Aller au contenu

Cyclisme


ManUforever
 Partager

Messages recommandés

encore un coureur décédé, comme quoi il faut faire attention en cyclisme

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines après...

Pereiro contrôlé positif ?

 

Selon Le Monde, l’Espagnol Oscar Pereiro, deuxième du Tour de France, aurait été contrôlé positif à deux reprises lors de la Grande Boucle. Le produit incriminé est du salbutamol, généralement utilisé pour soigner de l’asthme.

 

Le cyclisme va-t-il s’en sortir un jour ? Après Floyd Landis, Oscar Pereiro, dauphin de l’Américain, aurait lui aussi été contrôlé positif lors du dernier Tour de France. Le Monde révèle ainsi sur son site internet que l’Espagnol a eu recours à du salbutamol, un produit utilisé pour soigner les cas d’asthme. Le dossier est toutefois assez complexe puisque Pereiro disposait d’une autorisation thérapeutique de la part de l’UCI mais l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) estime «douteuse» son utilisation, servant plutôt à masquer une pratique dopante. Six autres coureurs sont dans le même cas que Pereiro, dont plusieurs Français, dont les noms n’ont pas été révélés.

 

source:sport24.com

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ouais, en plus je l'aime bien Pereiro :( pffff c'est à se dégouter du cyclisme :grr:

 

18/01/2007 - Cyclisme

«Pereiro devra prouver son innocence»

Oscar Pereiro (Caisse d'Epargne - Iles Baléares), 2e du dernier Tour de France, a été contrôlé positif au salbutamol à deux reprises, à Gap le 17 juillet puis à La Toussuire le 19 juillet dernier lors de l'épreuve. A chaque fois, il s'est justifié en présentant une Autorisation à usage thérapeuthique (AUT) délivrée par l'UCI. Le salbutamol est utilisé pour le traitement de l'asthme. L'Agence française de lutte antidopage (AFLD) souhaite maintenant obtenir le dossier médical du coureur espagnol pour vérifier qu'il souffre bien d'une maladie justifiant l'usage du salbutamol. Or, au jeudi 18 janvier, Pereiro n'avait fourni aucun élément.

 

Pour Pierre Bordry, le président de l'Agence : «Il a bien reçu ces courriers mais ne nous répond pas, alors que nous lui avons bien dit que la réglementation française impliquait cette démarche de sa part...Il semblerait que Monsieur Pereiro ne retrouve plus la trace du médecin qui lui a rempli cette attestation.»

 

«Nous devons donc nous assurer que Monsieur Pereiro souffre bien de la pathologie déclarée et que les doses de produits interdits retrouvées correspondent aux traitements recommandés dans son cas », a-t-il poursuivi.

 

Et Bordry est décidé à enclencher le volet répressif si l'Espagnol ne fournit pas son dossier médical. «Je ne porte aucune accusation pour l'instant, explique-t-il. Pereiro devra prouver son innocence. Cette désinvolture est simplement, pour l'heure, inadmissible.»

 

En soirée, Francis Lafargue, le porte-parole de l'équipe Caisse d'Epargne - Iles Baléares a confirmé que Pereiro avait reçu les courriers de l'AFLD mais avait omis d'y répondre.

 

Onze autres coureurs possédant une AUT ont été contrôlés positifs. Cinq ont pu se justifier en présentant les documents nécessaires. Le 25 janvier, l'AFLD examinera les dossiers douteux. La compétence de l'agence se limite à la France. Oscar Pereiro pourrait se voir retirer sa place du Tour 2006 et ne pas être convié à la prochaine édition.

 

Floyd Landis, vainqueur du Tour de France 2006, a, lui, été contrôlé positif à la testostérone le 27 juillet dernier. Son cas sera examiné par l'AFLD le 8 février prochain.

 

Propos recueillis par Damien RESSIOT (L'Equipe)

denis7fz8.jpg
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

et maintenant aussi mussew a reconnu s'être dopé pour finir soit disant sa carrière en beauté

 

je ne sais pas si les jeunes vont encore rêver de devenir cycliste car même les champions d'antan avaient reconnu se doper à leur époque (notamment poupou)

 

après si la reconnaissance et l'appât de l'argent peut se sacrifier en vie humaine et se déguiser à travers des tricheurs notoires, c'est à eux de voir mais ça ne revêt que peu d'intérêts pour les spectateurs

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Cyclisme - Dopage : Le dossier Pereiro classé

 

La polémique Pereiro a fait long feu. L'Agence française de lutte contre le dopage a annoncé jeudi le classement des dossiers de onze coureurs contrôlés positif lors du dernier Tour de France après examen des autorisations d'usage thérapeutique. Parmi eux, figurent le cas de l'Espagnol Oscar Pereiro, qui avait terminé deuxième de la course derrière Floyd Landis, qui devrait être déclassé pour dopage.

 

Le président de l'AFLD, Pierre Bordry, a néanmoins avoué «regretter qu'il ait fallu autant de temps pour obtenir les justificatifs» et a précisé que l'Agence «entend rester vigilante en matière d'AUT». Contrôlé deux fois positif au salbutamol lors du Tour 2006, le coureur de Caisse d'Epargne a longtemps tardé à fournir les justificatifs médicaux demandés pour utiliser le produit contre l'asthme. (Avec AFP)

solskjaer-winning-goal.jpg20LEGEND

 

"Le ballon c'est comme les femmes, il aime les caressses" Eric "The King" Cantona

 

La devise de Sir Alex Ferguson : "My way or the highway" en gros comprenez : C'est comme ça ou dégagez

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 mois après...

Une histoire de Belges

Quickstep déjà prête. (L'Equipe)

 

Epreuve d'ouverture de la saison belge, le Het Volk aura sous doute valeur de test entre les deux coureurs samedi. Tom Boonen et Peter Van Petegem, les deux plus grands chasseurs de classiques de ces cinq dernières années, portent désormais le même maillot, celui de la puissante Quick Step. Et samedi au départ de ce mini-Tour des Flandres, ils vont devoir cohabiter. Officiellement, Van Petegem doit travailler pour «son leader». Mais sera-t-il à l'aise dans un rôle d'équipier de luxe. Car même s'il arrive au crépuscule de sa carrière à 37 ans et qu'il n'a plus rien gagner de marquant depuis son formidable doublé Tour des Flandres-Paris-Paris-Roubaix en 2003, Van Petegem reste une référence en Belgique. La course, il l'a connaît dans ces moindres détails. Originaire de cette région des Ardennes Flamandes, il l'a déjà gagné trois fois (1997, 1998, 2002) et rêve donc de devenir le premier coureur à réussir la passe de quatre.

 

 

 

Même si elle n'est pas répertoriée comme une grande classique à part entière, l'épreuve demeure un événement « au plat pays» Elle emprunte dix monts dont sept appartiennent au parcours du Tour des Flandres avec entre autres le Mur de Grammont en première partie (km 81), le Vieux Kwaremont et le Molenberg. Le Volk lance en effet la saison des Flandriennes, qui s'achève avec Paris-Roubaix le 15 avril, et fournit les premiers enseignements sur l'état de forme des coureurs. «Pour nous Flamands tout commence avec le Volk, précise Van Petegem. La saison démarre enfin. Un succès ici conditionne le reste de la campagne des classiques du printemps. Sinon la défaite laisse des traces jusqu'au Tour des Flandres.»

 

Gilbert va défendre son titre

Boonen va donc devoir gérer une grosse concurrence au sein de son équipe. Souvent placé mais jamais gagnant, la star belge assure qu'il visera la victoire. «Je ne suis encore qu'à 85% de mes moyens mais je courrai pour la gagne», précise celui qui s'est déjà imposé cinq fois cette saison. Certes ses objectifs se situent plus loin dans la saison, avec évidemment le Tour des Flandres, mais le protégé de Patrick Lefevre aura sans doute à cour d'effacer le couac de l'an dernier où il s'était retrouvé piégé par un groupe d'attaquants à 36 kilomètres de l'arrivée.

 

Derrière ces deux monstres, pléthore de challengers peuvent rafler la mise. A commencer par le vainqueur sortant, Philippe Gilbert (Française des Jeux). Le Wallon avait créé la surprise l'an dernier en s'imposant en terre flamande. Mais à l'écouter, ses ambitions seront moindres samedi au départ. Opéré d'un mélanome à la cuisse début janvier, il part dans l'inconnu : «J'ai repris la compétition au Tour d'Algarve», dit-il. Je trouve que l'opération ne m'a pas fait perdre trop de temps mais je ne suis quand même pas dans la même forme que l'an dernier.» Reste que Gilbert, qui a tout l'avenir devant lui à 24 ans, possède un vrai potentiel pour ce genre de course. Son punch avait fait la différence l'an dernier notamment dans le final très plat.

 

Trois autres prétendants sont également à surveiller. Vainqueur il y a deux ans, Nick Nuyens, ancien coéquipier de Boonen à la Quick Step porte désormais les couleurs de Cofidis. C'est un vrai spécialiste des Flandriennes. L'an dernier, il s'était imposé à Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Enfin, même si l'équipe Lotto est moins forte que l'an dernier - en raison du départ de Van Petegem - Leif Hoste et l'Australien Robbie McEwen restent redoutable. Comme Nuyens, le premier cité, lauréat des Trois jours de la Panne en 2006, sera dans son élément samedi tandis que McEwen reste un concurrent sérieux à Boonen en cas d'arrivée au sprint. - B.P.

 

 

equipe.fr

muniteduserbarnv1yc5.gif
ferapa4.png


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un accord provisoire

La Course au Soleil, Paris-Nice, un temps menacée, aura bien lieu dimanche prochain. L'Union cycliste internationale (UCI) et les organisateurs des Tours de France, d'Espagne et d'Italie, qui se réunissaient lundi à Bruxelles, sont parvenus à un accord. Le cyclisme est donc provisoirement sorti de la crise qui menaçait le déroulement de la saison. «Nous avons trouvé une solution à l'amiable pour l'ensemble de la saison 2007 tout en prévoyant un mécanisme de recherche d'une solution à long terme», s'est réjoui Pat McQuaid, le président de l'UCI.

 

 

 

Les deux parties avaient visiblement l'intention d'aboutir à un accord car la réunion a duré plus de neuf heures. Selon un communiqué lu en fin de réunion, l'accord obtenu à Bruxelles oblige les différentes parties à trouver «une solution à long terme pour le 21 septembre 2007 au plus tard». A cette fin, les différentes parties s'engagent à «se rencontrer mensuellement dans un esprit constructif».

 

Pour le court terme, et donc notamment l'organisation de Paris-Nice (11-18 mars), dix-huit équipes (toutes les équipes ProTour à l'exception d'Astana et d'Unibet, les deux formations les plus récentes) ont reçu le feu vert pour participer aux épreuves organisées par ASO (organisatrice du Tour de France et de Paris-Nice notamment), de RCS (Giro) et Unipublic (Vuelta). Mais ASO, RCS et Unipublic ont promis d'examiner «dans un esprit positif» les demandes d'invitation d'Astana, d'Unibet et d'autres équipes non-étiquetées ProTour.

 

Le rappel des faits

Les organisateurs dénoncaient le mode de fonctionnement fermé du ProTour et veulaient pouvoir choisir les équipes qui participent à leurs épreuves. Ces dernières semaines, la tension était palpable car l'UCI avait récemment interdit aux 19 équipes du ProTour de prendre part à Paris-Nice, organisée par ASO. L'instance suisse avait motivé son choix en expliquant que les organisateurs de la Course au soleil refusaient la participation de l'équipe belgo-suédoise Unibet, faisant pourtant partie du ProTour. (Avec AFP)

 

equipe.fr

muniteduserbarnv1yc5.gif
ferapa4.png


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Cyclisme - Paris-Nice : Nazon roi d'étape

Jean-Patrick Nazon (AG2R) a remporté au sprint la première étape du Paris-Nice, lundi, à Buzançais. David Millar (Saunier Duval), vainqueur du prologue la veille à Issy-les-Moulineaux, a conservé le maillot de leader. Le Français a devancé Sebastian Siedler et Matthew Hayman. Tom Boonen a lui terminé huitième.

 

Il faut remonter à 2002 pour voir un Tricolore remporter une étape du Paris-Nice, avec un succès de Laurent Jalabert à l'issue, lui-aussi, de la première étape. A 30 ans, et après une année délicate pendant laquelle il avait été privé de Tour de France, le Vosgien revient confiant : «Cela faisait un petit moment que je n'avais pas gagné, a déclaré le vainqueur du jour. Mais j'ai senti la confiance grandir ces derniers jours. J'ai pris l'initiative d'attaquer aux 200 mètres. Je lançais, je lançais et je ne voyais personne me remonter. J'avais cette étape en tête».

 

«Ce résultat est bon pour le moral. J'ai démarré aux 200 m et je pensais que les costauds allaient me reprendre. Et j'ai pu tenir jusqu'à la ligne. Mon ambition, c'est le Tour mais je ne préfère pas y pensé car il peut se passer beaucoup de choses d'ici là» a ajouté Nazon.

 

Visiblement à l'aise en plaine et sous le soleil, Nazon devra s'attaquer mercredi aux 177 km séparant Vatan à Limoges, en légère montée sur la fin. En attendant, David Millar (Saunier Duval) conserve lui son maillot de leader.

 

l'equpe

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

12/03/2007 - Cyclisme -

 

L'affaire Puerto classée

La justice espagnole a classé sans suite la vaste affaire présumée de dopage «Puerto» Les autorités considèrent qu'au moment des faits, il n'existait pas en Espagne de loi réprimant pénalement le dopage. Le juge d'instruction madrilène chargé du dossier, Antonio Serrano, a donc délivré un non-lieu aux cinq personnes qui étaient poursuivies dans ce dossier. Le Dr Eufemiano Fuentes, le personnage principal de ce scandale présumé de dopage sanguin, est évidemment concerné par ce non-lieu.

 

 

 

«Au contraire des législations française et italienne (...), il n'y avait pas au moment des faits de loi dans la législation espagnole réprimant pénalement les pratiques liées au dopage», indique le juge espagnol dans un procès verbal. Il n'y avait que la justice administrative sportive qui pouvait prononcer des éventuelles sanctions pour dopage. Mais la Fédération espagnole de cyclisme a elle aussi classé provisoirement l'affaire Puerto en octobre dernier car le juge Serrano avait interdit l'utilisation de documents qui pourraient permettre de sanctionner les coureurs impliqués.

 

Ce lundi, la Fédération a pris bonne note de la décision du juge : «Nous n'avons pas encore en mains propres la décision», a déclaré le secrétaire général de la RFEC, Eugenio Bermudez. «Quand nous l'aurons nous l'analyserons et nous prendrons une décision», a-t-il ajouté. «Cela dépendra aussi de ce que va faire le parquet», qui a la possibilité d'interjeter appel de la décision du juge.

 

Cette affaire, considérée comme le plus grand scandale lié au dopage dans le cyclisme espagnol, avait éclaté en mai 2006 avec l'interpellation de cinq personnes: le docteur Eufemiano Fuentes, ancien médecin des équipes espagnoles Kelme et Once, Manolo Saiz, manageur de l'équipe espagnole Liberty, le directeur sportif adjoint de l'équipe espagnole Communauté de Valence, Ignacio Labarta, un médecin de Madrid, José Luis Merino, et un coureur de VTT, Alberto Léon.

 

En marge de cette décision, les coureurs et les équipes, présents sur Paris-Nice, ont observé ce matin une minute de silence juste avant le départ de la première étape en signe de protestation. (Avec AFP)

 

lequipe.fr

muniteduserbarnv1yc5.gif
ferapa4.png


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

14/03/2007

 

Kolobnev s'impose

 

Le Russe Alexandre Kolobnev (CSC) s'est imposé en solitaire dans la troisième étape de Paris-Nice, mercredi à Maurs. Le champion de Russie 2004 a devancé de 12" le peloton emmené par Tom Boonen (Quick Step). Troisième de l'étape, l'Italien Daniele Bennati (Lampre) s'est rapproché du leader du général, son compatriote Franco Pellizotti (Liquigas) arrivé au sein du peloton, qui ne dispose plus que de 2" d'avance.

 

 

 

Kolobnev a été l'un des principaux animateurs de cette étape courue sur 215,5 km, soit la plus longue de l'épreuve, puisqu'il a dirigé une échappée dès le deuxième kilomètre, en compagnie de l'Italien Fabio Baldato, de l'Allemand Heinrich Haussler et du Français Nicolas Vogondy. Les quatre hommes ont compté jusqu'à 10'20" d'avance avant que l'écart ne se réduise à l'initiative des coéquipiers de Pellizzotti.

 

Alexandre Kolobnev est passé à l'offensive à 10km de l'arrivée et a bien résisté au retour du peloton dans la descente finale. Le premier Français, Romain Feillu s'est classé 10e.

 

 

lequipe.fr

muniteduserbarnv1yc5.gif
ferapa4.png


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

McEwen s’impose

 

Robbie McEwen s’est imposé lors de la première étape de Tirreno-Adriatico devant Oscar Freire et Thor Hushovd.

 

La première étape, effectuée autour de Civitavecchia, de Tirreno-Adriatico était dévolue aux sprinteurs et ceux-ci n’ont pas laissé passer l’occasion. Robbie McEwen s’est ainsi imposé devant Oscar Freire et Thor Hushovd.

 

sport24.com

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La 5e étape retardée

Le départ de la 5e étape de Paris-Nice a été retardé de près de 30 min vendredi à Sorgues à cause d'un suicide. Le corps d'un pendu a été découvert aux alentours du 27e kilomètre de l'étape et la route a été neutralisée afin de permettre les opérations d'investigation habituelles.

 

eurosport

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bettini à l’hôpital

 

Victime d’une chute samedi lors de la 4e étape de Tirreno Adriatico, Paolo Bettini souffre du genou et a été conduit à l’hôpital.

 

Paolo Bettini a connu des jours meilleurs. L’Italien, qui a difficilement terminé la 4e étape de Tirreno Adriatico, a chuté et souffre du genou. Ce dernier a été emmené à l’hôpital le plus proche afin de passer des examens destinés à connaître la gravité de sa blessure.

 

sport24.com

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Klöden prend la tête

 

L'Italien Matteo Bono (Lampre) a remporté la 6e étape de Tirreno-Adriatico à San Giacomo. Andreas Klöden s’empare des commandes au classement général.

 

La plus dure étape de ce Tirreno-Adriatico, dont l'arrivée était jugée au sommet de la Monti della Laga, a souri à un Italien quasi inconnu Matteo Bono, qui a faussé compagnie au groupe d'échappés, dans lequel figurait le Français Stéphane Goubert, dans la dernière montée. Un col fatal à Stefan Schumacher qui cède son maillot de leader à Andreas Klöden pour quelques secondes.

 

Classement de la 6e étape :

1. Bono (Ita, Lampre) en 4h04’04’’

2. Gasparotto (Ita, Liquigas) à 32’’

3. Visconti (Ita, Quickstep) à 41’’

4. Kiryienka (Blr, Tinkoff) à 45’’

5. Goubert (Fra, AG2R) à 51’’

 

Classement général :

1. Klöden (All, Astana)

2. Kirchen (Lux, T-Mobile) à 3’’

3. Vinokourov (Kaz, Astana) à 12’’

4. Schumacher (All, Gerolsteiner) à 22’’

5. Brajkovic (Slo, Discovery Channel) à 30’

 

sport24.com

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Hushovd forfait

 

Victime d’une gastro-entérite, Thor Hushovd (Crédit Agricole) a déclaré forfait pour Milan San-Remo.

 

A quelques heures du départ de Milan San-Remo, Thor Hushovd a été contraint au forfait. Diminué par une gastro-entérite, le coureur du Crédit Agricole a préféré jeter l’éponge.

 

sport24.com

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

29/03/2007

Cyclisme sur piste - ChM - Les Bleues affûtées

A l'issue des premières qualifications disputées ce jeudi lors de la première journée des championnats du monde à Palma de Majorque, Sandie Clair, la Provençale de 19 ans, et Virginie Cueff, la Bretonne de 18 ans, ont réalisé le quatrième temps (34''314) et vont concourir ce soir pour la médaille de bronze dans l'épreuve de vitesse par équipes. Les deux Françaises vont affronter pour la troisième place les Australiennes Kristine Bayley et Anna Meares (34''155).

 

 

«Cela s'est très bien passé», s'est réjouie Sandie Clair, déjà présente l'année passée à Bordeaux. «On n'est pas très loin des Australiennes (16 centièmes de seconde), on va essayer d'arriver au podium». «On se complète bien», a renchéri Virginie Cueff, qui débute dans les Championnats du monde seniors. «Nous sommes les plus jeunes, c'est de bonne augure pour les prochaines années». Le meilleur temps a été décroché par le duo britannique formé de la toute jeune Shanaze Reade (18 ans), venue du BMX, et Victoria Pendleton, championne du monde de vitesse en 2005. La finale va donc opposer la Grande-Bretagne (Reade/Pendleton) aux Pays-Bas (Kanis/Hijgenaar).

 

 

L'autre fait marquant de ces prémières épreuves de qualifications concerne Bradley Wiggins. Le Britannique a largement dominé la poursuite avec un temps remarquable de 4'15''976, à la moyenne de 56,255 km/h sur les 4 kilomètres. Il a devancé de plus de quatre secondes l'Allemand Robert Bartko, l'adversaire qu'il va affonter en finale, ce soir. Wiggins, qui défend sur la route les couleurs de l'équipe française Cofidis, partira donc favori. C'est un spécialiste de la poursuite, tant individuelle que par équipes (argent aux JO d'Athènes 2004, bronze aux JO de Sydney 2000). Pour décrocher sa place en finale, Barko a dû se battre jusqu'au bout sur la rapide piste de l'Arena Palma, par une chaleur propice aux performances.

 

 

Côté français, Fabien Sanchez s'est contenté du dixième temps en 4'27''614. «C'est le temps de mon tableau de marche», a commenté le Provençal. «Je ne fais pas aussi bien qu'à Bordeaux, 4'24'' , mais je paye le fait que j'ai peu couru sur la route, seulement trois courses depuis avril dernier. J'ai été opéré à un genou pendant l'été». (Avec AFP)

 

 

lequipe.fr

muniteduserbarnv1yc5.gif
ferapa4.png


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

02/04/2007

Cyclisme - Piste - Baugé : «Pas de regrets»

De passage dans nos locaux, Grégory Baugé est revenu sur ses deux médailles remportées aux Championnats du monde sur piste disputés la semaine dernière à Palma de Majorque. La première (or) en vitesse par équipes et la seconde en individuel (argent) où le Cristolien a été battu dimanche de justesse par le Néerlandais Theo Bos. Même s'il n'avoue pas encore y penser, le Français, qui a conscience d'avoir franchi un cap, aimerait briller aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008.

 

 

 

 

 

«Est-ce que votre médaille d'argent à la vitesse a comblé toutes vos espérances ?

 

 

Bien sûr. Je suis venu à Palma de Majorque pour donner le meilleur de moi-même, arriver en finale de la vitesse et surtout conserver le titre par équipes. Nous étions champions en titre et nous avions à coeur de conserver notre couronne. L'année dernière, le titre ne s'était pas joué à grand chose face à l'équipe de Grande-Bretagne. Cette année, on était dans de bonnes conditions pour réaliser de très bons temps. Cela a parfaitement fonctionné.

 

 

 

 

 

La compétition individuelle ne prend-elle pas parfois le pas sur la compétition par équipes ?

 

 

Non. Le premier jour de compétition, c'est la vitesse par équipes qui prime et on ne pense pas forcément au lendemain, ni aux courses à venir. On rentre directement dans la compétition et cela ne peut que débloquer les énergies pour la suite.

 

 

 

 

 

Est-ce que vous avez tout de même le sentiment d'être passé à côté de quelque chose de grand ?

Oui même si à l'arrivée, je n'éprouve pas de regrets particuliers. J'aurais peut-être dû courir différemment lors de la deuxième manche, davantage de derrière. J'ai sans doute commis une toute petite erreur tactique. J'ai été costaud sur les deux manches et j'ai essayé de ne pas faire d'erreurs. A l'arrivée, c'est lui qui a fait la différence. Sa défaite en finale du keirin l'a peut-être surmotivé. Je ne suis pas dans sa tête mais je pense qu'il a voulu montrer qu'il était le champion du monde en titre.

 

 

 

 

 

Votre splendide demi-finale contre Mickaël Bourgain a été très disputée et a rappelé les duels du passé entre Florian Rousseau et Laurent Gané..

 

Chaque année, on retrouve ce genre d'affrontement. C'était bénéfique pour l'un de nous et surtout pour la France. On ne s'est fait aucun cadeau. Après la demi-finale, sa déception était légitime mais il s'est consolé avec la médaille de bronze.

 

 

 

 

 

Est-ce que vous avez l'impression d'avoir passé un cap cette année ?

 

 

Tout à fait. Cela n'a rien à voir avec les années passées. Mentalement, je n'étais pas prêt pour aller chercher au plus profond de moi-même la victoire et rien d'autre. Et je n'arrivais pas non plus à faire abstraction des éléments extérieurs et à gérer la pression par rapport aux attentes du public et des médias. A l'échauffement par exemple l'an passé, j'avais une boule dans le ventre. Si dans la tête, tu n'es pas là, tu n'avances pas. Cette année, j'ai réussi à gérer.

 

 

 

 

 

Votre préparation a t-elle été différente par rapport à l'an passé ?

 

 

En septembre 2006, j'ai fait mon bilan de la saison. J'ai essayé de comprendre ce qui avait plus ou moins bien fonctionné avec un psy que je vois maintenant avant et après les compétitions. Physiquement, je sais maintenant que je suis au point. Bien sûr, on peut toujours lâcher dans la tête comme l'an passé.

 

 

 

 

 

Depuis 1984 et l'Américain Nelson Vails aux Jeux de Los Angeles, plus aucun coureur de couleur n'avait atteint la finale d'une grande compétition de vitesse. C'est quelque chose d'important pour vous ?

 

 

On me parle souvent de ça. Cela me fait plaisir et je suis évidemment fier de représenter les DOM-TOM et les Blacks. J'espère que ca va inciter d'autre jeunes à faire de la piste et à permettre aux instances fédérales de faire davantage de détection dans les îles.

 

 

 

 

 

Quels sont vos prochains objectifs ?

 

 

Pour l'instant, je vais décompresser et faire le vide sereinement après ces Mondiaux qui étaient l'objectif majeur de ma saison. J'ai fini la compétition sans être vidé. C'est déjà positif par rapport aux autres années. Ensuite, il y aura les Championnats de France à Hyères en août. On verra bien.

 

 

 

 

 

Pékin 2008, vous y pensez déjà ?

 

 

Pas encore mais avec ce que j'ai réalisé ce week-end, j'ai bon espoir de faire quelque chose. Obtenir une médaille à 23 ans, ce serait déjà quelque chose de fantastique. Cela devrait bien se passer. J'ai pris des claques, maintenant c'est à moi de les donner.»

 

 

lequipe.fr

muniteduserbarnv1yc5.gif
ferapa4.png


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

03/04 17h13 - Cyclisme, 3 jours de la Panne

Paolini démarre fort

 

Luca Paolini a remporté la première étape des Trois Jours de la Panne, ce mardi, à Zottegem. Le coureur de Liquigas a devancé Alessandro Ballan et Kevin Hulsmans. Après avoir tenu pendant 192km, Luca Paolini a décidé de sortir de sa boîte pour coiffer tout son monde au sprint. L’Italien devance son compatriote Alessandro Ballan (Lampre) et le Belge Kevin Hulsmans (Quick Step – Innergetic). Paolini prend évidemment la tête du classement général de la course.

 

Classement général :

1. Paolini (Ita, Liq) en 4h30’17’’

2. Ballan (Ita, Lam) à 4’’

3. Hulsmans (Bel, QSI) à 17’’

10. Coyot (Fra, UNI) à 56’’

sport24

muniteduserbarnv1yc5.gif
ferapa4.png


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
 Partager

×
×
  • Créer...