Aller au contenu

Bienvenue sur Manchester Devils, le forum
N'hésitez pas à vous inscrire pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités du forum et accéder à un contenu riche en informations, débats, photos, vidéos etc.
L'inscription est gratuite et se fait en moins de 2 minutes. Alors n'hésitez pas et venez faire parti de la plus grande communauté francophone de supporters de Manchester United.
Pour vous inscrire gratuitement, cliquez ici Vous avez également la possibilité de vous connecter directement avec votre compte Facebook, sans besoin de vous inscrire.
MESSAGE IMPORTANT : Si vous n'avez pas reçu le mail de validation ou si vous rencontrez des difficultés pour vous inscrire, n'hésitez pas à contacter Ryan par mail (ryan @ manchesterdevils.com) ou par Facebook en cliquant sur ce lien
N'oubliez pas de vérifier votre dossier SPAM/INDÉSIRABLES pour le mail de validation notamment si vous utilisez une adresse Hotmail/Live/Outlook ou Gmail.

Photo

L'info' - quotidienne


  • Veuillez vous connecter pour répondre
89 réponses à ce sujet

#81
Charlie

Charlie

    Canto Devil

  • Class of 92
  • PipPipPipPipPipPip
  • 7 683 messages
  • Inscrit le 06 juin 2007
  • Sexe:Homme
  • Ville actuelle:Essonne
  • Joueurs préférés:Raùl, Nedved, Roy Keane, Ryan Giggs, Redondo

BUTS DE LÉGENDE (1ER) : DENNIS BERGKAMP, ET MÊME LE TEMPS S'ARRÊTE

 

Il suffit d'un contrôle, d'une frappe, d'un but. Ou quand, l'espace d'un enchaînement contre Newcastle (ou l'Argentine), l'attaquant hollandais défit les lois de la pesanteur, pour mieux redéfinir le foot.

 

img-dennis-bergkamp-arreta-le-temps-1443

 

http://www.sofoot.co...ete-165332.html


  • MacLeod aime ceci

221504Team.jpg

 

940368cit.jpg


#82
Charlie

Charlie

    Canto Devil

  • Class of 92
  • PipPipPipPipPipPip
  • 7 683 messages
  • Inscrit le 06 juin 2007
  • Sexe:Homme
  • Ville actuelle:Essonne
  • Joueurs préférés:Raùl, Nedved, Roy Keane, Ryan Giggs, Redondo
LES BUTS DU DERBY DE MANCHESTER
 
Un match entre United et City vaut toujours le coup d'œil. Entre les deux ennemis du Nord de l'Angleterre, c'est la guerre. Pourtant, on y voit souvent de très beaux buts. Et parfois même dans le money time.
 

Modifié par Charlie, 05 mars 2017 - 15:01.

221504Team.jpg

 

940368cit.jpg


#83
Charlie

Charlie

    Canto Devil

  • Class of 92
  • PipPipPipPipPipPip
  • 7 683 messages
  • Inscrit le 06 juin 2007
  • Sexe:Homme
  • Ville actuelle:Essonne
  • Joueurs préférés:Raùl, Nedved, Roy Keane, Ryan Giggs, Redondo

MU-Arsenal 2004: la fin des invincibles

 

 

Sacrés champions la saison précédente sans concéder la moindre défaite, les invincibles d'Arsenal poursuivent leur incroyable série lors de l'exercice 2004-2005, qu'ils démarrent en trombe. Après neuf journées, les Gunners, qui n'ont laissé que deux points en route et ont déjà remporté huit matches, semblent inarrêtables et lancés sur la voie d'un nouveau titre. Ils comptent cinq points d'avance sur Chelsea, puissance émergente qui vient d'engager Jose Mourinho, et onze sur Manchester United, autant dire un gouffre au quart de la compétition.


Si les Red Devils veulent rester dans la roue de leurs concurrents et conserver leurs chances, il leur faut absolument interrompre la série de leur adversaire, qu'ils reçoivent à Old Trafford pour le compte de la dixième journée et qui visent un cinquantième match d'affilée sans défaite. En pleine confiance, Arsenal peut repousser ses rivaux à quatorze longueurs en cas de succès et se consacrer pleinement au mano a mano avec Chelsea qui se profile. La réalité comptable fait déjà de cette confrontation un tournant majeur de la saison et s'ajoute à la rivalité entre les deux cadors du football anglais des années 2000 et au duel à distance entre Wenger et Ferguson, loin d'être les deux meilleurs amis du monde.
 
Bien évidemment, Old Trafford a fait le plein pour ce sommet qui sent la poudre, et pour lequel Arsenal se présente dans une composition classique. Derrière un Thierry Henry en feu épaulé par Reyes et Bergkamp, captain Vieira, l'épatant Ljungberg et le Brésilien Edu forment un milieu de terrain cavaleur et ultra-polyvalent, capable de récupérer la chique très haut et de se projeter rapidement vers l'avant. De chaque côté d'une charnière centrale Campbell-Touré aussi physique que rôdée, les latéraux Cole et Lauren doivent empêcher ManU de s'installer sur la largeur et participer activement aux mouvements offensifs.
 
Pour forcer le verrou adverse, MU s'appuiera sur un onze très offensif et sa nouvelle recrue Wayne Rooney, arraché à Everton pendant l'été et associé à Van Nistelrooy en pointe. Ferguson a choisi de titulariser le jeune Ronaldo sur l'aile droite, qui avec Giggs doit alimenter les deux attaquants. Monté d'un cran, Phil Neville accompagne Scholes dans l'entrejeu, tandis que Ferdinand et Heinze veillent sur l'axe de la défense. Sur le papier, les Mancuniens, sans Keane, semblent mal équipés pour contrarier Arsenal au milieu et fragiles sur les flancs, où Gary Neville et Mickaël Silvestre offrent peu de garanties défensives. Ils sont peu nombreux à parier sur un succès des locaux avant le coup d'envoi.
 
Dès les premières minutes, le match, disputé dans une ambiance électrique, s'avère particulièrement âpre et heurté. Les frangins Neville s'occupent tour à tour des chevilles de Reyes et Van Nistelrooy y va de son tampon sur Cole, qui a allumé la première mèche sur Ronaldo. Sur une superbe action à trois, Ljungberg, lancé en profondeur, se fait sécher par Ferdinand, qui aurait clairement dû être expulsé sur le coup. Malheureusement, l'arbitre Mike Reily se montre totalement dépassé par les événements. Oubliant de sanctionner des attentats manifestes, il s'empresse en revanche de siffler un penalty pour un contact loin d'être évident entre Campbell  et Rooney, qui en fait des caisses sur l'action.
 
Dans les arrêts de jeu, et après que l'arbitre a refusé d'accorder un penalty cette fois indiscutable aux locaux pour une faute de Cole sur Ronaldo, ce même Rooney plie le match sur un service parfait d'Alan Smith. Battus pour la première fois depuis des lustres, les Gunners, secoués tout au long du match, peuvent légitimement l'avoir mauvaise et ont l'impression d'être tombés dans un fameux traquenard. Au cours d'un retour aux vestiaires plus qu'houleux, Ferguson reçoit un morceau de pizza dans la figure, probablement lancé par un joueur d'Arsenal.
 
Au cours de la saison, MU battra Arsenal à deux nouvelles reprises, à Highbury en championnat et en League Cup, mais s'inclineront aux tirs aux buts en finale de la FA Cup, dernier titre en date remporté par les Gunners. Au total, les hommes de Wenger concèderont cinq défaites en Premier League (deux face à ManU, à Bolton, à domicile contre Birmingham et à Anfield lors de la dernière journée) et termineront seconds à douze longueurs d'un Chelsea ultra-dominateur et impressionnant défensivement. Henry, meilleur buteur du championnat avec 25 buts, et Pirès, auteur de 14 réalisations, signent une saison de toute beauté.
 
Fait exceptionnel, MU ne place aucun joueur parmi les dix meilleurs buteurs de Premier League. Embêté toute l'année par des blessures à répétition, Van Nistelrooy ne dispute que 17 matches de championnat pour 6 buts. Pour sa première saison au club, Rooney, bourreau des invincibles, plante le respectable total de onze pions: insuffisant pour permettre à son équipe, qui termine troisième à 18 points des Blues, de se mêler à la lutte pour le titre. Au bout du compte, les deux succès des Red Devils sur les Gunners ont fait les affaires de Chelsea, qui a pu croire en ses chances après la fin de série d'Arsenal avant de faire le trou grâce à la victoire de MU à Highbury. Champions avec le total aberrant de 95 points, les Mourinho boys n'avaient même pas besoin de ce coup de pouce.
 
 

221504Team.jpg

 

940368cit.jpg


#84
Charlie

Charlie

    Canto Devil

  • Class of 92
  • PipPipPipPipPipPip
  • 7 683 messages
  • Inscrit le 06 juin 2007
  • Sexe:Homme
  • Ville actuelle:Essonne
  • Joueurs préférés:Raùl, Nedved, Roy Keane, Ryan Giggs, Redondo

TOP 10 : LES BUTS D'HARRY KEWELL

 

Ce mardi soir, Liverpool et Leeds United se retrouvent en quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Ça méritait bien une sélection des plus belles perles du dernier esthète australien.

 

PAR FLORIAN LEFÈVRE  MARDI 29 NOVEMBRE 2016

 

http://www.sofoot.co...ell-435629.html


221504Team.jpg

 

940368cit.jpg


#85
Charlie

Charlie

    Canto Devil

  • Class of 92
  • PipPipPipPipPipPip
  • 7 683 messages
  • Inscrit le 06 juin 2007
  • Sexe:Homme
  • Ville actuelle:Essonne
  • Joueurs préférés:Raùl, Nedved, Roy Keane, Ryan Giggs, Redondo

Quelle est l’évolution des sources de revenus de Premier League ?

 

Lors de la saison 1992-93, date de création de la Premier League dans sa forme actuelle, le championnat anglais générait un revenu global de 170 M£. Vingt ans plus tard, les revenus du championnat de Premier League ont été multipliés par 15 ! Quelles sont les sources de revenus qui ont le plus fortement progressé durant ces vingt dernières années ? Analyse sur Ecofoot.fr…

Lors de la première édition de la Premier League sous sa forme actuelle, datant de la saison 1992-93, les 22 formations de Premier League – le championnat sera réduit à 20 éléments lors de la saison 1995-96 –  étaient parvenues à générer un revenu total de 170 M£. A l’époque, ce revenu constituait déjà un montant important par rapport aux autres championnats européens. A cette époque, les revenus des clubs anglais étaient surtout portés par les recettes de billetterie (82 M£) qui constituaient alors près de 50% des revenus du championnat. Les droits TV étaient alors une source de revenus mineure pour le championnat : 15 M£ soit seulement 9% des revenus totaux du championnat.

sources-de-revenus-premier-league-92-93.

Lors de la 12ème édition du championnat, en 2003-04, le mix des revenus de la Premier League a déjà largement évolué, se rapprochant plus des caractéristiques d’aujourd’hui. Les droits TV, par l’intermédiaire d’une concurrence accrue sur le marché intérieur, ont fait un bond énorme pour atteindre à l’époque 593 M£ (soit un montant supérieur aux actuels droits TV de Ligue 1). Ce bond en avant permet au championnat de dépasser largement le milliard de livres de revenus pour atteindre 1 326 M£. Proportionnellement, les revenus de billetterie représentent une part moindre avec 30% des revenus totaux du championnat (395 M£).

sources-de-revenus-premier-league-03-04.

Lors de l’édition 2012-13 de la Premier League, le championnat a largement dépassé la barre des 2 milliards de livres pour atteindre 2 549 M£ ! Une nouvelle fois, les droits TV ont lourdement contribué à cette hausse, atteignant 1 184 M£ et représentant 46% des revenus du championnat. Cependant, les revenus de sponsoring ont considérablement progressé également entre les éditions 2003-04 et 2012-13 (+ 136%), atteignant près de 800 M£. Ainsi, les revenus de sponsoring représentent désormais 31% des revenus du championnat et ont dépassé la part des revenus de billetterie (22%).

Si les calculs ont été arrêtés à la saison 2012-13, les revenus de Premier League suivent toujours une tendance largement à la hausse et cela devrait perdurer. Pour la saison 2013-14, une recette de droits TV supérieure à 1,5 milliard de livres a été redistribuée aux 20 clubs de Premier League suite à la hausse des contrats avec les diffuseurs. Et l’internationalisation importante du championnat permet également aux clubs de Premier League d’accroître considérablement leurs revenus de sponsoring.

sources-de-revenus-premier-league-12-13.

Le championnat de Premier League est-il le plus compétitif d’Europe sur le plan sportif ?

Clairement, le championnat de Premier League génère, et de loin, les revenus les plus importants d’Europe. Des recettes importantes dont les clubs anglais en redistribuent une partie à ses concurrents européens lors des différents marchés des transferts. Ainsi, lors du dernier marché estival des transferts, la Premier League a dépensé 530 M£ pour des acquisitions effectuées à l’étranger. Cela représente 63% des dépenses globales des clubs sur le marché des transferts. La Premier League a également accumulé 400 M£ de déficits de la balance des transferts, dont 350 M£ envers les championnats étrangers.

evolution-ressources-premier-league.png

Avec toutes les recettes accumulées, le championnat de Premier League devrait être le plus performant d’Europe. Pourtant, à la lecture du classement des coefficients UEFA, ce n’est pas le cas. En effet, la Liga BBVA est en tête et le championnat espagnol s’est même permis de creuser l’écart à l’issue de la saison dernière avec une finale de Ligue des Champions opposant deux formations de son championnat et la victoire du FC Seville en Europa League.

En réalité, le modèle inégalitaire de la Liga BBVA – notamment au niveau des droits TV – permet aux grands clubs du championnat de générer des revenus à la hauteur des clubs de Premier League. Ainsi, le FC Barcelone ou encore le Real Madrid peuvent lutter face aux grands clubs de Premier League au sein des compétitions européennes.

En effet, la Premier League possède un mode de redistribution des droits TV qui constitue l’un des plus égalitaires d’Europe. 70% du montant total des droits TV est redistribué à parts égales entre les différents clubs. Et seulement 15% du montant des droits TV est redistribué en fonction des performances sportives des clubs. Ce modèle de redistribution crée un championnat relativement homogène, qui entraine une lutte féroce à tous les niveaux. Une lutte qui contraint les grands clubs du championnat à dépenser beaucoup d’énergie. Une énergie qui peut parfois manquer au moment des grandes affiches européennes.

Cependant, personne en Angleterre ne souhaite remettre en cause le modèle économique de la Premier League. Même si le championnat ne se situe pas en tête du classement des coefficients UEFA, l’homogénéité du championnat et son intensité permet aux dirigeants de développer sa notoriété et son internationalisation. Une donnée qui accroit les revenus des clubs de Premier League (droits TV à l’international, sponsoring, merchandising) et qui permet à une majorité de clubs de s’insérer dans un cercle économique vertueux. Si dans les faits, le championnat de Premier League n’est pas en tête sur le plan sportif ; il est le plus compétitif d’Europe aux yeux de beaucoup de fans internationaux.

 

https://www.ecofoot....premier-league/


  • Gucci Man-United aime ceci

221504Team.jpg

 

940368cit.jpg


#86
Charlie

Charlie

    Canto Devil

  • Class of 92
  • PipPipPipPipPipPip
  • 7 683 messages
  • Inscrit le 06 juin 2007
  • Sexe:Homme
  • Ville actuelle:Essonne
  • Joueurs préférés:Raùl, Nedved, Roy Keane, Ryan Giggs, Redondo

LES SUPPORTERS, VACHES À LAIT DE LA PREMIER LEAGUE ?

 

Alors que les droits télé ont explosé et fait de la Premier League le centre économique du foot mondial, les clubs anglais imposent des prix toujours plus élevés à leurs supporters désireux de se rendre aux stades. Et si la passion légendaire des fans britanniques en faisait les victimes idéales d'un racket organisé ?

 

img-supporters-de-liverpool-en-colere-14

 

http://www.sofoot.co...gue-188130.html


  • MacLeod aime ceci

221504Team.jpg

 

940368cit.jpg


#87
Charlie

Charlie

    Canto Devil

  • Class of 92
  • PipPipPipPipPipPip
  • 7 683 messages
  • Inscrit le 06 juin 2007
  • Sexe:Homme
  • Ville actuelle:Essonne
  • Joueurs préférés:Raùl, Nedved, Roy Keane, Ryan Giggs, Redondo

Ils ont marqué le football anglais TOP 100:

 

100 à 91:

 

img-alan-smith-ici-au-duel-face-a-bruno-

 

 

 

http://www.sofoot.co...-91-220390.html


221504Team.jpg

 

940368cit.jpg


#88
Duncan Edwards

Duncan Edwards

    Sir Alex Devil

  • Staff
  • PipPipPipPipPipPip
  • 9 854 messages
  • Inscrit le 28 avril 2012
  • Sexe:Homme
  • Ville actuelle:....
  • Joueurs préférés:Ander Herrera - Marco Verratti - Ravel Morisson

A propos de Lion Dublin. Les fans de Manchester, eux, se rappellent plutôt d'un espoir qui n'a jamais réussi à s'imposer à Old Trafford, bénéficiant même d'une dérogation pour recevoir sa médaille de champion d'Angleterre 1993, tant il a peu joué cette saison-là. Quant à Sir Alex Ferguson, c'est de l'anatomie de l'éphémère international (4 sélections) qu'il garde un souvenir ému: « Son penis n'est pas simplement grand. Il est magnifique. »

 

:D Sacré Sir Alex !


  • Charlie aime ceci

 « JE SUIS NÉ AVEC UN DON EXCEPTIONNEL ET, PARFOIS, UN TEL CADEAU S’ACCOMPAGNE D’UNE TENDANCE À L’AUTODESTRUCTION. SUR LE TERRAIN, JE VOULAIS EN FAIRE PLUS QUE LES AUTRES. QUAND JE SORTAIS EN VILLE, JE VOULAIS AUSSI EN FAIRE PLUS QUE LES AUTRES. » Georges Best #7

 

                                                                              

 


#89
Charlie

Charlie

    Canto Devil

  • Class of 92
  • PipPipPipPipPipPip
  • 7 683 messages
  • Inscrit le 06 juin 2007
  • Sexe:Homme
  • Ville actuelle:Essonne
  • Joueurs préférés:Raùl, Nedved, Roy Keane, Ryan Giggs, Redondo

ef50941a6affd1e64ec9e1cf098ce022.jpg


221504Team.jpg

 

940368cit.jpg


#90
One Sheasy

One Sheasy

    Sheasy Devil

  • Contributeurs
  • PipPipPipPipPipPip
  • 8 390 messages
  • Age: 27
  • Inscrit le 13 juillet 2010
  • Sexe:Homme
  • Ville actuelle:Paris/Caen
  • Centre d'Intérêts:Un peu de tout!
  • Joueurs préférés:Keane, Giggs, Scholes, Fletcher, O'Shea, Vidic, Rooney, van Persie

 

Ce n'est pas un article pour cette fois mais une vidéo. Cependant, j'aurais trouvé ça dommage de ne pas en parler !

 

En effet, aujourd'hui nous sommes le 17 mars 2017, soit 15 ans jour pour jour après un fameux Sheffield United - West Bromwich, affiche comptant à l'époque pour la deuxième division anglaise lors d'un samedi après-midi ensoleillé. 

 

Surnommé la "Bataille du Bramall Lane" (en référence au stade dans lequel évoluaient et évoluent encore les Blades de Sheffield), ce match restera dans les annales de par la violence des contacts et le manque de sang-froid affiché par l'équipe locale qui a vu trois de ses joueurs expulsés, et deux autres quant à eux blessés.

Ce qui n'arrive habituellement que sur FIFA s'était en réalité bien produit dans la vraie vie, le match ayant donc été interrompu en conséquence avant que ne se soient écoulées les 90 minutes.

 

A cette époque les Baggies évoluaient donc à l'étage inférieur et pouvaient espérer évoluer en Premier League la saison suivante, pour la première fois depuis leur dernière descente, survenue en 1986. Avant le coup d'envoi du match ils occupaient la troisième place, à dix points derrière Manchester City l'incontestable leader et surtout à cinq points de leur rival honni, Wolverhampton. 

Sheffield United, de son côté, végétait dans le ventre mou et n'avait ni d'espoir ni de crainte à espérer pour cette fin de saison, étant donné qu'il ne restait que sept journées à disputer et que les Blades étaient à douze points de la zone rouge, occupée à l'époque par Walsall, Barnsley, et Stockport (aujourd'hui en National League North, l'équivalent de la sixième division anglaise).

 

Maintenant qu'on a remis le match dans son contexte, parlons-en donc. 

 

Déjà contraints à un remplacement précoce pour pallier l'expulsion de leur gardien Simon Tracey, les Blades ont vite été punis par l'intermédiaire de Scott Dobie venu conclure de la tête une belle action menée par les Baggies (avec leur traditionnel maillot jaune et vert). Les deux équipes se séparent donc à la mi-temps sur le score de 1-0. 

 

Au retour des vestiaires, Derek McInnes, alors capitaine des Baggies, vient corser l'addition sur une magnifique reprise de volée à la suite d'un corner intelligemment joué. Neil Warnock, l'entraîneur des Blades, réagit alors et utilise ses deux dernières cartouches, le cap-verdien George Santos et le franco-camerounais Patrick Suffo. 

Seulement deux minutes après, le premier cité se rend coupable d'une très vilaine faute sur Andy Johnson, ce qui a provoqué l'expulsion du nouvel entrant et a conduit à une échauffourée entre les deux équipes. Dans celle-ci, Patrick Suffo se rend coupable d'un vilain coup de tête sur un joueur des Baggies qui a pissé le sang par la suite. 

Expulsion logique de l'attaquant camerounais et, fait sans doute inédit comme l'a signalé le commentateur, voilà donc la première fois que deux joueurs entrés en jeu se font simultanément exclure seulement deux minutes après leur apparition. 

A la suite de cet événement, les Blades perdent totalement les pédales et manquent de se faire exclure un voire deux joueur(s) supplémentaire(s). L'arbitre de la rencontre, qui aura vécu un match bien compliqué, s'était tout de même montré psychologue en ne voulant pas aggraver la situation des pensionnaires du Bramall Lane. 

Malgré tout le sort a continué à s'acharner, avec la blessure de Michael Brown (qui évoluera par la suite à Fulham et à Portsmouth notamment), ce qui a conduit les Blades à poursuivre le match à ... sept joueurs contre onze. West Brom en a donc profité pour enfoncer un peu plus leurs adversaires du jour par l'intermédiaire d'un troisième but, inscrit lui aussi sur corner, signé Scott Dobie. 

 

Et enfin le dernier coup de massue avec la blessure du latéral gauche Robert Ullathorne, qui reste au sol, l'air grimaçant. Il fait signe à ses coéquipiers qu'il ne peut plus poursuivre le match, ce qui oblige l'arbitre à l'interrompre alors que les 90 minutes n'ont pu s'être écoulées dans leur intégralité.

 

Ce match aura installé une certaine rivalité entre les deux équipes mais cela n'aura pas empêché les Baggies d'obtenir à l'issue de la saison la promotion en Premier League tant convoitée, au nez et à la barbe des Wolves, ce qui a rendu l'exploit encore plus savoureux. Man City ayant logiquement fini champion de deuxième division anglaise pour ne plus jamais redescendre, et Birmingham City ayant remporté les play-offs pour s'adjuger le troisième et dernier ticket pour l'élite.

 

Quant aux Blades, leur promotion sera survenue quatre ans plus tard, avec une deuxième place derrière Reading à l'issue de la saison 2005-2006, pour finalement ne rester qu'une seule saison dans l'élite (avec notamment dans leurs rangs un certain Phil Jagielka, déjà présent lors de ce fameux match). Ils occupent aujourd'hui le trône de la League One (troisième division anglaise) et devraient être promus en Championship à l'issue de la saison. 


Modifié par One Sheasy, 17 mars 2017 - 14:30.

  • Charlie, Jiminy, Doraibu et 1 autre aiment ceci

291043signsympa.jpg





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)