Aller au contenu

Messages recommandés

Ah ce bon vieux Solskjaer, je te reconnait dans ton analyse... Belle initiative une fois de plus !

 

A coup sur tu serais entraineur de Galatasaray avec un surnom spécial : tartılan (le taré en turc)

 

Pour en revenir au sujet, un entraineur doit effectivement être complet , avec des compétences au niveau relationnel, communicatif, directif et tactique.

 

Je rajouterai également un zeste d'intelligence, car il faut tout de même être hyper réactif en cas de tactique défaillante ou de problème (interne avec joueur/staff) (externe avec médias/supporters).

 

Il faut être autoritaire mais garder une oreille pour écouter les conseils.

 

allez je me lance :

 

mon style : un peu caméléon, je peux me ramener à Old Trafford avec le dernier costard, et le match d'après avec un bon vieux survet de Man. Les épaules hautes naturellement, le regard prêt à tout manger, que ce soit l'arbitre, les adversaires ou mes propres joueurs. Entraineur autoritaire et paternel.

 

ma tactique : Un style assez fluide avec des libertés pour les joueurs imprévisibles (surtout techniquement). Toujours avoir deux ou trois tactiques dans la poche, selon les joueurs et les adversaires. S'adapter est impératif. S'approprier tout les styles de joueurs, des bucherons, des techniciens, des intelligents (dans le jeu).

 

ma relation avec mon équipe : comme indiqué ci-dessus, autoritaire et paternel. Aucune inquiétude pour faire des choix, aussi compliqué que cela peut être. De toute façon, "un joueur ne peut être au dessus du manager et du club" ^^. Une confiance envers mon staff , mais j'aime avoir le dernier mot. J'aime également donné la chance aux joueurs si il le mérite.

Un mélange de joueurs d'expérience couplé à de jeunes fougeux me parait primordiale.

 

ma relation avec les autres techniciens : Beaucoup de respects pour mes ainés, mais adepte de la guerre psychologique.

Un échange avec les autres entraineurs est toujours enrichissant. Etre respecté est également important.

 

ma relation avec les médias : Leur dire ce qu'ils veulent entendre ^^. Plus sérieusement, les avoir dans la poche peut avoir ses avantages, même si il finiront toujours par nous mettre un poignard dans le dos.

 

je rajouterai que je ne m'entendrai pas à coup sur avec les agents, ces vieux véreux qui vendent leurs marchandises...

 

 

  • J'aime 2

avec ferdinand c'est avant tout...une good defense !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

euh... il s'agit de SAF? j'ai juste?

 

Même si ça fait un bail que je ne l'ai plus vu en survêt'.

 

Mais c'est un peu le style de manager que je suis à FM. Sauf que les médias, je les enclume clairement.

  • J'aime 1

l'argent ne fait pas le bonheur des pauvres et nique ton football

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

euh... il s'agit de SAF? j'ai juste?

 

Même si ça fait un bail que je ne l'ai plus vu en survêt'.

 

Mais c'est un peu le style de manager que je suis à FM. Sauf que les médias, je les enclume clairement.

 

Il y a forcement un peu de SAF en nous...

 

 

Je préfère te voir répondre à mon sujet plutôt que de me poser cette question! Tiens le voilà Ton Domenech :P (Un vrai boucher le mec)

 

 

 

Ole tu sais que le seul boucher du forum ici c'est moi... tu a pu t'en rendre compte à Lyon-Mu...

  • J'aime 1

avec ferdinand c'est avant tout...une good defense !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Il y a forcement un peu de SAF en nous...

 

 

 

Ole tu sais que le seul boucher du forum ici c'est moi... tu a pu t'en rendre compte à Lyon-Mu...

Je suis alors ton coéquipier de la défense...

 

--------------------

 

Ce serait pas mal d'avoir vos réactions au sujet principal quand même!

Modifié par Ole Gunnar Solskjaer

zonepppp.png.f7ed0fe13b0fa7b4f04087349f20ccdd.png

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Haha voilà un topic intéressant, personnellement, je sens que je vais galérer pour être clair, mais je vais faire un effort :lol:

 

Mon style : Un manager à l'anglaise. Dont le principal travail sera d'encadrer les joueurs mentalement. Je fais en sorte de leur dire clairement ce que je pense d'eux. Quand ils font un truc pourri je le leur fais savoir. Cependant, s'ils font un truc, pas forcément génial, mais correct, je les encourage et leur exprime mon contentement. Je suis du genre à m'énerver très vite, parfois de manière irrationnelle, mais je sais ressouder mon équipe dans les moments durs et fais en sorte que mon équipe donne tout du coup d'envoi jusqu'au coup de sifflet final.

Quant au style de mon équipe à proprement parler ça dépendra des joueurs dont je dispose. Il existe pour moi deux styles qui se dégagent :

- Une équipe plutôt technique avec des joueurs qui en général aiment jouer au ballon, avec une facilité à avoir la possession du ballon notamment (pas tous, je parle encore une fois de majorité, on ne peut pas avoir 11 Pirlo comme on ne peut pas avoir 11 Vidic)

- Une équipe plutôt physique avec des joueurs athlétiques, qui aiment bouger leurs adversaires et les faire courir jusqu'à les étouffer. Une équipe dont la moyenne de taille des joueurs est supérieure à la moyenne.

C'est très grossier, voire réducteur, mais il n'y a pas 36 possibilités.

Si mon équipe est plus forte techniquement (c'est-à-dire au niveau des contrôles, des passes, des dribbles, de la créativité et du jeu à terre), je ferai en sorte d'adopter ce style très technique.

En revanche, si elle est plus forte physiquement (c'est-à-dire au niveau de la puissance, de l'endurance, de la vitesse pour certains joueurs voire de l'agressivité), je ferai en sorte d'encourager un jeu davantage misé sur l'impact physique.

Ma tactique : C'est là que ça devient intéressant. Car chaque équipe possède des joueurs avec de différentes qualités. Certains brillent plus pour leur conduite de balle et leur aisance technique alors que d'autres se feront remarquer par leur gabarit très athlétique et leurs poumons inoxydables.

Du coup je fais en sorte de "marier" ces joueurs, avec leurs caractéristiques pour former un collectif huilé et sain. Cependant ma particularité réside dans la recherche d'une tactique qui mettrait en valeur les qualités, et seulement les qualités, des joueurs qui sont à ma disposition.

Par exemple, si je dispose d'un Richard Dunne dans mon effectif, qui est un joueur puissant physiquement et rigoureux défensivement mais également très limité techniquement, peu souple et très lent, je ferai en sorte de ne lui confier que les tâches qui sont à sa hauteur, c'est-à-dire celles de contrer l'adversaire, de lui imposer un jeu rugueux tout en relançant proprement sans trop s'avancer. Je ferais en sorte, dans ce cas, de lui confier le moins de tâches possibles, si ces tâches font appel à des compétences qu'il n'a pas.

A l'inverse, si j'ai un joueur à la Özil, c'est-à-dire un très bon créateur, mais pas très travailleur et endurant, je ferais en sorte de lui demander de rester à son poste et de mettre en valeur ses qualités telles que la vision du jeu et sa précision de passes.

C'est pour ça, qu'il est difficile de dégager clairement une tactique. Tout dépend des joueurs et là est un autre débat qu'il serait intéressant de développer.

Je peux, cela dit, ajouter que je suis très friand du 4-4-2 (plus particulièrement si je dispose de deux très bons attaquants, et d'ailiers non-moins convaincants) et du 4-2-3-1 (qui, si l'effectif, le permet, assure une certaine fluidité et un vrai travail dans la construction et dans la créativité des milieux de terrain).

Il faut également prendre en compte l'équipe qui joue en face.

Si elle est plus faible, j'aurai tendance à développer un jeu très offensif, et si elle est plus forte, à l'inverse, je demanderai à mes joueurs d'être plus attentifs, peut-être pas de bétonner (encore une fois tout dépend de l'équipe et des qualités) mais d'être plus rigoureux en défense quitte à avoir moins d'occasions en attaque.

Ma relation avec mon équipe : Je fais en sorte de profiter de mon équipe, des joueurs, de leur personnalité. Car la façon de jouer d'un footballeur peut dépendre également de sa personnalité. Je les encense après une victoire (sauf si elle est vraiment très très très poussive, contre un adversaire très faible) et ne les fustige pas après une défaite, en leur disant clairement ce qui n'a pas allé. Je donnerai un rôle particulier pour les joueurs d'expérience, qui devront fonctionner comme des adjoints, ressouder le groupe et éventuellement jouer mes porte-paroles. Je porterai une attention toute particulière au joueur à qui je donne le brassard, ce n'est pas une décision que je prendrai à la légère car ça impliquerait de sacrées responsabilités pour la cohésion de l'équipe.

Ma relation avec les autres techniciens : Là encore ça dépend des techniciens, je suis en général humble et ne m'amuse pas à les charrier, étant concentré sur ma tactique. Cependant, si je m'entretiens avec eux, ce serait hors des terrains, pour échanger des conseils, car comme le dit OGS on apprend toujours dans ce métier. Même les plus grands entraîneurs n'ont pas la science infuse.

Cependant, si l'entraîneur se met à méchamment me chambrer voire à me descendre, je ne me laisserai pas faire et ferai preuve d'une agressivité féline.

 

Ma relation avec les médias : Je serai plutôt discret. Je répondrai à leurs questions, mais j'éviterai d'aborder des sujets trop tactiques, partant du principe que ça peut donner des indications utiles à l'adversaire, ce qui pourrait ainsi se retourner contre moi.

Pareillement, je ne rentrerai pas dans les questions trop confidentielles (à propos de l'état d'esprit des joueurs...), voulant garder une vraie intimité dans les vestiaires.

Je prendrai cependant le temps de m'entretenir avec eux avant et après chaque match.

Voilà, si j'ai d'autres choses à ajouter, je le ferai savoir.

Très bon topic, encore une fois OGS :D

Modifié par NATHOU92
  • J'aime 3

JS.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines après...

Mon style : J'adore la discipline, j'aime voir que mes joueurs ont compris la consigne que je leur ai donné. C'est toujours honorant, de voir qu'une idée à la base fictive, se dessine finalement sur le terrain. De les voir se battre, être concentrés, impliqués, former un bloc compact, et exercer un pressing intense sur le porteur du ballon. Mais je banni l'extrême. Ni une équipe trop défensive, qui risque de donner un nombre conséquents de match nul; avec un jeu frileux et ennuyeux, avec des victoires 1-0 à l'arrache. J'admire le jeu défensif, à condition que cela soit avec brio et maîtrise. L'équipe qui défend à 11 pour défendre à 11, no thanks.

Ainsi que le jeu trop offensif, qui risque de laisser de larges espaces, et un manque de rigueur flagrant...

Mais quitte à choisir, je préférerai quand même un jeu offensif, audacieux; avec des prises de risques, mais l'abnégation et le sens du devoir, devraient être bien entendu au rendez-vous. J'essayerai d'être à mi-chemin entre le style de Kloops et Simeone.

Ma relation avec mon équipe :

Plutôt chaleureuse... Ce sont certes de grand gaillard, mais ça reste des êtres humains, et l'empathie ainsi que la psychologie sont très importantes quand on parle d'un groupe. Ignorez; déclinez ça, et vous en payerez rapidement les frais.

Mais bien entendu, il faudra faire preuve de fermeté de temps à autre, et leur faire comprendre qu'aussi bons et talentueux qu'ils peuvent être, leurs égos ne doivent pas prendre le dessus, sur leur professionnalisme. Ils pourront toujours compter sur moi en cas de besoin, et si départ il doit avoir, ça ne se fera jamais sans explications justifiés.

Ma relation avec les autres techniciens :

Cordiale. S'ils me respectent, j'en ferai autant. Peut-être que ça plus délicat avec les équipes rivales, ou celles qui ne nous aiment pas. Mais en règle générale, je serai beaucoup plus focalisé sur mon équipe, ses forces et ses faiblesse, qui est déjà un problème difficile en soit. Sachant que notre pire ennemi, est bien souvent nous même

Ma relation avec les médias :

Les médias... Tiens donc...

Je m'en méfierai, car je sais pourquoi ils sont là. Pour de raisons plus ou moins normales, saines, correctes, mais surtout pour des raisons beaucoup plus dénuées de scrupules... Une mauvaise parole, une maladresse, un coup de colère, et c'est le début de la fin. Bien heureusement, je compterai sur l'intelligence et le recul, de mon entourage et mes fans. Mais cela ne va pas pour autant dire, que je dois être naïf et négligent, ils sont là pour leur gagne pain, et mes déboires leur ouvriraient une voie royale.

  • J'aime 2

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 mois après...
  • J'aime 1

"Oh, Monsieur et maître, la misère est grande. Les fantômes que j'ai conjurés, je ne vais plus pouvoir m'en dépêtrer"

 

Goethe.

 

795fadadjw1ds2wic2tq2g.gif

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 ans après...

Les dix professeurs du ballon rond

 

Le 5 octobre est la journée internationale des enseignants. L'occasion pour France Football de rendre hommage à dix entraîneurs qui ont beaucoup potassé et qui voient le football comme une vraie science.

Gusztav Sebes (Hongrie...)
Il restera à jamais une légende du football hongrois. Avec une équipe ultra joueuse, les Magyars écrasent tout sur leur passage, en s’imposant notamment à Wembley en 1953 (6-3). Sebes est l’instigateur d’un jeu porté sur l’offensive, les prémices du football total. Romantique à souhait, la Hongrie est favorite en 1954 et balaie tout sur son passage jusqu’à la finale (21 buts en trois matches face à la Corée, la RFA et le Brésil). Avant de chuter sur la dernière marche face aux Allemands qu’ils avaient battu 8-3 en phase de poule. Cruel pour Sebes et ses légendaires ouailles Kocsis, Puskas…

Helenio Herrera (Inter, Barça, Atletico...)
On l’a souvent surnommé, à tort et un peu trop facilement, le roi du catenaccio. Un sobriquet qu’il balayait rapidement d’un revers de la main. Instigateur d’une défense plus renforcée, Herrera prônait la solidité, la solidarité et l’utilisation accrue des couloirs. Une première à l’époque où tout se déroulait souvent dans le cœur du jeu. Ses tactiques font mouche et son palmarès parle pour lui : Quadruple champion d’Espagne (2 avec l’Atletico et 2 avec le Barça), triple champion d’Italie, 2 C1 (1964-1965)... Impressionnant !

Rinus Michels (Ajax, Barça, Pays-Bas...)
db1d6.jpg
Michels a enseigné à l'Ajax et aux Pays-Bas un jeu offensif alléchant. (L'Equipe)
Le «football total» de l’Ajax et des Pays-Bas : c’est lui ! On défend tous ensemble, on attaque tous ensemble, Rinus Michels a su instiguer un football offensif, si beau à voir jouer. Pourtant, les Oranje tomberont les armes à la main en finale de coupe du monde 1974 face... à la RFA, décidément briseuse de rêve des grandes équipes, après la Hongrie 54. On peut remercier Rinus Michels pour avoir façonné Johan Cruyff et l’avoir offert en mondovision.

Carlos Bilardo (Argentine...)
Diplômé de physique, Bilardo est un homme cultivé et amoureux du football. Pourtant, il est rapidement décrié lors de ses débuts à la tête de l’équipe d’Argentine en 1983. Le natif de Buenos Aires fait fi de tout ça et garde ses préceptes de solidité et d’équilibre contre vents et marées. Il ménage la chèvre et le chou entre Passarella et Maradona pour entamer la coupe du monde 1986 sous d’autres auspices. En 3-5-2,l’Albiceleste fait mal et met la main sur son deuxième trophée mondial après 1978. Merci Diego ! Merci Carlos Bilardo !

Francisco Maturana (Colombie...)
Ceux qui ont pu voir jouer la Colombie avant la coupe du monde 1994 savent à quel point Maturana a apporté aux Cafeteros. Le technicien, dentiste de formation, a instigué un système de jeu fait de redoublement de passes courtes, de déplacements et de mouvements. Sa Colombie parvient à se qualifier pour la coupe du monde 1990, une première depuis 28 longues années... Elle fait surtout trembler le monde du football avant le Mondial américain 94, quand les Valderrama, Rincon, Asprilla et consorts balaient tout sur leur passage avec notamment, un succès historique en Argentine (5-0). Malheureusement, les Cafeteros s’effondreront lors du grand rendez-vous. Peu importe, Maturana a régalé. 
Arrigo Sacchi (Milan, Italie...)
de238.jpg
L'ogre milanais, le travail du forcené Sacchi... (L'Equipe)
Débarqué de Parme dans un certain anonymat, Arrigo Sacchi va complètement métamorphoser le jeu du Milan AC en seulement quatre ans. Place au 4-4-2, à une défense en zone (une hérésie en Italie à l’époque) et à un pressing tout-terrain. Emmenés par les «Hollandais volants» (Rijkaard, Van Basten et Gullit), les Rossoneri raflent deux C1 sous le joug de Sacchi. Le tacticien hors-pair mènera même la Nazionale en finale de la coupe du monde en 1994. Un génie du tableau noir.  

Coco Suaudeau (Nantes)
Un Français pour la route ! Déjà champion avec Nantes en 1983, Coco Suaudeau fait briller l’escouade des Canaris dans un second acte entre 1991 et 1997. Le «jeu à la Nantaise» fait de passes simples, de changements d’aile et de don de soi séduit la France entière et les amateurs du beau jeu. Sommet atteint en 1995 avec un nouveau titre pour Suaudeau et un jeu léché qui permet au FCN de ne perdre qu’à une seule reprise dans la saison. Lors de l'exercice suivant, les Canaris s’écroulent en demi-finale de Ligue des champions face à la Juventus (0-2 ; 3-2). L’amour du collectif avant tout pour Coco.

José Pekerman (Argentine, Colombie...) 
«El Profe», comme le surnomment ses propres joueurs dans le vestiaire colombien, a toujours cherché à faire évoluer ses équipes de manière très offensive. Après un quart de finale en coupe du monde 2006 avec l’Argentine, Pekerman porte les Cafeteros jusqu’en quarts de finale au Mondial brésilien de 2014. Une malheureuse élimination face au pays hôte mais un jeu léché qui a marqué les mémoires. James Rodriguez, Carlos Bacca, Juan Guillermo Cuadrado... Ils avaient régalé, poussés par un coach qui a de l’allant.

Marcelo Bielsa (Argentine, Chili, OM...)
Plus besoin de présenter El Loco. Forcené du ballon rond, amoureux fou du pressing et du jeu offensif, perfectionniste à l’extrême... Marcelo Bielsa est un personnage à part entière dans le monde du football. Un véritable tacticien qui enseigne à ses joueurs ses préceptes. Les joueurs du Chili, récents vainqueurs de la Copa America ne cessent de louer le travail du Rosarino à la tête de la Roja (2007-2010). A Marseille, certains joueurs ont progressé à vitesse grand V sous ses ordres : Dimitri Payet, Brice Dja Djedje, Benjamin Mendy et bien d’autres...

Pep Guardiola (Barça, Bayern Munich)
9006d.jpg
Guardiola aura marqué le football des années 2000-2010. (L'Equipe)
Intronisé coach principal des Blaugrana après le départ de Rijkaard en 2008, Pep Guardiola a fait rêver les supporters catalans. Adepte du 4-3-3, il compose une véritable symphonie et fait jouer «son» Barça à merveille. En quatre saisons, le clubc**é ramasse 14 titres. Il est parti sur de belles bases avec le Bayern avec 5 titres en deux ans... Une machine à gagner. 

 

http://www.francefootball.fr/news/les-dix-professeurs-du-ballon-rond/596562

  • J'aime 1

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Haha voilà un topic intéressant, personnellement, je sens que je vais galérer pour être clair, mais je vais faire un effort :lol:

 

Mon style : Un manager à l'anglaise. Dont le principal travail sera d'encadrer les joueurs mentalement. Je fais en sorte de leur dire clairement ce que je pense d'eux. Quand ils font un truc pourri je le leur fais savoir. Cependant, s'ils font un truc, pas forcément génial, mais correct, je les encourage et leur exprime mon contentement. Je suis du genre à m'énerver très vite, parfois de manière irrationnelle, mais je sais ressouder mon équipe dans les moments durs et fais en sorte que mon équipe donne tout du coup d'envoi jusqu'au coup de sifflet final. 

Quant au style de mon équipe à proprement parler ça dépendra des joueurs dont je dispose. Il existe pour moi deux styles qui se dégagent : 

 

 

Si mon équipe est plus forte techniquement (c'est-à-dire au niveau des contrôles, des passes, des dribbles, de la créativité et du jeu à terre), je ferai en sorte d'adopter ce style très technique. 

En revanche, si elle est plus forte physiquement (c'est-à-dire au niveau de la puissance, de l'endurance, de la vitesse pour certains joueurs voire de l'agressivité), je ferai en sorte d'encourager un jeu davantage misé sur l'impact physique.

 

 

Ma tactique : C'est là que ça devient intéressant. Car chaque équipe possède des joueurs avec de différentes qualités. Certains brillent plus pour leur conduite de balle et leur aisance technique alors que d'autres se feront remarquer par leur gabarit très athlétique et leurs poumons inoxydables.

Du coup je fais en sorte de "marier" ces joueurs, avec leurs caractéristiques pour former un collectif huilé et sain. Cependant ma particularité réside dans la recherche d'une tactique qui mettrait en valeur les qualités, et seulement les qualités, des joueurs qui sont à ma disposition.

Par exemple, si je dispose d'un Richard Dunne dans mon effectif, qui est un joueur puissant physiquement et rigoureux défensivement mais également très limité techniquement, peu souple et très lent, je ferai en sorte de ne lui confier que les tâches qui sont à sa hauteur, c'est-à-dire celles de contrer l'adversaire, de lui imposer un jeu rugueux tout en relançant proprement sans trop s'avancer. Je ferais en sorte, dans ce cas, de lui confier le moins de tâches possibles, si ces tâches font appel à des compétences qu'il n'a pas.

 

Je peux, cela dit, ajouter que je suis très friand du 4-4-2 (plus particulièrement si je dispose de deux très bons attaquants, et d'ailiers non-moins convaincants) et du 4-2-3-1 (qui, si l'effectif, le permet, assure une certaine fluidité et un vrai travail dans la construction et dans la créativité des milieux de terrain).

Il faut également prendre en compte l'équipe qui joue en face. 

Si elle est plus faible, j'aurai tendance à développer un jeu très offensif, et si elle est plus forte, à l'inverse, je demanderai à mes joueurs d'être plus attentifs, peut-être pas de bétonner (encore une fois tout dépend de l'équipe et des qualités) mais d'être plus rigoureux en défense quitte à avoir moins d'occasions en attaque.

 

Ma relation avec mon équipe : Je fais en sorte de profiter de mon équipe, des joueurs, de leur personnalité. Car la façon de jouer d'un footballeur peut dépendre également de sa personnalité. Je les encense après une victoire (sauf si elle est vraiment très très très poussive, contre un adversaire très faible) et ne les fustige pas après une défaite, en leur disant clairement ce qui n'a pas allé. Je donnerai un rôle particulier pour les joueurs d'expérience, qui devront fonctionner comme des adjoints, ressouder le groupe et éventuellement jouer mes porte-paroles. Je porterai une attention toute particulière au joueur à qui je donne le brassard, ce n'est pas une décision que je prendrai à la légère car ça impliquerait de sacrées responsabilités pour la cohésion de l'équipe.

 

 

 

Cependant, si l'entraîneur se met à méchamment me chambrer voire à me descendre, je ne me laisserai pas faire et ferai preuve d'une agressivité féline.

 

 

Ma relation avec les médias : Je serai plutôt discret. Je répondrai à leurs questions, mais j'éviterai d'aborder des sujets trop tactiques, partant du principe que ça peut donner des indications utiles à l'adversaire, ce qui pourrait ainsi se retourner contre moi.

Pareillement, je ne rentrerai pas dans les questions trop confidentielles (à propos de l'état d'esprit des joueurs...), voulant garder une vraie intimité dans les vestiaires.

Je prendrai cependant le temps de m'entretenir avec eux avant et après chaque match. 

 

 

Voilà, si j'ai d'autres choses à ajouter, je le ferai savoir. 

Très bon topic, encore une fois OGS :D

 

MDR je me shootais bien à coups de Football Manager à l'époque, c'était propre :D 

  • J'aime 1

JS.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 an après...

Ayant un minimum de respect pour l'intelligence des forumeurs, revenir poster comme si de rien était après avoir fait un pavé pour expliquer les raisons de mon départ ne serait pas très appropriée. Liker des posts qui me plaisent (et il y en aura, ne serait que dans "article intéressant sur le foot" me paraîtrait déjà plus adapté ;)).

 

  • J'aime 1

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

×
×
  • Créer...