Aller au contenu

tiago

Fergie Babes
  • Compteur de contenus

    26
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

1 Je prends mes marques

À propos de tiago

  • Rang
    Neo Devil
  • Date de naissance 05/03/1989

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

Profile Information

  • Sexe
    Homme
  • Ville actuelle
    28

Autres Informations

  • Joueurs préférés
    Memphis Giggs Kagawa Scholes Vidic

Visiteurs récents du profil

4 805 visualisations du profil
  1. Selon The independent c'est deja fait pour O'shea et Brown http://www.independent.co.uk/sport/football/transfers/john-oshea-to-undergo-sunderland-medical-2308356.html
  2. Vous etes pas surpris de voir Welbeck dans le groupe contre le barca ??
  3. Tout paraissait merveilleux dans l’autoproclamé meilleur championnat du monde et puis tout a basculé. La faute à pas de chance ? La faute à une bouteille ? La faute à un match de coupe, qui plus est entre deux frères ennemis, fruits de la même ville, de la même communauté, mais il y avait un ver à l’intérieur. Le football est malade. 57e minute, Frédéric Kanouté, meilleur réalisateur de la Liga, vient d’ouvrir le score sur la pelouse du Bétis, les hommes de Luis Fernandez doivent désormais inscrire deux buts pour se qualifier, la vox populi enrage, les socios verdiblanco n’en peuvent plus, ils vont se faire sortir par l’ennemi juré. Soudain, vole une bouteille qui atterrit sur le crâne de Juande Ramos, l’entraîneur du FC Séville. Le technicien espagnol s’effondre, les médecins du Bétis viennent à son secours, l’arbitre stoppe le match, nous venons de basculer dans l’horreur. Tout ce que l’Italie, la France ou l’Allemagne ont tenté de corriger cette année, a fini par toucher l’Espagne. Le football est censé rendre les gens heureux, il déchaîne les passions mais il verse trop souvent dans le cauchemar, la honte (comme a titré Marca), l’abject. Le football doit rester un jeu, qui apporte des joies et aussi parfois des peines, mais il ne doit pas être un exutoire à toutes les dérives de notre société (irrespect, haine, racisme, violence, fraude, fascisme, abus,...). Le football a fait de nouveau une victime, une victime de trop. Tant que les dirigeants ne feront pas le nécessaire pour éduquer ses spectateurs, le football subira ces actes souvent isolés, mais qui le gangrène en profondeur et le rend aujourd’hui malsain. Combien de victimes faudra t’il afin d’éveiller les consciences ? 87 comme à Sheffield ? Le football anglais qui est depuis quelques années cité en exemple n’est pas vraiment copié par ces voisins européens, en matière de sécurité. Pourtant, les derbys si chauds auparavant sont devenus plus vivables, plus respirables. Ce n’est plus dans la rue que se joue la victoire, ni au Pub, mais bien sur la pelouse à 11 contre 11. Qui n’a pas été impressionné par le respect des supporters de Manchester City qui ont accueilli en silence l’arrivée du bus des joueurs de Man U ? Pas un bruit, pas un sifflement, aucun débordement, dans l’indifférence presque totale. R-E-S-P-E-C-T. En France, ce sont des pierres qui ont volé pour souhaiter la bienvenue aux joueurs du PSG à Marseille. A Catane en Italie, un policier a donné sa vie, pour un derby. En Allemagne, un joueur a craqué et rendu ses insultes à une foule censée le supporter. A Nice, un pompier a perdu 2 doigts pour un pétard trop puissant. En Angleterre, seul un gamin a tenté de perturber les joueurs adverses à leur entrée au stade, on est bien loin de la haine affichée dans les journaux espagnols à la veille de l’affrontement entre le FC Séville et le Bétis. Chronique d’un accident annoncé dit le Marca du jour, en reprenant tous les incidents ayant émaillé la péninsule en matière de football. Mais, sans les appels à la passion des jours précédents, n’aurait-on pas pu juste vivre un match de football normal ? Les joutes verbales ont attisé la haine. Les propos ont conditionné la suite. Et il a fallu qu’un crétin, encore un, balance une bouteille. Alors certes, on pourra justifier la passion déraisonnable qui entoure un derby, mais doit-on au nom de ses émotions atteindre à l’intégrité physique de toute personne nous dérangeant ? Doit-on au nom du football et de ses excès agresser, tuer ou blesser un tiers ? Certes, Juande Ramos après un tour à l’hôpital en est ressorti sans blessure grave. Certes, on pourrait reprocher à l’arbitre son zèle en suspendant si vite la rencontre. Mais pour une fois on a agi dans l’intérêt de tous. Alors oui, il va y avoir une enquête, le fautif sera puni, d’ailleurs les dirigeants du Bétis on déjà annoncé que si c’est un socio, il sera rayé des listes et interdit de stade, mais n’aurait-on pas pu empêcher cet acte ? Ce coup de folie ? Ce n’est pas ça le football. Juste pour comprendre pourquoi en Angleterre les dérapages sont désormais « under control ». Si un homme avait balancé sa bouteille sur la tête d’un entraîneur, il aurait été pris par l’une des nombreuses caméras du stade, aurait été arrêté à sa sortie, puis serait passé tout de suite en jugement. Enfin, tous ceux qui auraient été auprès de lui dans la tribune, auraient été condamnés à payer une forte amende et interdits de stade sur le champ. La non-assistance à personne en danger est un délit, tout comme le fait de laisser un individu lancer une bouteille vers autrui, à coté de soi sans réagir. Cela oblige les supporters à faire la police au sein même des tribunes. C’est un appel à la responsabilité de chacun et il faut une nouvelle fois un drame pour mettre sur la scène public ce que tout le monde pense tout bas depuis bien trop longtemps... footmercato
  4. jonh doucement vos pas etre si mechant
  5. C koi cet histoire d'aspirateur?
×
×
  • Créer...