelques causes que l'on pensait perdues (Young, Fellaini, Smalling, etc..) et juste pour ça respect.

 

Je regrette aussi un peu le fait qu'il n'est pas donné sa chance à beaucoup de jeunes (Pereira, Januzaj..).

Même si je pense que le fiasco en Cup contre MK n'y est pas forcément étrangé..

 

Apparemment il aurait l'intention de les prêter en PL et ça c'est une bonne nouvelle, car ils ont vraiment besoin de temps de jeu.

 

 

Pour résumer: une saison avec le minimum syndicale qui sportivement peut paraitre vraiment moyenne, mais avec de jolies motifs d'espoir même s'il reste encore pas mal d'interrogations, notamment sur le plan de jeu. En tout cas j'attends avec impatience la saison prochaine, car je pense qu'il y a vraiment moyen de faire quelque chose !

 

:united:

Modifié par MicroDevils
  • J'aime 4

"La France ne mérite pas Auxerre, l'Angleterre sans doute, mais pas la France." - Eric Cantona

709167manubar.gif

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous

pour ma part je considere que cette saison est mieux que celle du génie Moyes en terme de sensation avec de belles voctoires contre City, Liverpool, Arsenal, Tottenham...

j'ai vibré..

:tv:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité O.L.H

Bilan du jeu :

Sur 38 rencontres, 8-9 matchs sont tres bonnes dans la maitrise, certains dans les intentions, le reste c'et d'un niveau tres mediocre.

Globablement y'a + de négativité que de positivité.

 

Bilan du manager et staff :

Decu. Globablement. Du tres bon au tres mediocre.

Certaines facettes de son management me font douter de son succes ici(en terme de titres).

 

Bilan des joueurs :

Aucun joueur vraiment regulier qui sot eu lot(hormis David DeGealasse).

Bcp de joueurs moyens qui ont ete en sur-regime, mais ca nous ramene maximum à une 4eme place.

On peut pas esperer mieux avec ces elements la.

  • J'aime 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Alors ça y est, on y est, la fin de la saison... Je me craque les doigts car je vais surement écrire un pavé..!

 

 

Je penses qu'il est important de replacer la fin de saison dernière ainsi que l'été dernier dans le contexte du moment. On perd Sir Alex, on prend Moyes (quasiment même profil, surement une erreur d'ailleurs), on galère sur le mercato pour ne prendre "que" Fellaini, qui soit dit en passant est un joueur que j'adore, mais il faut bien reconnaître que ce n'était pas suffisant. S'en suit en janvier Mata. La saison se finie comme on s'en souvient, Moyes remercier à quelques matchs de la fin de la saison, Giggs qui prend l’intérim et on finit 7ème.. On peut considérer cette saison comme une transition ratée, on a voulu garder trop la marque Sir Alex et ça à donné cette saison catastrophique, mais on est pas bête, on se doutait surement tous que l'après Sir Alex serait difficile, Moyes à servit d'essais, bien qu'on soit arrivé en quart de finale de LDC.

 

 

Suite à ça on apprend assez rapidement que c'est Louis van Gaal qui sera notre entraîneur pour la saison 2014/2015, après une coupe du monde globalement réussie avec les Pays-Bas, il arrive chez nous pour relancer la machine à trophées. Malheureusement on perd 4 joueurs énorme que sont Giggs, Ferdinand, Evra et Vidic, peut être déjà là une erreur à été commise, je reste persuadé que Vidic ou Ferdinand auraient eu de l'importance cette saison, aussi bien sur le terrain qu'en dehors, c'est pour moi le premier point négatif de la saison. S'en suit une série interminable d'arrivées, certaines que je juge mal négociées, Shaw (trop cher à mon gout), Di Maria (trop cher et pas en phase avec l'esprit de United), Falcao (prêté Chicharito pour prendre le colombien j'ai trouvé ça d'une stupidité sans nom). Pour ma part je me serais contenté de Herrera, Blind, Rojo et Shaw mais pour moins cher, tout en gardant Ferdinand ou Vidic (surtout vue sa saison à l'Inter). On voit aussi des joueurs comme Nani, Welbeck et Kagawa et Chicha partir, faute d'avoir réellement briller chez nous..

 

Bon après je passe rapidement sur la pré-saison, même si on a gagné la coupe au finale ça ne reflète pas le niveau des équipes présentent on le sait tous, même si on bat Liverpool en finale ^^. La saison peut ensuite enfin commencée, pleine d'espoirs. Et ça commence mal par une défaite à domicile contre Swansea, puis vient l'élimination en coupe donc MK Doncs et le fameux match contre Leicester perdu 5-3. Rien de bien fabuleux jusqu’à nul contre Chelsea, de ce que je me souviens on va le chercher à la fin ce point là. Un bon match contre City comparer aux derniers matchs qui étaient des humiliations à chaque fois, le joli match (un peu volé ^^)contre Arsenal, mais toujours beaucoup de blessés qui plombent le club.. Le tout associé à van Gaal et son entêtement à changer de disposition ou à faire des changements à chaque match surtout en défense et voilà une saison globalement mal embarquée. Arrive enfin le match de la saison pour moi, le superbe 3-0 contre Liverpool que je qualifierais de génial, je n'avais pas hurlé comme ça chez moi depuis un moment en regardant United joué, tout à été absolument superbe ! Gerrard qui prend un rouge au bout de 30sec, Balotteli complètement perdu sur le terrain, bref, un vrai régal ! Au mercato de janvier on perd Fletcher, encore une fois une erreur selon moi, et dans le même temps Valdès signe chez nous (nouvelle erreur) pour pousser Lindegaard dehors (ou presque) après s'être entraîner plusieurs mois chez nous. Ça repart fort avec un calendrier très difficile pourtant on enchaîne les bons matchs contre Tottenham, Liverpool (gagné l'aller et le retour c'est toujours aussi kiffant), et puis City ! Quel pied ! Malheureusement ça ne dure pas, 3 défaites de suite, surtout la dernière rageante à domicile contre West Brom. Fin de saison sans commentaires, bref, on finit 4ème, à notre place je dirais.

 

 

 

Points positifs :

 

- l'arrivée de van Gaal, un entraîneur avec de l'expérience et du caractère, ce qui manqué à Moyes,

- Blind, joueur propre et capable d'évolué un peu partout,

- l'éclosion de Fellaini chez nous, qui arrive enfin à peser sur les adversaires, à ma grande satisfaction,

- l'envie retrouvé, le plaisir de battre des gros comme Liverpool ou Arsenal à l'arraché, la hargne quoi, ce qui fait qu'on est United,

- McNair, qui a du potentiel,

- Herrera, notre maître à jouer surtout sur la fin de saison,

- De Gea, évidemment.

 

 

Points négatifs :

 

- les arrivées de Di Maria et Falcao, inutiles surtout au vue des sommes et salaires dépensés,

- trop de départs de cadres, Vidic ou Ferdinand notamment,

- Chicharito en prêt au Real, il avait sa place chez nous, mais LvG n'en veut pas donc...

- Rojo pas assez bon pour le moment,

- Blackett, déçu..

- notre attaque en générale, outre Falcao, Van Persie a été blessé et pas aussi bon que les saisons précédentes, Rooney n'a pas eu toujours le poste d'attaquant et Wilson manque d'assurance.

- la défense, Rafael pas mal blessé, Smalling et Jones n'ont pas spécialement progressé selon moi, Shaw doit montrer plus.

- Lindegaard qui disparaît des écrans radars.. :rip:

- Januzaj..

 

Les hommes de la saison :

 

De Gea, on est tous d'accord sur ce point. Herrera et Blind qui se sont bien intégrés, Fellaini comme je l'ai dis plus haut, Mata et Rooney qui reste notre "âme" quoi qu'en en dise.

 

 

Mes attentes pour la saison prochaine :

 

On a déjà l'arrivée de Depay qui est actée, reste maintenant à recruter en défense, sur ce point j'attends, comme beaucoup, un grand défenseur central ainsi qu'un arrière droit (dans l'idéal Coleman vous le savez ^^). Que Shaw et Rojo montrent de vraies choses avec nous. Pas trop de départs par pitié, Chicha risque de partir, Lindegaard (malheureusement), Falcao ne restera pas c'est logique, après le reste à voir, je ne veux pas encore voir un mercato comme l'été dernier avec 50 arrivées et 50 départs, on est pas habitué à ça, il faut jouer un peu plus la stabilité même si l'équipe à de vrais manques. J'espère également continuer à voir McNair qui est bon, ainsi qu'un ou deux jeunes, pas plus. Que De Gea reste, ça serait tellement bien.. Qu'on aille en LdC pour passé au moins les phases de groupes et aller jusqu'en quart, perso ça m'irait plus que bien.

 

Et qu'on vire Evans !!! Tu n'as plus rien à faire chez nous, déjà que t'été nul mais en plus tu te permets de craché sur un autre joueur, quand t'auras compris quel maillot tu portes tu reviendras, tu ramasseras les plots et les chasubles à la fin des entraînements, idiot !!! :redcard2:

 

 

 

 

 

Voilà voilà, en gros c'est ma vision de la saison, il manque surement des trucs il est pas impossible que j'édite le message. Je ne cherche pas à avoir un top commentaire, bien que je l'apprécierais, j'expose mon point de vue. Heureux de supporter un club qui reprend petit à petit des couleurs, qui plus que jamais en cette période difficile, est mon club. Pour rien au monde je ne changerais.

 

Ravis également de partager la saison qui arrive avec vous cher forumeurs ;)

 

 

 

:united:

 

 

  • J'aime 4

Mon Twitter : @Rooney24MD

ENVIE DE PARTICIPER À L'ASSOCIATION OU AU PODCAST DE MANCHESTER DEVILS ?

REJOIGNEZ-NOUS !!!

logo1.pngLogo sans fond.png

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

[...] Rooney qui est notre âme, quoi qu'on en dise [...]

 

 

Et moi qui crois encore, tel un ingénue, en ce club...

 

On dira ce qu'on en veut, mais Wayne n'est plus l'âme et ne sera plus jamais l'âme de United. Ce, depuis sa menace Citizen et dans la grande partie de son attitude ces dernières saisons. Utile, oui. Âme, please no

Modifié par filnic

l'argent ne fait pas le bonheur des pauvres et nique ton football

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sportivement, je suis globalement satisfait. Nous somme de retour en C1 (provisoirement 2 matchs, c'est déjà ca).
Mais bon,
manque de rigueur défensive => point bêtement perdus
manque d'un serial buteur => matchs non "tués" , point perdus

Sur le plan financiers :
2 flops total....
Falcao à couté 5 millions par buts
10 maria, je ne me suis même pas amusé à calculer ^^

678302hgfjgjj.jpg
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'avais plein d'images (supposées) drôles, mais bon, l'extension ne fonctionne pas ici. :/ Vous vous contenterez d'une seule.

Manchester United 2014/2015 - L'Année de toutes les frustrations

 

 

Episode 1 — Souviens-toi, l'Été dernier ... l'Espoir était revenu.

 

À l'issue d'une terrible saison 2013/2014, les fans de Manchester United, le club et les joueurs ont tous voulu prendre un nouveau départ pour rebâtir des piliers ébranlés et même écroulés depuis deux années dans le club longtemps dirigé par Sir Alex Ferguson. L'ombre de l'ancien technicien écossais planait toujours au-dessus d'Old Trafford qu'on se le dise ... et pas forcément en bien. Certains reprochent à notre glorieux et ancien manager d'avoir laissé l'apparence d'un Empire à David Moyes. Même si celui-ci a réussi à transformer cet illusion en un douloureux cauchemar éveillé pendant des mois.

 

Pour laver cet affront d'une humiliante septième place, Manchester United décide alors d'engager Louis van Gaal, sélectionneur des Pays-Bas. Tout Manchester Devils devient alors soudainement supporteur des Oranjes pendant la Coupe du Monde ! La première mission de Louis van Gaal semblait presque accomplie. Ramener de l'harmonie au sein du club, de ses supporteurs. Il fallait un entraîneur de renommée internationale pour être la tête de la plus grande équipe d'Angleterre, après tout. Avec l'ancien technicien de l'Ajax, de Barcelone ou du Bayern, la mission semblait plutôt accomplie.

 

Mais l'arrivée d'un nouvel homme à la tête du club a également apporté son lot de changement très important, dans l'effectif même de l'équipe. Les départs, déjà : le True Red, alias Patrice Evra fait ses valises pour les poser à Turin. Nemanja Vidic, capitaine emblématique, fait la même chose en direction de Milan pour jouer à l'Inter. Ryan Giggs après une courte période d'entraîneur joueur, quitte également le monde des crampons. Le Welsh Wizard avait connu une année difficile, durant laquelle pour la première fois il n'a su inscrire le moindre but en Premier League, mais nous a au moins gratifié de l'une des plus belles images de la saison.

 

 

Rio Ferdinand, légende du club, ne reste pas non plus, son niveau ne suivant probablement plus, et le nouvel entraîneur ne souhaitant guère le conserver.

De même, la terrible bête Wilfried Zaha quitte le navire après trois matchs joués du côté de United pour se diriger vers Crystal Palace. Nani, trop souvent sur courant alternatif, est parti se ressourcé au Sporting, dans son pays natal, en prêt. Javier Chicharito Hernàndez est également parti sous cette même forme s'enterrer jouer du côté de Madrid, sous le maillot du Real Madrid.

 

Au niveau des arrivées, Marcos Rojo auteur d'une Coupe du Monde que je n'ai pas apprécié -parce que je n'aimais pas sa tête, voilà c'est dit- arrive dans le club, en compagnie de Daley Blind, Ander Herrera, Luke Shaw, Radamel Falcao et surtout Angel Di Maria, qui porte tous les espoirs d'un renouveau mancunien. Bah oui, attendez ! C'est le joueur de la seconde partie de saison, à Madrid ! Celui qui a dynamité un nombre incalculable de lignes lors de la saison précédente. Comment ne pas être enthousiasmé par son arrivée ?

Bon avouons qu'il y avait plusieurs cas avérés : on n'aimait pas son prix, ou on voulait à tout prix Marco Reus. Mais qu'importe, l'argentin est déjà promis à briller du côté d'Old Trafford, en compagnie d'une nouvelle clique de joueurs !

 

Parce que Louis van Gaal semblait être prêt à apporter ce souffle nouveau à United. Exportant son 3-5-2 de la dernière Coupe du Monde plutôt réussie de l'équipe néerlandaise qui s'est soldée par une troisième place et une victoire aisée face au Brésil (0-3), les premiers matchs de préparation de notre coach étaient d'ailleurs couronnés de succès. Au moins on ne perd pas face au XI de Thaïlande comme un certain homme arrivé un an plus tôt. Oui, à chaque fois que l'on voyait LvG, au départ, qui de nous ne s'était pas senti soulagé en trouvant chez lui une qualité antagoniste de David Moyes ?

Moi je l'avoue en tout cas. Et les phases de jeu magnifiques auxquelles on n'a pu assister, notamment cette action contre l'Inter Milan qui mène presque à un but, envoie du rêve.

 

Le Théâtre des Rêves se remet à regarder vers les cieux. Première mission déjà remplie par Louis. Et sa communication tranche alors complètement avec celle de son prédécesseur. Manchester, le vrai, est ravi. Après une préparation très réussie durant laquelle le Real Madrid, l'Inter Milan, la Roma et Liverpool ont chuté face aux Red Devils, ces derniers sont déjà d'ores et déjà prêts à attaquer la saison, dans "le meilleur championnat du monde puisque j'y suis" déclarait LvG. Parce que l'équipe disposait de tous les atouts maintenant pour espérer bien mieux. Fletcher semblait renaître de ses cendres, Blackett montrait de belles choses (et aujourd'hui quand nous lisons ceci, ça fait très peur / très rire / saigner nos yeux) ... alors, ces espoirs furent-ils fondés ?

 

Episode 2 — Au Diable ce 3-5-2

 

Armés de joueurs fins prêts, United attaque la saison par la réception de Swansea.

Et là, c'est le drame. Le 3-5-2 mis en place par LvG ne donne rien, la possession de balle est là mais particulièrement stérile, Lingard se blesse et on ne le sait pas encore à ce moment-là, mais ça restera là son unique apparition de la saison. Derrière, DG encaisse un but rapidement, l'égalisation de Rooney ne fera pas pencher la balance, Swansea marque en contre, Fellaini fait une entrée dégoûtante, Fletcher n’est que l’ombre de celui qui jouait en pré-saison, et la confiance accumulée jusqu'à présent disparaît déjà en un rien de temps.

 

Et oui, là on se dit : finalement, une confiance, ça se brise vite. Clairement, avec des bases aussi fragiles que celles de Manchester United, c’était bien le cas.

 

Deuxième rencontre, et c’est la même histoire. Mata a beau ouvrir le score à Sunderland, l’équipe ne peut faire mieux qu’un piètre match nul. Qui est aussi le dernier match de Danny Welbeck à United en Premier League mais tout le monde s’en moque en réalité à ce moment-là. Non ok, ceci n’est pas vrai. Certains étaient contre son départ (dont moi) et puis … bon, tant pis.

De toute façon, ce qui fait sortir les yeux de leurs trous en ce moment, c’est le 3-5-2 qui a pourtant très bien fonctionné pendant la Coupe du Monde avec l’équipe nationale des Pays-Bas. Et malheureusement, le troisième match à Burnley, malgré la titularisation du récent champion d’Europe Angel di Maria au milieu de terrain aux côtés de Darren Fletcher, l’équipe de United fait encore une piètre performance offensive avec un 0-0 sorti tout droit des … des rien du tout en fait. 2 points en trois matchs, voilà. Louis van Gaal a beau avoir une communication bien meilleure que celle de David Moyes, dire à chaque week-end que l’équipe était mauvaise (à la place des « we played well » ou des « we were unlucky » … bah voilà, tout le monde commence à le voir quoi !). Il faut trouver une solution, et vite !

Parce qu’entre temps, l’équipe se prend aussi une raclée à MK Dons, avec des joueurs comme Welbeck, Chicharito, Anderson, Kagawa ou De Gea sur le terrain. Tiens, ces mêmes joueurs disparaîtront d’Old Trafford juste après. Sauf le gardien bien sûr.

 

Episode 2,5 — La (brève) lueur d’espoir : le losange (complètement) déséquilibré.

 

 

Lors de la rencontre face à Queens Park Rangers à Old Trafford, quelque chose change. L’équipe aligne enfin ses recrues estivales : Angel di Maria, Ander Herrera, Marcos Rojo, Daley Blind évoluent tous sur la pelouse pour accueillir de nouveau Rio Ferdinand et ses coéquipiers. Et surprise ! Démonstration, jeu en peu de touche de balle (cf : but de Rooney à l’entrée de la surface), Manchester United déroule un jeu que l’on n’avait plus vu depuis des années quasiment ! Alors oui, certes, c’est QPR en face, et même Jonny Evans fait un bon match avec plus de 100 ballons joués, mais quand même ! À ce moment-là, nous ne savions pas, en tant que fans et êtres humains, que cette rencontre n’était qu’une étoile filante au milieu d’une nuit sombre. Toujours spéciale, avec un côté féérique, mais justement, vous savez, les étoiles filantes en réalité, ça n’exauce pas les vœux. Celui d’Old Trafford de revoir du jeu après cette longue traversée du désert s’est partiellement exaucé durant l’exercice 2014/2015, mais le bilan global au niveau du jeu offensif est finalement d’une grande pauvreté. Certes, pas aussi pauvre que l’armoire à trophées en Premier League de Steven Gerrard, mais ça n’en reste pas moins loin d’être faramineux.

 

Parce que oui, l’équipe alignée dans ce losange avec Blind en sentinelle, Di Maria et Herrera en relayeurs, et Mata soutenant Rooney & van Persie … ça n’a pas été viable. Pourquoi ?

Parce que la défense ne savait pas encore défendre convenablement. (Parce qu’il y avait Evans aussi à l’intérieur), parce que le repli collectif était médiocre, parce que mentalement Manchester United flanchait à chaque contact comme Radamel Falcao l’a fait cette année. Et qu’est-ce que ça donne ?

Une horreur qui se produit contre Leicester City, déjà. Parce que bon, mener 3-1 à l’heure de jeu avec une tête de Robin van Persie sur un centre de Falcao, un lob splendide d’Angel di Maria et une réalisation opportuniste d’Ander Herrera, on peut légitimement penser que la victoire doit être acquise. Mais non ! Un pénalty, certes discutable, concédé par Rafael da Silva, et ça y est, l’équipe coule. Bah oui, c’est normal. 5-3 au final. La honte.

Les victoires qui vont suivre face à West Ham et Everton ne servent alors que de trompe à l’œil. Mais en fait, ça ne marche même pas. Parce que voilà, le losange, c’est trop déséquilibré pour Louis van Gaal, qui commence à parler d’équilibre à chaque conférence de presse.

 

Le 4-4-2 en losange a été prometteur. Comme Manchester United fut prometteur en début de saison 2011/2012 (à l’époque vous savez, où les stars en puissance se nommaient Tom Cleverley alias « The Thinking Spanish » (ou l’inverse) et Danny Welbeck alias … bon trouvez vous-mêmes son surnom).

 

Episode 3 — Le Chantier Mobile

 

L’équipe concédait trop d’occasions, et ce n’est pas Rafael « Cristal » da Silva sur qui on peut s’appuyer longtemps. Marcos Rojo s’impose doucement en défense, quand il n’est pas blessé. Mais tout le reste, c’est un chantier. Chris Smalling qui fait tant débat sur MU Devils connaît ainsi une semaine glorieuse en effectuant une performance de haut vol face au Chelsea de José Mourinho, contre lequel Robin van Persie parvient à égaliser au terme du temps additionnel en fusillant Thibaut Courtois de près. Le néerlandais ne le sait pas encore mais il s’agit-là de son deuxième meilleur match de la saison. Ce qui est un peu triste en soit. Le faire au mois de Novembre, sans que la victoire ne soit au bout. Mais c’est une autre histoire de toute façon. De toute façon, la star depuis le début de la saison n’est autre que David de Gea, qui depuis le match face à Everton, a sorti toutes les parades imaginables. Ou presque d’accord, il n’a pas encore stoppé de frappes avec ses organes reproducteurs.

Mais bon. Faire match nul contre Chelsea au terme d’un match dans lequel United a globalement eu plus de situations pour marquer (coucou Di Maria avec sa reprise en dehors d’Old Trafford sur l’ouverture parfaite en une touche de Juan Mata). Paul Scholes dit alors que l’on se réjouit parce que l’on fait un match nul contre Chelsea, ce qui n’arriverait pas avec Sir Alex Ferguson. Nous sommes peu nombreux à avoir été convaincus par ces propos.

Cela dit, les matchs nuls commencent à devenir plus dérangeants lorsqu’ils concernent un match contre West Bromwich Albion par exemple, non ? Un but de Daley Blind à la fin de la rencontre vient ponctuer une prestation insipide même si la domination de l’équipe fut réelle (2-2, avec notamment une reprise sur le poteau signée Robin van Persie).

 

Mais les faits sont là. Avec Louis van Gaal, Manchester United a du mal, et pourtant, il a déjà tenté plusieurs systèmes de jeu différents. La défense est alors un trop gros chantier et combien de fois Phil Jones et surtout Jonny Evans ont-ils donné des sueurs froides aux supporteurs ? Heureusement que David de Gea réalise une première partie de saison extrêmement réussie, prélude à une saison globale d’un niveau exceptionnel, à partir d’une rencontre magistrale face à Everton où Leighton Baines goûtera à l’un de ses rares pénaltys manqués au cours de sa carrière.

 

Bon, au final, que fait-on ? Le 3-5-2 ne fonctionne pas, le 4-4-2 en losange ne fonctionne pas, et si l’on tentait le 4-3-3 cher à Louis van Gaal ?

Bah non en fait, car on préfère finalement inclure Marouane Fellaini dans le XI, le paria, celui qui a pleuré le départ de David Moyes.

 

Episode 4 — Michael Carrick et les réminiscences du football

Les Dark Hours ne durent heureusement pas éternellement, à la faveur du retour d’un homme qu’on avait presque eu tendance à oublier : Michael Carrick. Revenu face à Manchester City, en remplaçant Adnan Januzaj, avait déjà offert un surplus de confiance à l’arrière garde en jouant juste avec le ballon, en faisant preuve d’anticipation sur les offensives des Citizens. Bref, toutes les garanties ou presque que l’on ne pouvait avoir avec les arrières habituels.

Et justement, ce premier retour de Michael Carrick coïncide avec une bonne série de victoires pour l’équipe, qui l’emporte notamment face à Arsenal à l’Emirates Stadium, où l’anglais abat un travail monstrueux, et face à Liverpool à Old Trafford, où il ringardise aisément le milieu de terrain des Reds, dans une rencontre que Manchester remporte sèchement 3-0, même s’il faut également noter la grande prestation de David de Gea pour empêcher les coéquipiers de Steven Gerrard de marquer au moins un but. L’anglais est alors précieux, tant par son jeu de place que par son intelligence, et l’équilibre rabâché par Louis van Gaal depuis des semaines semble enfin exister. La prestation effectuée face à Hull City est d’ailleurs sans doute sa plus aboutie, et la victoire largement maîtrisée 3-0 qui en découle reste marquée de son empreinte. Après ça ne reste que Hull City. À Old Trafford, important de le noter. L’anglais effectue d’autres prestations de haut vol, à White Hart Lane en première période, dans son ancienne demeure, il domine à lui seul le milieu adverse et dicte le tempo d’une première période largement à l’avantage de Manchester United, avant d’être plus en retrait lors du deuxième acte, tandis que United semblait à la peine physiquement … Bref, Carrick présent, tout va bien. Même des joueurs comme Ashley Young deviennent subitement utiles à ses côtés ! (C’est certes de la mauvaise foi de ma part dans le but de glorifier l’anglais –le numéro 16- mais tant pis, vous ne m’en voulez pas, n’est-ce pas ?)

 

Sauf qu’il se blesse pour un mois et là, c’est le drame. Mais pendant ce temps, un épisode parallèle se dessinait …

 

Episode 4,5 — Fellaini et le retour en arrière vers l’avant

Souvenez-vous donc, Marouane Fellaini n’était pas un joueur proche de rester au club. Loin s’en faut, et bien des rumeurs furent présentes sur son futur départ. Pourtant, à la faveur d’une rentrée importante à défaut d’être réellement excellente, sur la pelouse de West Bromwich Albion durant laquelle l’ancien joueur d’Everton plante une frappe puissante en-dessous de la barre, et permet alors à Manchester United de recoller au score, les choses changent progressivement, puisque celui qu’il venait de remplacer, l’espagnol Ander Herrera, venait de sortir une prestation assez insipide.

 

Paradoxalement, avec Fellaini, United se stabilise. Non pas que le jeu même de l’équipe fut stabilisée, mais le coach néerlandais à la tête de l’équipe semblait avoir trouvé ses marques. D’abord placé assez bas sur le terrain, le belge monte au fil des rencontres et participe à de nombreuses rencontres importantes. Ainsi, face à Chelsea et Manchester City, il évolue plutôt sur la pelouse, particulièrement face aux Skyblues, où le belge est même placé un cran au-dessus de Wayne Rooney.

 

Ces premiers essais en début de saison deviennent de plus en plus répétés par la suite. Certes, il a fallu attendre les mésaventures de Radamel Falcao et les blessures de Robin van Persie pour voir le belge géant s’installer dans le XI. Et d’ailleurs, à ce moment-là, on se dit que l’équipe tourne vraiment très mal parce que le belge est aligné en meneur de jeu. Comble de l’horreur quoi.

Mais force est de constater que le jeu de Manchester se simplifie avec lui, et que ce dernier fait globalement ce qu’on lui demande et que cela demeure en accord avec ses capacités.

Avec Fellaini, on allonge le jeu. Beaucoup trop souvent. Mais ça rapporte des points …

 

Episode 5 — Tournant Rouge

 

 

Se faire battre par Arsenal est toujours globalement une horreur sans nom, mais se faire sortir de la F.A Cup par ces Gunners, à Old Trafford, avec un but de Danny Welbeck, servi majestueusement par Antonio Valencia, et avec en prime une ignoble expulsion signée Angel di Maria, là, c’est le comble total et chaque supporteur de United frémit encore de cet incident dans l’espace-temps digne de Final Fantasy XIII-2, lorsqu’il entend des personnes évoquer ça.

À ce moment-là, le Pélican, Louis van Gaal, cristallisait toutes les critiques. Tout simplement parce qu’éliminé de la FA Cup, ça signifiait que Manchester United ne pouvait plus remporter le moindre trophée cette saison. Di Maria, justement, lui aussi, cristallisait toutes les critiques. Qu’il était loin, le temps où il lobait majestueusement le gardien de Leicester ! Il était devenu le paria, l’horreur, que tout Manchester Devils a critiqué. Parce que depuis ces fameuses rencontres du début de saison, l’argentin n’a cessé de s’enfoncer dans des prestations insipides, même s’il faut dire que les différents schémas de jeu ne l’ont guère aidé. Mais avec ce carton rouge, sa saison venait de connaître un tournant important. Parce que dorénavant, il est puni, et mis sur le banc. Manchester est en passe de s’écrouler. Nos rêves s’éloignent, toujours plus loin, et dans les pieds d’une équipe qui fait de Théo Walcott un possible capitaine.

 

Non, à cet instant-là, nous étions tous au bord du précipice. Cette saison de renouveau avait laissée entrevoir de belles choses, mais beaucoup trop de mauvaises, et avec les gros matchs qui allaient suivre, ça sentait vraiment mal pour la Ligue des Champions.

 

Episode 6 — Le Torrent Rouge

Mais c’était sans compter sur un mois de Mars de folie. Michael Carrick revenu sur les pelouses une semaine plus tôt face à Arsenal, avait déjà pu s’échauffer. Mais à partir du match face aux Spurs de Tottenham, concurrents directs pour une place en Ligue des Champions, les choses sentaient le roussi. Manchester United avait peur.

Mais pas son discret milieu de terrain, qui a su encore une fois jouer de toutes ses qualités pour faire totalement déjouer l’adversaire et sublimer la prestation des siens. Manchester United écrase finalement Tottenham, l’anglais effectue une prestation éblouissante, le tandem Juan Mata-Ander Herrera montre de très bonnes choses, Wayne Rooney marque un but spectaculaire … tout a joué en faveur de Manchester. Mais ce n’était qu’une épreuve parmi d’autres, difficiles, qui approchaient. Car après la victoire face aux Spurs, se profilait un déplacement particulièrement périlleux à Anfield, où Steven Gerrard et sa bande avaient encore une carte (rouge) à faire valoir.

 

Si Juan Mata avait personnellement amorcé sa saison plus tôt avec quelques prestations de très haut niveau, notamment contre Tottenham où il a montré un visage digne d’un homme venant en hélicoptère à Carrington, Ander Herrera a toujours eu quelques problèmes pour entrer dans le système plutôt défaillant de Louis van Gaal.

Mais après un match de haut vol face à Tottenham, le tandem remet ça à Anfield où Gerrard réussi l’exploit historique de se ridiculiser encore davantage que l’année passée lors de sa célèbre glissade contre Chelsea. Carton rouge pour lui, et balade technique pour les deux mancuniens, notamment en première période, durant laquelle l’ancien joueur de l’Athletic offre une superbe passe en profondeur pour son compère de poche, qui s’en va facilement tromper Mignolet du pied droit. Le bijou de la rencontre demeure néanmoins ce superbe ciseau acrobatique de Mata, qui vient de tuer Anfield avec le deuxième but des Red Devils. Finalement, United l’emporte 2-1 et regarde avec confiance l’avenir. La réception d’Aston Villa est encore une formalité, et le score, 3-1, représente encore une fois le nouveau visage et la confiance retrouvée de l’escouade de Louis van Gaal. Un mois auparavant, il semblait au fond du trou de la popularité. Et à cet instant-là, les fans de Manchester rêvaient encore de la deuxième place. Mais pour continuer de le faire, il fallait encore passer un obstacle de taille.

Un indice ? Il est bruyant, et a moins de trophées que les humains n’ont de doigts. Oui, il s’agit bien de Manchester City.

 

Episode 7 — « Faire taire les bruyants voisins »

Contre Manchester City, les Red Devils ont rendez-vous avec une vraie anomalie dans l’histoire récente du club. Comment ça se fait que la dernière victoire contre ces types remonte au coup-franc victorieux de Robin van Persie, alors que Sir Alex Ferguson se tenait toujours sur le banc et n’avait même pas annoncé son départ à la retraite ?

Depuis ce jour réjouissant, United a enchaîné une défaite 1-2 à Old Trafford, avec le fameux visage de Phil Jones sur la frappe de Sergio Agüero, une écrasante humiliation 4-1 à l’Etihad Stadium, une autre humiliation à Old Trafford 0-3 qui fit dire à David Moyes que le niveau déployé par ces mecs en pyjama était celui qu’il aspirait atteindre. Et en début de saison, la défaite avec une équipe réduite à dix continuait toujours de trotter dans les têtes. Voilà. Quatre victoires consécutives de Manchester City contre Manchester United. Soit autant que leurs trophées. (Bon allez, c’est à vérifier quand même).

 

Il n’y a qu’une seule chose à faire pour Louis van Gaal : faire taire ces bruyants voisins.

 

Et dommage que le début de match de ses joueurs est alors catastrophique avec un but encaissé dès le début du match par Sergio Agüero, un classique puisque ce mec marque toujours contre nous, et une défense en panique totale, avec en tête de liste Chris Smalling qui nous fait un début de match apocalyptique. Mais la chance et Clichy permet à United de revenir dans le match, suite à une belle relance de David de Gea, Herrera adresse un centre que Ashley Young parvient à mettre au fond des filets. L’occasion justement de revenir sur ce joueur, qui a logiquement été très décrié, mais qui a su élever son niveau de jeu à plusieurs reprises cette saison, alliant percussion offensive et travail défensif conséquent.

Symboliquement, c’est sur une phase de jeu téléphonée et sans imagination réelle, que Marouane Fellaini marque de la tête sur un centre du même Ashley Young, qui fait souffrir le martyr à Pablo Zabaleta que Citizenx3 voit peut-être toujours comme le meilleur latéral d’Angleterre qui sait !

Et en deuxième période, les mancuniens (les rouges) déroulent. Carrick en sentinelle fait tout transiter à merveille. Mata puis Smalling, qui prend sa revanche personnelle, enfoncent Manchester City, incapables de se créer une occasion lors du deuxième acte, avec pour symbole la rentrée mystérieuse de Samir Nasri, aussi visible qu’Abou Diaby sur un terrain de football. Old Trafford jubile, et ne boude pas son plaisir. Les bruyants voisins se taisent.

 

Mais ils ne devraient pas, en fait.

Non pas parce qu’Agüero a réduit la marque en fin de match (même si David de Gea est encore sur le point de sortir sa frappe) … mais parce que Michael Carrick est sorti blessé du match.

 

Et ça, ça change toute la nature de l’épisode 8.

 

Épisode 8 — Les Illusions Perdues

En l’absence du maestro anglais reculé, Manchester United chute à Chelsea au terme d’une rencontre soporifique, même si les Red Devils auraient pu espérer mieux au vu des occasions obtenues, notamment sur une frappe de Wayne Rooney en tout début de match, consécutif à un bon débordement de Luke Shaw, ou sur une frappe de Radamel Falcao en fin de partie, qui rase la lucarne gauche de Thibaut Courtois. Finalement, l’équipe doit s’incliner 1-0 sur un but d’Eden Hazard, servi par une talonnade d’Oscar, qui s’imagine alors déjà être un top player. (Oui je n’aime pas Oscar.) Ce match est notamment marqué par l’horrible rentrée de Tyler Blackett à la place du meilleur offensif mancunien de la journée, à savoir Luke Shaw.

Mais les Red Devils furent globalement incapables de réellement mettre du rythme dans la partie, de percer les lignes … et le constat s’aggrave ensuite clairement la semaine suivante à Everton, où l’équipe s’incline lourdement 3-0 sans avoir créé une once d’espoir d’un retour, après un 2-0 très précoce. À ce moment­-là, on se dit que les points grattés face aux cadors du mois de Mars sont gaspillés horriblement. Mais on ne pensait quand même pas perdre contre West Bromwich Albion à Old Trafford ! Et pourtant, au prix des sauvetages miraculeux du gardien adverse, de notre incapacité à créer réellement du jeu et des décalages, avec même un pénalty manqué par Robin van Persie, c’est un cruel mais réel 0-1 qui s’affiche au tableau final. Oui, tout ce beau travail n’a servi à rien.

Même la victoire horrible contre Crystal Palace ne vient pas réellement consoler le désarroi concentré en trois matchs. Restait alors la dernière rencontre de Manchester United, qui accueillait Arsenal pour laver l’affront de la FA Cup. Mais ça n’est pas arrivé : malgré une large domination territoriale, plus stérile que concrète, malgré une prestation époustouflante d’Ander Herrera auteur du seul but mancunien, un énorme match de Daley Blind, la première apparition de Victor Valdès à Old Trafford se solde alors par un match nul, dû à la rentrée mystérieuse de Tyler Blackett, auteur malheureux du but adverse. Comme si l’entrée de Walcott pouvait être gérée par un joueur qui court aussi vite que moi.

La dernière rencontre de la saison a été anecdotique.

 

Bilan par joueurs :

 

David de Gea : Exceptionnel, très grande saison, et peut-être dernière saison. Il a aussi fait quelques erreurs, et n’a pas idéalement commencé la saison, mais peut-on lui en vouloir ? Sollicité comme aucun autre gardien, l’espagnol a sorti toutes les parades possibles pour empêcher les adversaires de marquer. Nombre de fois Old Trafford l’a vu s’envoler pour arrêter un but qui semblait promis. Meilleur joueur de la saison, c’est mérité. 9/10

 

Anders Lindegaard : Je ne sais pas s’il jouait vraiment à United, mais au moins il a un nom stylé. Non noté.

 

Victor Valdès : Jamais ce gardien ne pourra être le numéro 1, sa dernière prestation à Hull résume tout de sa carrière : louez-le, et vous le haïrez quelques secondes plus tard. L’inverse est aussi possible. Non noté.

 

Ben Amos : Jamais vu joueur ce joueur depuis 4 ans.

 

Rafael da Silva : Ah, Rafael … auteur de très intéressantes prestations, très bon offensivement, techniquement, il a quelques problèmes défensifs récurrents. Mais bon, le problème c’est que son idole s’avère visiblement être Owen Hargreaves. On ne peut donc pas compter sur lui. Un joueur sur qui on ne peut pas compter ne peut pas faire une bonne saison. 4/10.

 

hi-res-1a9202c3f49e210dce0f609a7374fdb3_

 

« Puisque je vous dis que je suis footballeur à temps partiel ! »

Antonio Valencia : Limité, mais valeureux. Telle est la description d’Antonio Valencia. Très peu capable désormais de passer un vis-à-vis, ses feintes étant aussi prévisibles que les saisons des Queens Park Rangers, l’équatorien n’a alors pour lui que sa vitesse et son physique, pour … défendre. Car oui, replacé en latéral par Louis van Gaal, il a connu diverses fortunes. Bien utile lorsqu’il s’agit de bloquer un attaquant rapide au démarrage d’une action, il a bien plus de mal lorsque l’on commence à parler de placement défensif. Il a fait ce qu’il a pu, mais on doit avoir bien plus à Manchester United. 5,5/10

 

Jonny Evans : Ce simple nom fait frémir tout fan de Manchester United cette saison. Relance horrible, placement horrible, duels horribles, Evans n’a rien pour lui en tant que footballeur. On veut lui loin d’Old Trafford. Puisse Eric Goat l’emmener à Cologne. Pourtant, j’ai cru en toi, Jonny. Des années auparavant, tu savais jouer au football. 1/10

 

Phil Jones : Il ne fait aucun progrès depuis des années. On aurait aimé que ce soit le cas sous Louis van Gaal, mais les limites techniques et tactiques du joueur sont trop béantes. Oui, il a du fighting spirit, se bat pour le club, mais demeure encore et toujours dans la réaction plutôt qu’autre chose. C’est très handicapant pour un défenseur, même s’il est bon dans les duels. 4/10

 

Chris Smalling : Son carton rouge contre Manchester City est encore dans toutes les mémoires, mais le joueur particulièrement décrié sur ce forum et paradoxalement également souvent vu comme le seul qu’il faille garder au sein de notre trio infernal, a finalement rendu une bonne copie. Oui oui, Skynet & Gray ne seront pas d’accords, mais ses progrès après être parti du fond du trou à Leicester ont été conséquents. Bon dans les duels, il n’a pas non plus été mauvais dans la lecture du jeu. Par contre les relances, c’est une fois sur deux une bonne transversale, une fois sur deux un spectateur avec un ballon gratuit. Et puis bon, y’a aussi des sorties de balles complètement ratées … mais Chris m’a convaincu personnellement. 6,5/10

 

Patrick McNair : Quelques belles promesses entrevues par le jeune défenseur nord-irlandais. Espérons qu’il n’ait pas Eric Goat comme agent. Techniquement au rendez-vous, il est néanmoins bien trop frêle défensivement et a encore du mal dans les duels. On attend une progression à l’avenir. 5/10

 

Marcos Rojo : Le vrai reproche que l’on pourrait lui faire, c’est qu’il ait encore été trop souvent blessé. Car sur le pitch, malgré sa tête à claque, Rojo a su être plutôt bon. Techniquement, il a offert de bonnes (et de moins bonnes aussi) relances. Dans les duels, il se donne bien, dans le placement il n’est pas extraordinaire mais il demeure largement acceptable. Sauf que l’infirmerie lui plaît un peu trop. 6/10

 

Luke Shaw : Promis à un avenir radieux, le petit gros a connu une saison difficile, mais en affichant aussi de bonnes promesses. Trop souvent blessé, il me semble même qu’il s’agit du joueur de United ayant subi le plus de blessures différentes cette saison (bien que Rafael soit hors-catégorie), il a tout de même montré une bonne vivacité, une bonne capacité à prendre l’espace, un bon jeu défensif malgré sa volonté d’aller vers l’avant. On est au stade des promesses. Mais autant les performances sont plutôt intéressantes, autant on peut jeter à la poubelle le prétendu joueur qui ne se blesse pas. 5/10

 

Daley Blind : Autre recrue estivale, moins onéreuse et clinquante que ses camarades, le néerlandais a servi d’hommes à tout faire au sein d’une équipe en pleine reconstruction, et s’en tire avec les honneurs. Intelligent dans ses déplacements et bon dans ses transmissions lorsqu’il a évolué à gauche, il a été plus qu’un simple remplaçant au demi-handicapé Luke Shaw, et s’est montré régulièrement bon au milieu, malgré plusieurs prestations en dents de scie. Propre. 7/10

 

Tyler Blackett : Le nouveau Ferdinand a vite déchanté après une préparation réussie. Ses prestations en équipe première furent imbuvables, et j’en veux alors davantage à Louis van Gaal de s’être entêté avec lui plus qu’au joueur himself. Ses rentrées contre Arsenal et Chelsea furent apocalyptiques. Après, c’est un jeune joueur, et régresser pour lui semble impossible. Non noté car ce serait vil de ma part.

 

Michael Carrick : Si David de Gea s’est adjugé le titre de meilleur joueur de la saison, c’est aussi parce que Michael Carrick n’a pas pu disputer cette dernière en intégralité. La stat des victoires avec et sans l’anglais est éloquente, passant de 70 % à environ 30. Son intelligence, son calme, sa technique, sa vision de jeu, tout n’a qu’été une bouffée d’oxygène pour le club.

L’immense problème, c’est qu’il a manqué une trop grande partie de la saison. 7,75/10

 

Ander Herrera : Le basque a connu une première partie de saison difficile suite aux choix étranges de Louis van Gaal, ou plutôt à la volonté de ce dernier de gratter des points plus que de jouer. C’est plutôt contestable. Mais lorsqu’il fut aligné, Herrera a rarement déçu. Toutes les qualités que l’on entrevoyait chez Tom Cleverley se sont avérées bien concrètes chez l’ancien de l’Athletic : technique, disponible, intelligent. Il en faudrait davantage, des joueurs comme ça. Et en plus, il marque. Le gros point noir restera toujours son flocage. Dommage qu’il soit si superstitieux. 7,5/10

 

Darren Fletcher : On t’aime Darren, mais tu es aussi l’enflure qui a fait gagner WBA à Old Trafford. Dommage qu’il ne soit pas resté plus longtemps à Old Trafford, mais son niveau ne le lui permettait pas … Non noté.

 

Marouane Fellaini : Sur le départ et logiquement décrié après une première saison au niveau proche du néant, le grand belge a su apporter son utilité cette saison. Son impact physique a enfin existé, et sur les duels aériens, l’ancien joueur d’Everton a enfin décidé de se montrer plus utile. Malgré tout, son manque de technique et sa lenteur restent des points très handicapants pour développer un véritable jeu de possession, basé sur la technique. Fellaini a tout de même probablement remporté le droit de rester une saison de plus au moins à Old Trafford, pour le meilleur et le pire. 6/10

 

Angel di Maria : Le cauchemar des défenses anglaises s’est vite transformé en cauchemar de Manchester United. Avec son air ahuri, ses oreilles géantes, son carton rouge contre Arsenal, sa rentrée apocalyptique contre West Bromwich, il y a eu tellement de fois où tout le monde a imaginé l’argentin en train de brûler sur un bûcher … mais en même temps, il a tellement eu de circonstances atténuantes, comme son utilisation ignoble par Louis van Gaal qui a imaginé qu’il avait Robben, son placement en 10, sur les côtés où il n’a jamais su s’imposer sur la durée. Bref, Di Maria a fait une saison complètement ratée, mais on doit lui donner une deuxième chance. On ne passe pas du niveau d’un potentiel Obertan à celui d’un Bébé gaucher en quelques mois. 3/10

 

Adnan Januzaj : Après un exercice 2013/2014 prometteur, le jeune belge se devait de confirmer cette saison. Mais entre méforme, utilisation douteuse et nouvelle coupe de cheveux, il n’a jamais réussi à atteindre le niveau de jeu qui fut le sien sous David Moyes. Trop lent dans ses prises de décision, il n’a jamais réussi à faire fructifier une technique au-dessus de la moyenne. Une mauvaise année, vraiment. 4/10

 

Ashley Young : Paria lui aussi, seul Loïc trouvant des qualités chez ce joueur, force est de constater qu’Ashley Young a su hausser sensiblement son niveau de jeu cette saison. Même s’il a toujours tendance à regarder ses pieds davantage que le terrain. Sa percussion a été très utile dans une équipe dont le jeu consistait par des passes et des passes constantes, et son gros travail défensif ainsi que son entente avec Daley Blind ont permis à United d’effectuer plusieurs bonnes actions sur son aile gauche. Il s’est même offert le luxe de marquer un but dans le derby contre City. Tout est loin d’être parfait, il est loin d’être le joueur qui conduira United au sommet de l’Europe, mais au moins sera-t-il sur la photo de l’équipe 2015/2016. Pour le joueur qu’il était, ce n’était déjà pas si mal. 6/10.

 

Juan Mata : Après une première demi-saison globalement réussie, Juan Mata n’était plus l’attraction principale de Manchester United sous Louis van Gaal, avec tant de nouvelles arrivées. Timoré en début de saison, en ne prenant que trop rarement le jeu à son compte, s’effaçant de la construction et créant un trou important, surtout quand Wayne Rooney jouait au milieu de terrain, l’espagnol a progressivement su redresser la barre, pour effectuer une très bonne deuxième partie de saison, durant laquelle son tandem avec Ander Herrera a mainte fois servi pour la construction et la conservation du ballon, notamment à Anfield où Liverpool et son pressing étaient alors réputés. Qui plus est, l’ancien joueur de Chelsea s’offre le plus beau but mancunien de la saison avec son ciseau acrobatique chez les Reds. On lui reprochera néanmoins logiquement son manque d’initiative plus personnelle … 7/10

 

Wayne Rooney : Le Capitaine de l’équipe a trop souvent été à côté de ses pompes cette saison. Son attitude a néanmoins été la bonne sur le pré, mais cela ne suffit pas. Placé au milieu, il n’accélère pas suffisamment le jeu. Placé en attaque, il n’accélère pas du tout le jeu. Une telle description paraît horripilante et correspond davantage à un joueur comme Marouane Fellaini, et pourtant … c’est bien là le problème. Wayne Rooney n’a aujourd’hui pour lui que les buts. Plus grave, Louis van Gaal le met absolument sur le terrain, quel que soit son poste. À sa décharge, il n’a pas vraiment eu l’occasion de particulièrement briller en attaque compte-tenu du jeu trop souvent déployé. Même si lui, a pu davantage bénéficier de l’amélioration tactique opérée par Louis van Gaal. Insuffisant. 4,5/10

 

Robin van Persie : Auréolé d’une bonne Coupe du Monde, l’attaquant néerlandais pensait sûrement pouvoir repartir du bon pied avec Louis van Gaal à la tête de Manchester United, mais cette saison fut également un calvaire pour l’ancien joueur d’Arsenal. Oui, il a connu de bonnes périodes, avec en point d’orgue une rencontre très réussie à Southampton, mais il n’arrivera jamais à élever suffisamment son niveau de jeu pour que l’on puisse faire de lui le joueur qu’il était. Maintenant, notons le fait qu’il n’ait pas du tout pu jouer dans les bonnes conditions pour exploiter ses qualités. RvP, c’est un esthète, pas un athlète sur qui on doit balancer long ballon sur long ballon. Une fois qu’on aura compris ça, ça ira mieux. Le hic ? Il a 32 ans le bougre. 4,75/10.

 

Radamel Falcao : La recrue mystérieuse, on se demandait pourquoi l’avoir recruté sachant que Javier Hernàndez et Danny Welbeck faisaient partie de l’effectif et offraient d’autres alternatives à Rooney-Van Persie. Eh bien, après une année, on se demande encore pourquoi ce prêt. 4 buts et 4 passes décisives. C’est faible. Mais un attaquant ne doit pas se juger uniquement sur ses buts. Après de bons débuts, Miaouss déchante vite et semble avoir perdus tous ses appuis, physiquement hors du coup, techniquement également, et même devant les buts. Seuls ses déplacements le sauvent … pendant une partie de la saison. Sa sortie digne de Carlos Tevez face à Arsenal a ému quelques fans à Old Trafford. Mais le public l’oubliera rapidement. Tevez lui, était bon. Et il ne jouait pas non plus dans une équipe qui souhaitait à tout prix voir des Jan Koller et des Peter Crouch partout. On l’a envoyé au bûcher. On a envoyé au bûcher un joueur qui n’était pas du tout fait pour aller disputer 90 % de ballons aériens. Misère absolue. 3,5/10

 

James Wilson : On l’a à peine vu. Il semble prometteur physiquement et dans la vitesse … sans le ballon. Car dans tout le reste, visiblement rien d’exceptionnel … Mais bon, il est jeune. Qu’il se montre davantage alors.

 

Les Mystères de Louis van Gaal :

 

Van Gaal est un homme intelligent. Mais cette saison, certains de ses choix ne furent pas seulement contestables, mais carrément incompréhensibles.

— Phil Jones au corner : Quelqu’un a une explication ? Parce que là, ça se passe de commentaires.

— Juan Mata sur le banc 10 matchs de suite : Au profit de … de qui déjà ?

— Stoke City et Barcelone, équipes favorites de Louis van Gaal ? : Ceci expliquerait notre parodie de jeu à un moment donné. On garde beaucoup la possession pour des longs ballons devant. Paradoxal, hein ?

— Le brassard de Capitaine : Pourquoi confère-t-il une immunité ? Quelqu’un peut-il aller dire à notre coach que même si Rooney n’est pas aligné, le brassard est toujours sur le terrain, au bras d’un autre joueur ? (Oui, oui, je sais … Fletcæh’, RvP, Smalling ont aussi eu leur brassard mais faisons preuve d’un peu de mauvaise foi, diantre).

— Tyler Blackett : Pour qu’il soit régulièrement sélectionné dans l’escouade, serait-il une bête à l’entraînement ?

 

Les objectifs de Louis van Gaal

 

— Faire retrouver la Ligue des Champions : Disons que c’est réussi. Notre 4ème place Arsenalienne n’est que temporaire. Les barrages vont nous permettre de commencer la saison avec de la tension ! Ça ne vous plaît pas, vous ? J’ai jamais connu cette sensation, faut bien essayer ! Et au moins, on ne jouera pas de matchs face aux XI Indonésien ou Thaïlandais. Marre que mes frères de sang se tapent la honte. Ok.

— Faire retrouver du jeu offensif à l’équipe : Alors … deux matchs en début de saison et le mois de Mars ne suffisent pas à le dire. Trop longtemps, on a joué comme des tanches, balancé bêtement devant, mis quinze minutes avant d’amorcer une attaque. Non non, clairement, même dans notre bonne période, les meilleures occasions se présentaient lorsque l’équipe parvenait à récupérer le ballon assez haut. C’est absolument à revoir l’année prochaine. Prévisibles en plus, avec l’arrivée de la paire Young-Fellaini sur le pitch. Failure.

— Faire retrouver du jeu défensif à l’équipe : Oui. On va dire que ça a marché. Alors que c’était bien mal parti, avec la noyade honteuse à Leicester. L’équipe assimilait de mieux ne mieux les consignes défensives, essayait de relancer plus calmement, les lignes étaient plus regroupées, et on assistait à moins d’erreurs « collectives » si je peux le dire. Surtout des erreurs individuelles qui conduisaient à des occasions adverses, avec en chef de file Jonathan Evans. Ok.

 

Finalement, croyons en ce coach. Il est bizarre, mais l'année prochaine, ça ira mieux. (Non, ce n'est pas une pensée Wengerienne)

Le time que ça du te bouffer... Chapeau!!!

FADMfe.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et il me manque les images je vous dit ! :P

Merci c'est gentil. Mais j'avais pas grand-chose d'autre à faire en même temps ...

Mata is Free

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Par-contre, je veux pas faire le rabat-joie, mais j'ai pas compris ce passage

 

L’anglais est alors précieux, tant par son jeu de place que par son intelligence,

 

 

Aha, je plaisante.

On pouvait pas faire meilleur résumé de notre saison. Toujours avec cette petite touche d'humour. (autant prévisible que les saisons de QPR ; pas mal :P)

  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Propre, je m'incline, chapeau ;)

Mon Twitter : @Rooney24MD

ENVIE DE PARTICIPER À L'ASSOCIATION OU AU PODCAST DE MANCHESTER DEVILS ?

REJOIGNEZ-NOUS !!!

logo1.pngLogo sans fond.png

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Partager

  • Qui est en ligne   0 membre, 0 anonyme, 3 invités (Afficher la liste complète)

    • Il n’y a aucun utilisateur enregistré actuellement en ligne
  • Récemment sur cette page   0 membre est en ligne

    • Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.
×
×
  • Créer...