Aller au contenu

Natation


Ryan
 Partager

Messages recommandés

BUDAPEST (AFP) - L'insatiable Laure Manaudou a continué a amassé l'or dans le 200 4N et le 100 m dos des Championnats d'Europe de natation course, jeudi à Budapest, au lendemain de sa victoire dans le 800 NL, agrémentée d'un record continental (8:19.29).

 

En revanche, le relais du 4x200 NL ne lui a apporté que le bronze. Avec Alena Popchenka, Aurore Mongel, Sophie Huber -en remplacement de Céline Couderc pas en forme en séries-, la demoiselle de Melun a pourtant tout tenté, signant un remarquable 1:56.23 lancé.

 

Mais il n'y a pas de quoi avoir des regrets. Les Allemandes, emmenées par la nouvelle détentrice du record du monde du 100 NL Britta Steffen, étaient intouchables. Elles ont battu (7:50.82) la marque mondiale des Américaines devant les Polonaise lancées par Otylia Jedrzejczak, auteur d'un excellent 1:57.15.

 

Quoi qu'il en soit, Manaudou a permis de battre un record de France (7:56.44) qui a conclu une journée exceptionnelle.

 

Mais la triple championne d'Europe n'est pas venue commenter sa journée, jouant les filles de l'air à cause... de la pluie qui s'est mise à tomber juste pendant le relais.

 

L'Italienne Alessia Filippi a comme modèle la Française. Et dans le 200 4N, elle avait un rêve. Celui de battre son idole dans une finale. Mais, elle n'a jamais été en mesure de lutter face à la Française qui a même bien tenu sur la brasse, son point faible.

 

Manaudou s'est envolée vers la victoire sur le crawl. La Polonaise Katarzyna Baranowska (3e du 400 4N) a pris la seconde place. Et Filippi, dorée sur le 400 4N que Manaudou avait raté (18e), a dû se contenter du bronze.

 

Trente minutes plus tard, revoici Manaudou sur le plot. Avec, devant elle 100 m à parcourir en dos, la spécialité sur laquelle son entraîneur Philippe Lucas l'a repérée, et avec laquelle elle a remporté le titre européen junior (2003) et une médaille de bonze olympique (2004), mais qu'elle n'aime plus trop.

 

Mais pour Laure, la défaite est interdite, presque désobligeante au regard de son talent, de sa volonté. Et si le départ est prudent, l'accélération à mi-parcours a été phénoménale. Les Allemandes Antje Buschschulte, deuxième, et Janine Pietsch, troisième, n'ont pu que constater leur défaite.

 

Dans l'eau, la championne olympique et du monde du 400 NL s'est montrée éclatante. Déjà après le 200 4N, elle a fait le signe deux avec les doigts. Elle a ajouté une unité. En revanche, elle n'a guère le temps de déguster ce nouveau podium.

 

Car elle n'est pas descendue de la première marche, a juste embrassé ses deux adversaires que déjà, ses coéquipières du relais sont entrées dans la piscine. Son tour d'honneur ne lui a donc servi donc qu'à rejoindre l'équipe.

 

Mais pour Manaudou les festivités ne sont pas terminées. Avec d'abord, vendredi et samedi le 200 NL, si la fatigue ne se fait pas trop sentir. Puis dimanche, elle a rendez-vous avec un 400 NL qui pourrait être historique si elle réussit à passer sous la barrière des quatre minutes.

 

Pour l'encadrement, notamment l'adjoint au Directeur technique national adjoint Patrick Deleaval, la reine de ces Europe a les moyens de réaliser cet exploit. Pour lui, dans son 800 NL avec ses 4 min 05 au 400 m, elle est déjà allée "visiter des contrées inconnues".

 

Manaudou, même si elle n'a pas parlé de ces 4 minutes mythiques, a reconnu qu'elle voulait abaisser son record du monde (4:03.03). Ce serait une façon pour elle d'entrer encore plus dans l'histoire.

 

Si elle remportait les trois médailles d'or qu'elle guigne, avec 6 titres, elle rejoindrait les Allemands Michael Gross, Franziska Van Almsick et le Néerlandais Pieter van den Hoogenband. Un VDH d'ailleurs qui pourrait ajouter un titre à sa collection. Même s'il a été battu en demi du 100 NL par l'Italien Filippo Magnini, Frédérick Bousquet ou Alain Bernard.

 

060803213409.mgw33pxc1b.jpg
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 78
  • Créé
  • Dernière réponse

Meilleurs contributeurs dans ce sujet

Meilleurs contributeurs dans ce sujet

Euro-2006 de natation: Laure Manaudou et le feu d'artifice français

 

BUDAPEST (AFP) - Le record du monde (4:02.13) et le titre sur 400 m nage libre de Laure Manaudou ont offert un splendide bouquet final au feu d'artifice de l'équipe de France lors des Championnats d'Europe de natation 2006 qui se sont achevés dimanche à Budapest.

 

A Madrid en 2004, la France avait festoyé avec 15 médailles, dont 5 en or. Cependant, la joie du clan français, tout en reconnaissant qu'une équipe était née, avait été plutôt mesurée par les absences excusées des ténors allemands ou britanniques, qui se préparaient aux JO.

 

Quatre ans après, le bilan est identique (15, dont 5 en or). Mais cette fois il n'y avait aucune raison pour l'encadrement de ne pas s'extasier, comme l'a fait le président de la Fédération française Francis Luyce devant les podiums et les 15 records qui sont tombés: (1 monde, 2 Europe, 12 France).

 

"Epoustouflant. C'est le qualificatif qui me vient à l'esprit. Nous sommes au dessus de ce que nous avions vécu à Berlin en 2002", a lancé M. Luyce, parlant de "fait historique" à mi-chemin entre les jeux Olympiques d'Athènes 2004 et de Pékin 2008.

 

Bien qu'aucun vote ne soit venu officialiser ce couronnement, Manaudou a été la reine de l'Europe pendant une semaine. Son marathon aquatique s'est terminé avec quatre titres (800 m nage libre, 200 m 4 nages, 100 m dos et 400 m nage libre), trois bronze (200 m nage libre, 4x100 m 4 nages et 4x200 m nage libre), une marque mondiale et une autre européenne.

 

De plus, la Championne olympique et du monde a joué parfaitement son rôle d'équipière.

 

C'est elle qui est allée chercher le podium du 4x200 m nage libre et qui a mis le groupe sur le même chemin dimanche pour le 4x100 m 4 nages. Alors même qu'elle sortait juste de l'eau ou descendait d'un podium après un exploit.

 

La réussite, la volonté de cette +extra-nageuse+ ont aussi été un moteur pour le groupe. Sa façon de rebondir après son seul échec, celui du 400 m 4 nages le premier jour avec une élimination en séries, a donné l'exemple

 

Sa copine de club (Melun) Esther Baron en est une parfaite illustration. A 19 ans, elle avait les qualités, suit le même régime d'entraînement avec Philippe Lucas.

 

Et la proximité de Laure lui a certainement un peu donné les qualités mentales pour remporter le 200 m dos.

 

Cette envie de bien faire a été la marque de fabrique de tous les nageurs. Comme Amaury Leveaux, 20 ans, qui après avoir promené son spleen pendant une semaine, a fini par voir sa persévérance récompensée samedi avec l'argent sur le 100 papillon.

 

Leveaux, mais aussi Sébastien Rouault, 20 ans, argenté sur 1500 m nage libre avec un temps sous les 15 minutes (14:55.73) sont un des autres symboles de ce groupe. Celle d'une jeunesse qui n'a plus peur de gagner, sait multiplier les courses. Et peuvent aussi entrer quelques autres (Sarah Bey...) pas si loin des podiums.

 

Le seul bémol vient de deux anciens, le brasseur Hugues Duboscq et la sprinteuse Malia Metella. Le premier, troisième des Mondiaux et des JO, était très ambitieux. Il se voyait doré sur le 100 m brasse. Au final, il est passé à côté de sa compétition, un peu à l'image de sa saison.

 

La vice-championne olympique du 50 m nage libre a, elle, loupé sa compétition. Elle a perdu son titre du 100 m nage libre et a fini quatrième du 50 m nage libre. La faute sûrement à une blessure au thorax qui l'a empêché de travailler le foncier pendant l'hiver. Et quand le physique manque...

 

Les autres anciens ont été très présents: Nicolas Rostoucher, deux bronze (1500 m nage libre, 400 m nage libre), Alena Popchanka, elle aussi le bronze (100 m papillon), les relais Alain Bernard, Fabien Gilot ou Aurore Mongel et Céline Couderc. Cinq sur six (sauf 4x200 m nage libre) seront aux Mondiaux en mars à Melbourne (Australie)

 

Enfin, même si la dernière journée, pour lui comme pour les autres, a été un peu moins favorable, avec seulement une quatrième place au 50 m nage libre, Frédérick Bousquet a marqué la natation française. Il a brisé les murs des 22 secondes sur 50 m nage libre (21.99) et des 49 secondes au 100 m nage libre (48.97). Un vrai pas vers l'avenir.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 mois après...

C'est l'annonce que toute l'Australie redoutait depuis plusieurs semaines déjà. Son grand champion de natation, Ian Thorpe, a annoncé mardi qu'il abandonnait la compétition. Le sportif australien le plus titré de l'histoire du pays est forfait pour les prochains Championnats d'Australie, sélectifs pour les Mondiaux 2007 à Melbourne. «J'ai décidé que je ne disputerai pas les prochains championnats pour les Mondiaux (2007 à Melbourne)», a déclaré le champion de natation dans une conférence de presse. «J'ai pris une autre décision très difficile, celle d'abandonner ma carrière professionnelle dans la natation», a-t-il ajouté.

 

Thorpe n'a pas participé à une grande compétition internationale depuis les jeux Olympiques d'Athènes en 2004. Il essayé de revenir après une année 2005 perturbée par la maladie et une fracture à une main. Si Thorpe manquait les Championnats nationaux qui débutent à Brisbane le 3 décembre, cela l'exclurait de la sélection pour les Championnats du monde.

 

A 24 ans, Ian Thorpe est le sportif australien le plus titré, avec neuf médailles aux JO, dont cinq en or, et 13 en Championnats du monde, dont 1 en or. Il détient les records du monde du 200 m et du 400 m nage libre mais il n'a plus battu un record du monde depuis 2002.

 

lequipe.fr

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ouaaa des amateurs de natation ici!!!

 

je suis en grand fan de natation, en meme je la pratique depuis que j'ai 7 ans ( sachant que j'en ai 17), je fais des compétitions....

 

Pour Thorpe c'est vraiment une déception.

D'un coté j'accepte sa décision, c'est un grand champion, une idole, il n'a plus rien à gagner et pas ( sinon 1 seul) concurrants

Mais d'un autre coté, il aurait pu nous régaler encore presque 10 ans, c'était toujours un régal de le voir nager et le 200 avec VDH c'était mythique.

 

Mais il reste d'autres grands nageurs heureusement ( Phelps, Peirsol, Hackett que j'adore....) mais thorpe c'était mon préféré quand même (en temps que spécialiste du 200 nl c'est un peu normal.)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 mois après...

BA moi j'en ai pratiquer pendant 10 ans tu es quoi niveau natation n1 n2 ou n3 ? bon je sais pas situ va me repondre parce que tu poste pas tres souvent si tu a 17 ans et que ta un bon niveau il est fort problable qu'on ai nager contre.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 mois après...

05/03/2007 - Natation -

 

Manaudou est en Australie

Les Championnats du monde ne débutent que dans trois semaines, mais Laure Manaudou est déjà en Australie afin de préparer au mieux le grand rendez-vous de la saison.

 

 

 

La championne olympique et du monde du 400 m nage est arrivée samedi à Gold coast accompagnée de son entraîneur Philippe Lucas et de ses deux coéquipiers de club, Esther Baron et Nicolas Rostoucher, et a pris ses quartiers dans la résidence de l'équipe de France. Elle a rejoint sur place, Alena Popchanka, Hugues Duboscq, Aurore Mongel et Amaury Leveaux, qui avaient déjà entamé leur préparation sur l'île continent. Toute l'équipe de France partira pour Melbourne quatre jours avant le début des épreuves de natation course.

 

equipe.fr

muniteduserbarnv1yc5.gif
ferapa4.png


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mondiaux : Le bassin en question

Le président du Comité d'Organisation des Mondiaux 2007 de natation, a affirmé lundi que la piscine principale n'avait pas de fuite.

 

Dans une déclaration sur le site internet officiel de l'épreuve, M. Beddison souligne que "pas une seule goutte d'eau n'a fui de la piscine" selon une "inspection de routine" pratiquée sur le bassin."Des ajustements mineurs sont complètement normaux pour un projet de cette envergure", a ajouté le président du Comité d'organisation, assurant que l'ouverture et l'annonce de la dénomination officielle du bassin interviendraient comme prévu le dimanche 11 mars. Les 12e Championnats du monde de natation 2007 seront disputés à Melbourne.

eurosport.fr

"The future belongs to those who believe in the beauty of their dreams."
-
Eleanor Roosevelt

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

13/03/2007 - Natation - Retraite

 

Inge de Bruijn se retire

Inge de Bruijn a annoncé lundi qu'elle mettait un terme à sa carrière. La nageuse néerlandaise, âgée de 33 ans, estime «qu'elle a atteint son maximum et que son corps ne peut plus faire de sacrifices.» Elle restera comme l'une des nageuses les plus titrées de la natation. Seule la Hongroise Krisztina Egerszegi la devance au palmarès olympique. De Bruijn a notamment remporté quatre titres olympiques: 50 et 100 m nage libre et 100 m papillon aux JO de Sydney (2000) et d'Athènes (2004). «La compétition va me manquer terriblement, a t-elle regretté mais je ne peux plus remporter des médailles d'or aussi facilement que par le passé.»

 

 

 

Elle a également raflé cinq titres mondiaux. Ses deux dernières médailles d'or remontent aux Championnats du monde de Barcelone en 2003 où elle s'était imposée sur le 50 m papillon et 50 m nage libre. En outre, elle détient toujours le record du monde du 100 m papillon (56''61). Ses trois médailles d'or olympiques remportées à Sydney à l'âge de 27 ans, assorties de trois records du monde, lui avaient valu beaucoup à l'époque de critiques et de suspicions de dopage.

 

 

lequipe.fr

muniteduserbarnv1yc5.gif
ferapa4.png


Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines après...

Natation- ChM - Eau libre (F) : 25 km interrompu

Les mauvaises conditions météorologiques ont eu raison du 25 km femmes, disputé ce samedi dans les eaux fraîches de Melbourne. Le vent a en effet contraint les organisateurs à interrompre la course après 12.5 km. Une Commission technique a décidé que la course reprendrait ce dimanche à 01h00 (HF) en conservant le classement au moment de l'interruption. L'Allemande Britta Kamrau-Corenstein était alors en tête.

 

l'équipe.fr

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mondiaux de Melbourne

 

Les relais français connus

 

Voici la composition des relais français dimanche lors de la 1ère journée des Mondiaux de Melbourne.

 

. 4x100 m nage libre dames:

 

En séries et en finale (si qualification), dans l'ordre: Céline Couderc (24 ans, CN Alès), Malia Metella (25 ans, Dauphins Toulouse OEC), Aurore Mongel (24 ans, Mulhouse ON) et Alena Popchanka (26 ans, CS Clichy 92)

 

. 4x100 m nage libre messieurs:

 

En séries, dans l'ordre: Fabien Gilot (22 ans, CN Marseille), Grégory Mallet (23 ans, RCF-ASPTT), Julien Sicot (28 ans, CS Clichy 92), Amaury Leveaux (21 ans, Mulhouse ON). Frédérick Bousquet (26 ans CN Marseille) et Alain Bernard (23 ans, CN Antibes) entreront en finale si qualification.

eurosport.fr

"The future belongs to those who believe in the beauty of their dreams."
-
Eleanor Roosevelt

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Manaudou, l'or pour commencer

 

346863-1875630-458-238.jpg

Laure Manaudou a conservé son titre de championne du monde de 400m nage libre à Melbourne, en battant le record des championnats. Les Bleus ont battu le record de France du relais 4x100m pour décrocher le bronze derrière les Etats-Unis et l'Italie. Duboscq n'ira pas en finale du 100m brasse.

 

Dans le champ lexical du monde de la presse, les superlatifs risquent de manquer à chaque fois que l'on vient à parler de Laure Manaudou. Impressionnante, phénoménale, stratosphérique, bien difficile d'innover pour la sirène de la natation française qui a écrasé de toute sa classe la 1ère journée des championnats du monde. Une série convaincante le matin, sauf pour Philippe Lucas, et la perfection en soirée pour signer le deuxième chrono de l'histoire (4'02"61) derrière son record du monde (4'02"13) sur 400m nage libre.

 

En l'espace de 200m, ces deux dauphines (La Polonaise Otylia Jedrejczak (2e en 4'04"23) et Ai Shibata (3e en 4'05"19). pouvaient déjà se consoler avec des places sur le podium. En partant comme à son habitude très vite, la Française faisait même vaciller son record du monde pendant 300 mètres avant d'échouer à moins d'une demi-seconde à l'arrivée. La moue dubitative qui s'emparait de son visage en regardant le tableau d'affichage ne pouvait cacher la joie d'avoir encore répondu présent. Invaincue depuis 2004 sur sa distance de prédilection, ses propos d'après course étaient toutefois teintés d'une certaine amertume : "Je sais que je peux débuter très vite une course mais j'ai encore besoin de de réussir à tenir jusqu'à la fin". Une pointe de perfection que ne dénigrerait pas son entraîneur Philippe Lucas.

 

Le relais surprend

 

Sa tactique en a tout cas été une nouvelle fois payante. Une manière de tuer moralement ses adversaires comme elle aime à le souligner : "C'est plus facile pour moi de calquer ma course ainsi. Je fais ce qu'il faut pour que ce soit difficile dans la tête des autres filles". En qualité pure, Laure Manadou n'a même plus besoin de ça pour revendiquer l'étiquette d'épouvantail de la natation. Odylia Jedrejczak, championne olympique et du monde du 200 m papillon et deuxième de ce 400m nage libre ne dit pas autre chose : "J'ai seulement pensé à nager bien car devant je savais que Laure était intouchable. Sur cette distance, il y a elle et les autres dont moi."

 

En conservant son titre acquis à Montréal en 2005, Laure Manaudou s'enlève désormais toute pression. Encore en lice dans cinq courses individuelles et deux relais, la Française peut voir venir : "Ce n'est pas fini. C'est juste le début. Personne ne veut perdre après un résultat positif. Mes objectifs ne sont pas à court terme. Je veux continuer à être performante". On a hâte de voir la suite.

 

Tout comme on a hâte d'espérer aussi de grandes choses des autres nageurs français. Si Hugues Duboscq s'est raté totalement sur 100m brasse (8e de sa demi-finale), Alena Popchanka a assuré sa place en finale du 100m papillon. Mais cerise sur le gâteau d'une première journée passionnante, le relais masculin sur 4x100m a décroché une médaille de bronze en pulvérisant au passage le record de France (3'14"68 contre 3'15"66 pour le relais de 2003). Une performance de choix marquée notamment par l'excellent dernier relais d'Alain Bernard en 48"18. La torpille bleue est désormais lancée...

 

Les autres résultats:

(H) 400m - Finale : Tae Hwan Park KOR, Oussama Mellouli TUN, Grant Hackett AUS

(F) 400m libre - Finale: Laure Manaudou FRA, Odylia Jedrzejczak POL, Ai Shibata JAP

(F) 4x100m libre - Finale: AUSTRALIE AUS, USA USA, NETHERLANDS NED

(H) 4x100m libre - Finale: United States USA, Italy ITA, France FRA

eurosport.fr

"The future belongs to those who believe in the beauty of their dreams."
-
Eleanor Roosevelt

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

MONDIAUX DE MELBOURNE

 

Manaudou en argent

La Française Laure Manaudou a remporté la médaille d'argent du 100m dos des Mondiaux de Melbourne (59.87, record d'Europe). Elle a été devancée par l'Américaine Natalie Coughlin, qui a battu le record du monde (59.44). La Japonaise Reiko Nakamura se pare d'argent.

 

 

Phelps stratosphérique

Phénoménal Michaël Phelps ! L'Américain écrase le 200m nage libre des championnats du monde et signe un nouveau record du monde en 1'43"86. Pieter Van Den Hoogenband finit 2e à plus de deux secondes et demi.

eurosport.fr

 

Ah il devait être géant le 200m libre dommage que VDH ait fini 2ème

"The future belongs to those who believe in the beauty of their dreams."
-
Eleanor Roosevelt

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Phelps impressionant!! je suis triste qu'il ait battu le record de Thorpe, mais d'un coté, j'ai l'espoir que ça fasse gamberger Thorpe pour qu'il sorte de sa retraite et vienne récupérer son bien...

 

Peirsol impressionant aussi sur 100dos, j'adore ce mec.

 

Triste pour VDH mais j'espère qu'il gagne le 100 nl.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Thorpe sortir de sa retraite :wub: ça sera vraiment génial de revoir des gars comme Thorpe ou Popov :wub: Mais malheuresement irréaliste :cry: En plus je pense qu'ils sont plus aussi fort qu'avant

J'espère aussi que VDH gagnera le 100 nl

C'est vrai que Phelps est vraiment fort et en plus il est jeune donc il a encore de la marge

"The future belongs to those who believe in the beauty of their dreams."
-
Eleanor Roosevelt

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

A ce qu'il parait Thorpe était dans les tribunes, alors voir Phelps battre son record du monde chez lui en Australie, ça a du toucher son orgueil de champion.

 

Lui qui est parie a la retraite parce qu'il n'avait pas de concurents... le voila servi!

 

Peut etre je me fais des films.... mais là il a deux concurents directs: Phelps sur 200 et Park sur le 400. Thorpe est encore jeune, il peut revenir à la compétition.

 

Malheureusement je doute que Popov revienne lui...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

MONDIAUX DE MELBOURNE


Manaudou à la folie

347416-1883134-458-238.jpg

Laure Manaudou est une Martienne. La Française a explosé le record du monde du 200 NL en 1'55"52 et s'offre son 2e titre mondial à Melbourne. La 4e médaille dans le clan français et la 3e, évidemment, pour une Manaudou qui ne cesse de subjuguer.

Le 28 mars 2007 marquera encore une fois le monde de la natation. Laure Manaudou, Michaël Phelps, les noms des héros sont bien connus mais c'est toujours avec le même regard de fascination que l'on observe ces athlètes pousser les limites du rationnel. Deux champions qui marquent course après course le sport mais aussi l'imaginaire des gens. En regardant nager, la sirène bleue et le nageur le plus titré de l'histoire en individuel (8 titres), on en vient à rester bouche bée, totalement scotché devant tant d'aisance, de talent et de grâce.

Le berceau de ces deux nageurs d'exception a été touché par une force divine qui invite à l'admiration. Nul besoin de conter ici le parcours des deux, ni à s'ingénier à chercher à comparer les époques, mais les deux ont glané avec cette journée mémorable leur place parmi les géants du sport. Ne cherchons plus déjà la championne française de l'année, elle est déjà connue. Plus encore qu'une course parfaite, Laure Manaudou a fait preuve d'un choix tactique de feu pour exploser mentalement la concurrence. Partie très vite et ne laissant le soin à personne de dicter le tempo de la course, la nageuse de Philippe Lucas glanait la couronne mondiale avec à la clé un record du monde de folie (1'55"52 contre 1'56"47 pour Pellegrini hier).

Manaudou, la sirène bleue

Jamais dans l'histoire de la natation française, une nageuse n'avait autant dominé son sujet. A l'image d'une Perec sur la piste, Laure Manaudou possède à 20 ans le monde à ses pieds. Les propos élogieux ne manqueront évidemment pas dans les heures qui viennent. Mais la tête, toujours sur les épaules, elle analysait sereinement sa course : "J'ai sacrifié deux courses pour ce 200 m, notamment le 50 m dos, que j'ai préféré ne pas disputer. Ce 200 m, c'était vraiment mon objectif aujourd'hui. Je suis vraiment satisfaite, d'autant que c'est important d'être en concurrence avec des nageuses fortes. Je n'avais pas de titre, pas de record sur cette distance, ça m'a vraiment boostée."

Le sourire aux lèvres, Laure Manaudou semblait ne pas avoir conscience de la portée de son nouvel exploit. Finalement, c'est sans doute dans ce côté simple et toujours insatisfaite qu'elle tire la quintessence de sa force. L'émotion n'a pas de prise sur elle et sa réserve naturelle lui offre les atouts pour aller encore plus haut. Jusqu'où? Personne n'est capable réellement de le dire. Qu'importe après tout puisque chacune de ses courses reste un moment de plaisir intense. Le bonheur est dans le pré pour certains. Pour Laure Manaudou, le bonheur est au fond de la piscine. Un bonheur que l'on partage bien volontiers tant cette jeune fille respire une vraie fraîcheur d'esprit.


Phelps, l'extraterrestre

347409-1883027-458-238.jpg

Phénoménal Michael Phelps ! En 1'52"09, il explose son record du monde du 200m papillon de près de 2 secondes. Plus que la victoire, l'Américain tutoie les étoiles en nageant dans une dimension encore inconnue jusque là.

La bannière étoilée peut encore flotter fièrement à Melbourne. Inlassablement mais surtout irrésistiblement, Michaël Phelps devient au fil des jours l'icône de la natation mondiale masculine. A chaque course, l'Américain s'impose un peu plus comme une torpille lancée plein pot qui engrange les records sans sourciller. Mais là où le record du monde du 200m papillon n'a changé que 4 fois de propriétaire en l'espace de 15 ans, Phelps est en train de progressivement porter le record à des hauteurs invraisemblables.

A chaque époque son histoire, mais voir des clients comme Gross (champion allemand des années 80) à plus de 4 secondes, ou encore Pankratov (champion russe de l'époque Esposito) à plus de 3 secondes, la sensation de facilité dégagée par le natif de Baltimore laisse pantois d'admiration. En glanant son 8e titre individuel dans l'histoire des championnats du monde avec sa victoire éclair (1'52"09 contre 1'53"80 pour sa précédente marque), Phelps n'a pas seulement tué la concurrence. Il a écrit et imposé sa griffe le propulsant comme l'égal de Thorpe. A 22 ans, il ne faut pas oublier qu'il domine le 200m papillon depuis déjà six ans.

8 titres en ligne de mire

Son impressionnante capacité à virer, ses coulées hors du commun sont autant d'éléments qui expliquent la domination de ce nageur jamais rassasié. Néanmoins, sa performance du jour ne le laissait pas de marbre: "Je me surprends moi-même. Je voulais aller vite. Je voulais aller vers les 1'53"00 mais je ne pensais pas nager en dessous. J'ai nagé très bien dès le début de la saison où j'ai battu un record du monde déjà sur 200m nage libre. C'est un sentiment si agréable de se sentir si fort".

Pour Phelps, rien n'est encore terminé dans ces championnats du monde. Après ses trois titres déjà glanés (2 individuels et un en relais), l'Américain peut encore étoffer son palmarès d'ici dimanche. A commencer par le 200m 4 nages puis le 100m papillon avant le 400m 4 nages. Le tout sans oublier les relais pour un total de médailles qui pourrait être de 8 à l'arrivée. Phelps n'est pas seulement un requin pour les records, il l'est aussi pour les médailles.L'hégémonie Phelps n'est pas prête de s'arrêter.
eurosport.fr

"The future belongs to those who believe in the beauty of their dreams."
-
Eleanor Roosevelt

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

:win::king: cool Manaudou notre belle sirène :wub:

solskjaer-winning-goal.jpg20LEGEND

 

"Le ballon c'est comme les femmes, il aime les caressses" Eric "The King" Cantona

 

La devise de Sir Alex Ferguson : "My way or the highway" en gros comprenez : C'est comme ça ou dégagez

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je comprends ton ressentiment mais reste poli tom_mufc ;)

"The future belongs to those who believe in the beauty of their dreams."
-
Eleanor Roosevelt

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
 Partager


×
×
  • Créer...